Le terrorisme et le vide spirituel de l’Europe

liberte-democratie-lacite

Le sécularisme est la racine du problème.

Beaucoup ont été stupéfaits par les histoires que les médias ont publié après la frénésie de meurtre impitoyable de terroristes soutenus par l’EI à Paris le 13 novembre de l’année dernière.1 Cependant, peu de personnes sont susceptibles d’avoir lu la propre déclaration de responsabilité de l’EI pour ces attaques et leurs raisons déclarées pour ces dernières.2 Celles-ci semblent être ignorées par les médias. Cela est probablement dû, en partie, à une réticence compréhensible à aider à la propagation d’une telle propagande. Cependant, je crois qu’il y a une autre raison. Il est inconfortable de même reconnaître le contenu de la déclaration parce que sa description de l’Occident de plus en plus décadent tape plutôt « trop dans le mille ». Qu’il soit absolument clair que, dans ce qui suit, je ne suggère pas un instant que les auteurs de ces crimes étaient justifiés dans leurs actions. Néanmoins, il y a sûrement un lien entre la sécularisation de l’Europe et le danger croissant pour la sécurité de ses citoyens.

La lecture de la justification de l’EI pour des actes terroristes contre les nations européennes ne laisse aucun doute sur leurs motivations déclarées, ni sur l’idéologie qui, disent-ils, les motive. La déclaration commence par, « Au nom d’Allah … », et ce nom est invoqué tout le long. En outre, elle déclare que Paris a été choisie « comme la capitale des abominations et de la perversion, le porteur principal de la bannière de la croix en Europe ». En d’autres termes, la décadence morale qui caractérise de plus en plus les pays européens, qu’ils considèrent comme synonyme du fait que ceux-ci sont « chrétiens », parce que cela se passe dans des pays « chrétiens ». Le site du plus grand nombre de décès, le Théâtre du Bataclan, a été, disent-ils, choisi « où des centaines de païens se sont réunis pour un concert de l’idolâtrie et de la perversité. »

L’éléphant dans la pièce

Ces jours-ci, suite aux événements qui aboutissent à de grande pertes en vie humaine – que ce soit des catastrophes naturelles, des accidents d’avion, des blessés de guerre, ou des actes terroristes – il y a toujours une frénésie médiatique alors que chaque angle de l’histoire est couvert dans les moindres détails. Cela fut particulièrement vrai des atrocités de Paris; pourtant, les raisons invoquées par les auteurs ont été presque totalement ignorées. Une exception notable est un article de Iben Thranholm.3 Ayant déjà travaillé pour l’équivalent de la BBC au Danemark,4 cette chroniqueuse et journaliste danoise primée a abandonné toute prudence et a dit ce qu’elle pensait.5

Par exemple, tandis que les médias ont rapporté que le nom du groupe qui jouait au Théâtre du Bataclan était The Eagles of Death Metal, ils ont choisi d’ignorer le fait que la tuerie s’est produite juste au moment où le groupe jouait leur chanson populaire, Kiss the DevilQu’un massacre par des extrémistes religieux ait eu lieu juste au moment où les gens entonnaient les paroles, « J’adorerai le diable, je chanterai sa chanson » est, pour citer Thranholm, d’une « diabolique ironie« .6 Le décès de tant de gens, beaucoup dans la fleur de l’âge, est absolument tragique. Toutefois, à l’écoute de certains leaders politiques et experts des médias on pourrait penser que les « djihadistes » (comme on les appelle souvent), ne sont pas du tout motivés par leur foi islamique. Pourtant, ils disent qu’ils le sont, et les faits suggèrent aussi qu’il en est ainsi. Nier cela relève tout simplement du politiquement correct le plus crasse. Cependant, qu’est-ce que tout cela a à voir avec l’apologétique créationniste?

La racine du problème

seculism

Pourquoi est-il tabou de parler du lien entre ces actes terroristes et l’idéologie religieuse qui les sous-tend? Pourquoi les médias ont-ils évité d’attirer l’attention sur les manigances sataniques du concert de rock du Bataclan? Ils veulent désespérément croire que la « guerre contre le terrorisme », que les nations occidentales doivent mener, n’a rien à voir avec la religion! Ayant travaillé si dur ces dernières décennies pour marginaliser le christianisme biblique dans la sphère publique, la dernière chose qu’ils veulent faire c’est de concéder que cela aurait pu avoir un prix. Cependant, dans leur cœur, au moins certaines personnes soupçonnent que cela soit vrai. Écoutez le darwiniste et apôtre de l’athéisme, Richard Dawkins:

« Il n’y a pas de chrétiens, pour autant que je sache, faisant sauter des bâtiments. Je n’ai pas entendu parler de kamikazes chrétiens. Je n’ai pas entendu parler d’une confession chrétienne majeure qui croit que la pénalité pour l’apostasie c’est la mort. Je suis mitigé sur le déclin du christianisme, dans la mesure où le christianisme pourrait être un rempart contre quelque chose de pire. »7

