Une étude révèle que les gens qui sont accros à Facebook sont plus susceptibles d’être narcissiques

Comment repérer un narcissique à partir de son comportement en ligne.

Les personnes dépendantes de Facebook sont plus susceptibles d’être narcissiques, selon de nouvelles recherches. L’étude a suivi l’utilisation de Facebook par 179 étudiants allemands pendant un an.

Tous ont été interrogés sur leur personnalité et d’autres aspects de leur vie psychologique, comme leur niveau de dépression et d’anxiété. Les résultats ont montré que les personnes ayant une personnalité narcissique étaient plus susceptibles d’être dépendantes de Facebook.

Les auteurs de l’étude écrivent :

« L’utilisation de Facebook a une signification particulière pour les narcissiques.

Sur Facebook, ils peuvent rapidement initier de nombreuses relations superficielles avec de nouveaux amis Facebook et obtenir un large public pour leur présentation personnelle bien planifiée.

Plus ils ont d’amis sur Facebook, plus ils ont de chances d’atteindre la popularité et l’admiration qu’ils recherchent; alors que dans le monde hors ligne, ils pourraient ne pas être aussi populaires puisque leurs partenaires d’interaction peuvent rapidement percevoir leur faible sympathie et leur sens exagéré de l’importance de soi. »

Les chercheurs ont également découvert que la dépendance à Facebook était liée à des niveaux plus élevés de dépression et d’anxiété. La question de savoir si les gens peuvent vraiment être dépendants de Facebook reste controversée. Cependant, les auteurs affirment que les personnes dépendantes de Facebook présentent généralement les six caractéristiques de la dépendance :

« Le FAD [Facebook Addiction Disorder] (Trouble d’Addiction à Facebook) est défini par six caractéristiques typiques des troubles de la toxicomanie : l’importance (p. ex., pensée permanente à l’égard de l’utilisation de Facebook), la tolérance (p. ex., nécessité d’augmenter le temps passé sur Facebook pour obtenir l’effet positif antérieur), la modification de l’humeur (p. ex.., amélioration de l’humeur par l’utilisation de Facebook), la rechute (retourner à un schéma d’utilisation antérieur après des tentatives inefficaces pour réduire l’utilisation de Facebook), les symptômes de sevrage (p. ex. devenir nerveux si l’on ne peut pas utiliser Facebook) et les conflits (p. ex. problèmes interpersonnels causés par une utilisation intensive de Facebook). »

L’étude a été publiée dans la revue PLOS ONE (Brailovskaia & Margraf, 2017).

Source : https://fr.sott.net/article/31868-Une-etude-revele-que-les-gens-qui-sont-accros-a-Facebook-sont-plus-susceptibles-d-etre-narcissiques



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.