Le soleil vous protège de certains cancers

La vitamine D, le cancer du sein et Big pharma, ou le bon la bête et le truand !

Un rassemblement de chercheurs américains, concernant la vitamine D s’est tenu récemment à Toronto. Le Docteur Cédric Garland a fait une fantastique annonce , qualifiée en américain de « blockbuster ». Le cancer du sein peut être pratiquement éradiqué en augmentant les taux de Vitamine D.

La vitamine D est la panacée pour le cancer du sein, si bien que l’industrie pharmaceutique tente de ridiculisée les recherches dans ce domaine, car elles tendraient à reduire à néant toute l’industrie du cancer du sein, donc les mammographies, si souvent décriées, la chimiothérapie, et ou la haute pharmaceutique. Reconnaître que le remède existe déjà, est un problème pour eux.

La vitamine D a finalement gagné la reconnaissance de la communauté scientifique internationale de recherches (indépendante des laboratoires). Elle est considérée comme un nutriment essentiel miraculeux, pour le cancer du sein. C’est la solution pour la prévention du cancer, et de nombreux médecins homéopathes, et allopathes la prescrivent déjà l’hiver à leurs patients.

Le docteur Andrew Weil a récemment relevé sa recommandation de vitamine D à 2000 UI par jour.
Il estime que cette solution pourrait éviter des centaines de milliers de vies chaque année dans les seuls Etats Unis. Il s’agit de la vitamine qui pourrait détruire l’industrie du cancer et sauver des millions de femmes des traitements dégradants et nuisibles poussés par la médecine conventionnelle.
Il n’est pas étonné que l’industrie du cancer préfère qu’on en parle pas, et tente de maintenir les femmes dans l’ignorance au sujet de cette vitamine, qui pourrait sauver leur poitrine et leur vie. Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration du Dr Cedric Garland, pendant la conférence de Toronto.

Déclaration du Dr Cedric Garland

Le cancer du sein est une maladie si directement lié à la carence en vitamine D que le risque pour une femme de contracter la maladie peut être «virtuellement éradiqué» en élevant son statut en vitamine D à ce que les scientifiques considèrent comme étant les niveaux sanguins naturels.
C’est le message du pionnier en vitamine D Dr. Cedric Garland prononcé à Toronto mardi dans le cadre de l’Université de Toronto School of « diagnostic de la médecine et le traitement de carence en vitamine D » Conférence – le plus grand rassemblement de chercheurs de la vitamine D en Amérique du Nord cette année. Plus de 170 chercheurs, responsables de la santé publique et les praticiens de santé se sont réunis au Club de la Faculté UT pour un événement qui fera date.

Durant la présentation de Garland, il a été examiné de nombreux aspects de l’émergence de la vitamine D, dans le domaine de la recherche, une discipline en plein essor qui a vu plus de 3000 documents universitaires lui être consacrée cette année 2009 seulement, ont affirmé les organisateurs de la conférence.
Citant des études épidémiologiques récentes, ils estiment qu’une concentration sanguine en vitamine D oscillant entre 75 nmol/l et 150 nmol/l est « associée à un risque réduit de certains cancers, dont le cancer du sein, du côlon, des ovaires et des lymphomes non hodgkiniens ».
La vitamine D serait aussi liée à un risque moindre de maladies cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux AVC ), de sclérose en plaque et d’ostéoporose.

Dr Reinhold Vieth, professeur agrégé au Département de médecine de laboratoire et de pathologie à l’Université de Toronto, et directeur de l’os et des minéraux en laboratoire à l’Hôpital Mount Sinai, a organisé l’événement en collaboration avec Grassroots santé – une organisation internationale de défense de la vitamine D groupe fondé par des survivantes du cancer du sein Carole Baggerly.
Carole Baggerly qui a imploré le groupe de recherche de prendre des mesures et d’encourager les Canadiens à en apprendre davantage sur la vitamine D et d’augmenter leurs taux de vitamine D.

Une estimation. 22.700 femmes recevront un diagnostic de cancer du sein en 2009, selon les derniers chiffres de la Société canadienne du cancer.

Jusqu’à 97 pour cent des Canadiens sont carencés en vitamine D à un moment de l’année, conformément à l’Université de Calgary, de la recherche – en grande partie due à des latitudes nord, le Canada et l’exposition au soleil faible. Sunshine est de loin la source la plus abondante de la vitamine D – appelée «la vitamine du soleil » – avec le saumon et le lait enrichi en cours d’autres sources. La supplémentation en vitamine D contribue à élever les niveaux pour bien d’autres.

