‌Mayotte préfigure ce que sera la France

  • 1
    Partage

Notre département des records !

Un petit cours de remise à niveau !

Un peu de géographie.

À 8000 kilomètres de la métropole, Mayotte – 101e département français – à l’ouest de Madagascar – 230.000 habitants.

Plus de 50% des adultes sont des étrangers en situation irrégulière et parmi ces 50% plus de la moitié sont des jeunes entre 20 et 30 ans.

Mayotte, département de tous les records :

* Le département français le plus jeune ! 50% de cette jeunesse émigre vers la métropole !

* Le département français détenant le record de la démographie : densité dix fois supérieure à celle de la métropole !

Mamoudzou, la plus grande ville de l’île, détient le record du nombre de maternités : 5 pour les 230.000 habitants de l’île, et elles sont saturées avec plus de 12.000 naissances en 2017 (également record pour l’Europe) et 80% des mères sont en situation irrégulière.

Natalité en progression constante : 7000 mises bas en 2014, 9000 en 2015, 10.000 en 2016.

Record du nombre d’enfants par famille : CINQ !

Ces chiffres sont publiés par l’ARS (Agence Régionale de Santé)

Le personnel hospitalier s’est mis en grève au mois de mai dernier pour cause de saturation : 900 malades pour 300 lits.

  • Le seul département, pour le moment, de religion musulmane de France ! Soit 95% de sa population !
  • Le seul département français qui autorise la polygamie et dont la population ne parle pas notre langue.
  • Le seul département français où la loi est appliquée par des juges musulmans qui établissent les lois, l’instruction scolaire et l’éducation coraniques, et pourtant nous sommes en France !
  • Le département français détenant le record des « expulsions » ! Mais également des reconduites à la frontière : 20.000 en 2015 et cela arrange particulièrement la métropole car ce chiffre, qui représente les ¾ des reconduites aux frontières, comptabilisées en France  par le ministère de l’immigration, sont des expulsions de l’île de Mayotte !
  • Record de l’immigration massive
  • Record également pour une île dont la ville la plus importante se situe hors de ses frontières, puisqu’il s’agit de Marseille, avec plus de 50.000 comoriens !
  • Les femmes des pays proches, les Comores, Madagascar et des côtes africaines viennent y accoucher afin que leurs enfants bénéficient de cet absurde « droit du sol » et de tous les avantages qui y sont liés, c’est-à-dire des prestations sociales nettement supérieures, y compris le « tonton Rémi » (RMI), que la « riche et généreuse » France dispense sans compter puisque alloué automatiquement.
  • Ce nouveau département français nous coûte chaque année 1 milliard 300 millions et ce chiffre, officiel et non contesté, a été communiqué dans l’émission « C dans l’air » sur France 2.
  • La reconduction aux  frontières nous coûte annuellement 300 millions d’Euros.
  • Les « Mahorais » de souche n’en peuvent plus, n’en veulent plus; ils multiplient les « décasages » (expulsions hors de leurs cases), et accusent ces clandestins de viols, de vols, de violences, d’engorgement des hôpitaux et des écoles.
  • Cette colère s’ajoute à un chômage de plus de 30%.

Sait-on pourquoi notre République avait instauré autrefois le « Droit du sol » pour être Français ? Uniquement pour obtenir en quantité de la « chair à canon » offerte à nos ennemis.

Mais aujourd’hui ce n’est plus le cas et ce « Droit du sol », que nous sommes les seuls à appliquer sans aucun contrôle est une invitation à l’invasion uniquement pour raisons économiques ; et il aura de graves conséquences surtout dans une période de crise où le chômage est devenu le principal fléau.

« Dans quelques décennies la France, victime d’une immigration non contrôlée, sera submergée par ces cultures devenues majoritaires qui installeront une république islamique  ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.