Sémantique et système symbolique abstrait: la mauvaise interprétation des évolutionnistes de la théorie de l’information appliquée à l’ADN

Erreurs commises par nos critiques : théorie de l’information

Dans des articles précédents, j’ai démontré comment des quantités substantielles d’informations biologiques ne peuvent pas émerger par un processus naturel (voir ici et ici), et j’ai décrit comment ces informations pointent sans ambiguïté vers un dessein intelligent. Maintenant, dans les articles d’aujourd’hui à vendredi, je vais aborder les erreurs généralement commises par les critiques qui contestent ces affirmations (voir iciiciici et ici). Presque toujours, les erreurs se répartissent en trois catégories :

  1. Application erronée de la théorie de l’information.
  2. Recherche mal interprétée liée à la rareté des protéines.
  3. Incompréhension du potentiel créatif des processus évolutifs.

La nature des informations biologiques

Les sceptiques des arguments du dessein basés sur l’information comprennent généralement mal la nature de l’information biologique (voir ici et ici). Par exemple, un physicien, Randy Isaac, a déclaré ce qui suit :

« Nous constatons d’abord que, du point de vue de la thermodynamique, les cellules vivantes sont des systèmes ouverts dynamiques qui échangent continuellement de l’énergie, de l’entropie, et des informations avec leur environnement… Il existe donc de nombreuses possibilités de transformer l’information d’une variable à une autre, de divers états physiques en variables utiles porteuses d’information. L’information dans une cellule n’est pas conservée, tout comme l’entropie n’est pas conservée dans un système ouvert. »

Son analyse révèle une confusion commune entre ce que l’on appelle la mesure d’information de Shannon et l’information sémantique (plus généralement, la complexité spécifiée).

La première concerne les informations nécessaires pour définir un état spécifique dans un système tel que les positions et les impulsions des molécules dans un gaz. La deuxième se rapporte à la quantité d’informations porteuses de sens sur un certain support. L’allégation selon laquelle « l’information » peut échanger avec l’environnement confond ces deux catégories. Pour illustrer cela, une séquence de lettres de Scrabble pourrait épeler le premier acte de Macbeth de Shakespeare. Et, les carreaux pourraient interagir en permanence thermodynamiquement avec l’environnement en absorbant et en libérant de la chaleur. Pourtant, une chance soudaine dans la température de l’air environnant ne ferait jamais en sorte que des carreaux supplémentaires s’organisent de manière à définir la première ligne du deuxième acte de la pièce. Les informations sémantiques ne peuvent jamais être sensiblement augmentées par des processus physiques non dirigés.

Le code génétique

Une autre erreur courante est de nier que le code génétique représente un système symbolique abstrait. Le même auteur cité ci-dessus a émis les critiques suivantes contre Stephen Meyer :

« Une symbolique abstraite pourrait relier des agents intelligents à un sous-ensemble d’ISC [information spécifiée complexe]. Avec la capacité de mener un raisonnement abstrait comme un trait attribué uniquement aux agents intelligents, il s’ensuit que la spécificité abstraite nécessiterait donc des agents intelligents. Malheureusement, Meyer ne poursuit pas la distinction entre la spécificité physique et la spécificité abstraite. Puisque la fonctionnalité des informations sur l’ADN réside dans son action physico-chimique, aucune spécificité abstraite n’est évidente dans une cellule vivante. »

Le critique n’a apparemment pas lu attentivement Signature in the Cell où Meyer aborde en détail la spécificité abstraite de l’ADN (iciici et ici).

En outre, le symbolisme abstrait intrinsèque au code génétique a été largement reconnu depuis que Watson et Crick ont découvert pour la première fois la structure de l’ADN et ses capacités de transmission d’informations. Le biologiste et historien Ulrich Stegmann commente :

« Selon Crick, le problème de codage est centré sur la mise en correspondance de quatre types de choses avec vingt types de choses (voir sa citation dans la section 2.1). Ces correspondances sont des relations entre deux ensembles, qui peuvent être décrites au moyen de notions théoriques des ensembles comme la surjectivité. Ces caractéristiques faisant l’objet d’une théorie formelle, il est raisonnable de les considérer comme formelles ou abstraites… Le conflit apparent entre l’abstraction des schémas de codage et leurs engagements mécanistes est ainsi dissous. »

Le code génétique est un système symbolique abstrait même s’il est mis en œuvre par des processus physiques. Il en va de même pour la plupart des codes, y compris le code ASCII exécuté dans les ordinateurs et le code Morse historiquement appliqué aux signaux transmis sur un fil télégraphique.

Information dans les molécules biologiques

Une erreur connexe prétend que les informations véhiculées dans les molécules biologiques ne sont pas comparables aux informations sémantiques générées par l’homme. Encore une fois, cette allégation découle d’une mauvaise compréhension de la nature des informations biologiques. Le fait que l’ADN, l’ARN, et les protéines contiennent des informations sémantiques porteuses de sens a été reconnu par des experts de premier plan dans le domaine tels que la chercheuse en systèmes complexes Anne-Marie Grisogono :

Information in Biological Molecules

« Le fait que ces informations aient un sens, des implications sur autre chose que leur propre instanciation, les place dans une catégorie unique, que nous pourrions appeler des informations sémantiques, et leur existence soulève de nombreuses questions et considérations profondes et importantes. »

Le lien entre l’information résidant dans les protéines et la signification/le but de cette information est davantage articulé par les philosophes des sciences Karola Stotz et Paul E. Griffiths :

« Le cœur et l’âme de tout cela sont les informations contenues dans le moule protéique. Il y a un coin dans ce moule pour chaque pièce et suffisamment d’informations passent la main pour trois fonctions : (1) la reconnaissance de chaque pièce, (2) le positionnement optimal des pièces les unes par rapport aux autres, et (3) l’affaiblissement ou le fractionnement de certaines liaisons dans les pièces ou la réalisation de nouvelles liaisons pour souder les pièces entre elles…En bref, le moule enzymatique contient ici le programme de base pour une réaction chimique séquentielle. »

Les informations contenues dans les protéines diffèrent des informations générées par l’homme en ce qu’elles correspondent directement à la structure physique des protéines, mais cette différence ne diminue en rien son caractère sémantique ou son association avec une signification abstraite. En fait, la connexion entre l’ADN, les protéines, et les structures biologiques qui en résultent ressemble à bien des égards à la façon dont les informations dans la technologie CAD-CAM dirigent la production de pièces d’avion.

Protéines et langage

La similitude frappante entre les protéines et le langage humain est encore élucidée par les biologistes computationnels Andrea Scaiewicz et Michael Levitt :

« Dans cette comparaison, le vocabulaire (domaines) des protéines est construit à partir d’un alphabet d’acides aminés. Les principes de syntaxe permettent à l’association de domaines de former des architectures multi-domaines, un processus régi par des règles hiérarchiques (grammaire), qui déterminent la structure et donc la fonction biologique (sémantique) des protéines. »

Ces chercheurs se sont sentis obligés de décrire des informations biologiques en utilisant des expressions telles que « schémas de codage », « porteur de sens », « programme de base » et « règles hiérarchiques (grammaire). » Une telle terminologie implique clairement un raisonnement abstrait et indique donc une conception même selon les propres critères des critiques.

Demain : Recherche erronée liée à la rareté des protéines.

Source : https://evolutionnews.org/2020/07/mistakes-our-critics-make-information-theory/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.