Le christianisme est-il un rempart – une défense solide, une sauvegarde – contre les dangers d’une idéologie qui soutient les actes de terreur? Certes, il l’est, et pour toutes sortes de raisons qu’il est impossible d’explorer dans un court article comme celui-ci. Néanmoins, les associations suivantes peuvent être signalées comme incontestablement vraies, indépendamment du fait que les individus pensent que les changements dans la société sont une bonne chose ou non :
• La sécularisation envahissante a procédé main dans la main avec « l’évolutionnisation » de la culture;
• Il y a eu une augmentation de l’athéisme véhément – même militant – et une intolérance croissante à l’égard du récit biblique de la création, de la chute et du déluge;
• La société a de plus en plus adopté une morale qui est en opposition au christianisme, par exemple en ce qui concerne la chasteté sexuelle et le comportement homosexuel;
• L’éthique chrétienne comme la sainteté de la vie humaine sont constamment érodées – pour témoin les questions du moment relatives à l’avortement, la recherche sur les cellules souches embryonnaires et les diverses formes d’euthanasie. Beaucoup plus pourrait être dit.
En plus de tout cela, il y a la baisse continue de la fréquentation générale des églises, qui, au Royaume-Uni au moins, serait beaucoup plus prononcée sans l’afflux de personnes immigrantes qui fréquentent les lieux de culte, qui sert à masquer la baisse.8 Comme la Bible et Dieu ont été abandonnés par une grande partie de la population, un vide béant en est résulté. Je ne peux faire mieux que citer Thranholm ici:

« [I]l y a peu de sensibilité à la religion et à la spiritualité en Europe – et aucune quelle qu’elle soit parmi l’élite politique. Ceci est la racine du problème. … Le déclin du christianisme en Occident a créé un vide spirituel et moral de proportions colossales ».

Elle poursuit en mettant en évidence quelques-uns des signes sûrs de cet abandon du christianisme, comme la suppression de « tous les symboles religieux dans les espaces publics » de la part de plusieurs pays membres de l’UE. Ce sont des choses avec lesquelles nous sommes de plus en plus familiers. La « racine du problème », comme Thranholm le dit clairement, c’est le vide spirituel et moral qui a résulté du rejet du christianisme. Ce que certains trouvent exaspérant à propos de cette cécité volontaire c’est que le christianisme est la « force du bien » pour toute société et nous récoltons ce que nous semons si l’on supprime sa vérité; Peter Hitchens9 a souligné,

« Une seule force fiable se trouve en travers du chemin de la puissance du fort sur le faible … Un seul force fiable retient la main de l’homme de pouvoir. Et à une époque de culte du pouvoir, la religion chrétienne est devenue le principal obstacle à la volonté de pouvoir absolu des utopistes terrestres »10.

Tout cela devrait être intuitivement vrai pour le chrétien puisque la Bible nous dit: « La justice élève une nation, mais le péché est la honte des peuples » (Proverbes 14:34); une vérité qui a été illustrée à travers l’histoire humaine, et qui est tout aussi pertinente pour nous aujourd’hui.

Attaquer nos propres fondations?

Quand les gens se détournent du christianisme, préférant rendre un « culte » devant les autels du matérialisme et de l’humanisme séculier – religions athées qui n’ont aucunes exigences morales ou éthiques – notre société perd sa force morale. Même si cela irrite certaines personnes de le souligner, les forces destructrices de l’EI actuellement liguées contre les démocraties occidentales devraient conduire à beaucoup d’introspection; la situation dans laquelle nous nous trouvons appelle à une reconnaissance du profond malaise dans la culture occidentale. Nous avons attaqué nos propres fondations depuis trop longtemps. Ceci est certainement pertinent pour un ministère biblique créationniste tels que CMI. En 2014, nous avons écrit à propos d’une résolution du Conseil de l’Europe dans laquelle,

Ils ont affirmé … « Il est impossible de concilier la foi et la science » et ont contrasté les idées impliquant Dieu (qu’ils ont qualifié « d’absurdes ») avec l’évolution, qu’ils affirmaient être « la théorie centrale pour notre compréhension de la vie sur terre et pour la réévaluation des fondements de nos sociétés » (caractères gras ajoutés).12

Non, la seule fondation sûre de nos sociétés occidentales est le christianisme biblique. C’est ce dernier que la pensée évolutionniste a contribué à éroder, avec des conséquences de plus en plus tragiques; et c’est ce que nous devons travailler à restaurer. Il y a un besoin désespéré pour nous de redécouvrir nos racines chrétiennes et c’est à cette fin que tous les chrétiens doivent prier pour un réveil spirituel.

Références et notes

EI désigne l’État islamique. Beaucoup dans les médias occidentaux préfèrent Daesh, sans doute pour distinguer la barbarie de ce groupe de la foi islamique.
Elle peut être lu ici: https://pbs.twimg.com/media/CTxC6eHXIAAGXtC.jpg.
Iben Thranholm, Europe’s moral and spiritual vacuum invites acts of terrorism, RT.com, 23 novembre 2015.
Appelé DR, ceci est traduit en anglais, Danish Broadcasting Corporation, independent and licence-funded.
En effet, je suis redevable à son article pour avoir attiré mon attention sur les faits du paragraphe suivant.
Des photographies des participants au concert juste avant que les premiers coups de feu ont été tirés montrent clairement un certain nombre d’entre eux faisant des gestes de la main en forme de « cornes de Lucifer » alors qu’ils chantaient.
Ruth Gledhill, Scandal and schism leave Christians praying for a « new Reformation », The Times (UK), 2 avril 2010.
Anon, Church attendance has been propped up by immigrants, says study, theguardian.com, 3 juin 2014.
Peter est le frère le plus âgé de feu Chris Hitchens (un « nouvel athée » de premier plan). Journaliste et auteur anglais, il est chroniqueur régulier pour The Mail on Sunday du Royaume-Uni.
Hitchens, P., The rage against God, Continuum International Publishing Group, London, 2010, p. 83. Voir aussi Statham, D., The totalitarian intolerance of the New Atheists, A review of The Rage Against God by Peter Hitchens, J. Creation 5(3):30–32, décembre 2011; creation.com/intolerance-of-new-atheists.
Article 18, Résolution 1580, Conseil de l’Europe, 2007.
Bell, P., Resisting the secular slide, creation.com/resisting-the-secular-slide, 30 octobre 2014.

Source : http://creation.com/terrorism-europe-spiritual-vacuum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.