Grassroots Health « D-action » panel – 30 des plus grands chercheurs du monde sur la vitamine D et de nombreux autres partisans de la vitamine D – recommandent des niveaux de 2000 UI de vitamine D sanguin de vitamine D par jour et de 100-150 nanomoles-per-liter telle que mesurée par un test sanguin en vitamine D.

Le professeur Vieth a souligné que les taux de vitamine D naturelle des mammifères qui vivent à l’extérieur dans un climat ensoleillé est plus élevé que celui – jusqu’à 200 nanomoles-par litre. Et le docteur Garland, dont la présentation était intitulée «Cancer du sein comme une carence en vitamine D, maladie » a présenté des données montrant que celui qui suscite le statut en vitamine D à proximité de ces niveaux ont diminué le risque de cancer du sein plus de 77 pour cent.

«La vitamine du soleil» qui autrefois était considérée seulement pour la santé osseuse, en aidant le processus de calcium du corps, cependant des travaux plus récents ont montré que toutes les cellules du corps ont des «récepteurs de la vitamine D» qui aident les cellules normales de contrôle de la croissance. En outre, le docteur Garland a présenté de nouvelles preuves que le faible apport en vitamine D compromet l’intégrité de collage à base de calcium dans les tissus cellulaires qui, une fois érodé permettent aux cellules de cancer de se propager bien plus facilement.

Où trouve t-on la vitamine D dans l’alimentation au jour le jour.

Aliments Vitamine D
1 Saumon, grillé ou poché – 100 g (3 ½ oz) 15-26 µg
2 Thon, rouge, grillé – 100 g (3 ½ oz) 23 µg
3 Huître, crue ou cuite à la vapeur – 100 g (3 ½ oz) (2-4 moyennes) 8-20 µg
4 Hareng de l’Atlantique, mariné – 100 g (3 ½ oz) 17 µg
5 Champignons shiitakes, séchés – 10 champignons (36 g) 15 µg
6 Saumon, fumé – 100 g (3 ½ oz) 10 µg
7 Truite, grillé – 100 g (3 ½ oz) 5-7 µg
8 Anguille, grillé – 100 g (3 ½ oz) 6 µg
9 Doré, grillé – 100 g (3 ½ oz) 5 µg
10 Flétan, atlantique ou pacifique, grillé – 100 g (3 ½ oz) 5 µg
11 Hareng de l’Atlantique, légèrement fumé et salé – 100 g (3 ½ oz) 5 µg
12 Oeuf, jaune seulement, cru – 2-4 gros jaunes (80 g) 3 µg
13 Brochet, grillé – 100 g (3 ½ oz) 3 µg
14 Lait de vache, 0 % à 3 25 % MG – 250 ml (1 tasse) 1-3 µg
15 Boisson de soya, enrichie – 250 ml (1 tasse) 2 µg
16 Boisson de riz, enrichie – 250 ml (1 tasse) 2 µg
17 Plie ou sole, grillée – 100 g (3 ½ oz) 2 µg
18 Sardine de l’Atlantique, en conserve – 100 g (3 ½ oz) 2 µg
19 Foie de boeuf, braisé ou sauté – 100 g (3 ½ oz) 1 µg
20 Fromage suisse (emmental) – 50 g (1 ½ oz) 1 µg
25 µg (1 000 UI)

De la vitamine D liquide

Le Dr Reinhold Vieth, de l’Hôpital Mount Sinai de Toronto, qui a participé à cette étude, recommande de prendre de la vitamine D3 sous forme liquide. Ce n’est pas sûr que des comprimés ou des capsules pris en grande quantité se dissoudraient convenablement, explique-t-il.

La vitamine D3 sous forme liquide est offerte en vente libre dans les pharmacies et dans les magasins de produits naturels. « Plusieurs de ces produits, dûment homologués par Santé Canada, sont actuellement accessibles, précise-t-il. On en trouve qui renferment jusqu’à 1 000 UI par goutte. En les mélangeant en quantité requise à ses aliments, il est facile de prendre une dose hebdomadaire ou mensuelle », soutient-il.

Mise en garde

Dr Vieth précise toutefois qu’il ne faudrait pas tenter de faire la même chose avec un médicament ou même avec un autre type de supplément alimentaire. La vitamine D représente un cas à part puisqu’une fois métabolisée, elle est emmagasinée dans des molécules de transport qui la libèrent naturellement en fonction des besoins de l’organisme. Il est également important de choisir un supplément qui ne renferme que de la vitamine D, pas un mélange de vitamine D et de calcium ou un supplément multivitaminique, par exemple.

Enfin la prise de Vitamine D l’hiver, limiterait significativement les maladies respiratoires, et la consommation d’antibiotiques.

Source : http://fr.sott.net/article/2182-La-vitamine-D-le-cancer-du-sein-et-Big-pharma-ou-le-bon-la-bete-et-le-truand



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.