La science contaminée par la « conjecture ignorante »

La science est-elle laïque (neutre) ?

par Bodie Hodge 17 mai 2013. Dernière présentation le 16 septembre 2016.

Beaucoup aujourd’hui insistent que la science ne peut être faite que par ceux qui ont une vision du monde laïque. De telles déclarations sont manifestement absurdes et sont un type de sophisme arbitraire appelé « conjecture ignorante. »

 Beaucoup aujourd’hui insistent que la science ne peut être faite que par ceux qui ont une vision du monde laïque -au moins par ceux qui sont prêts à laisser leurs vues religieuses à la porte dès qu’ils entrent dans le laboratoire de science. Plusieurs athées et évolutionnistes populaires ont soutenu que ceux qui rejettent le big bang et l’évolution des êtres vivants sont tellement arriérés qu’ils ne peuvent même pas être impliqués dans le développement de nouvelles technologies.1 Mais est-ce vraiment le cas, ou ces adversaires d’une vision du monde biblique font-ils tout simplement des affirmations qui ne peuvent être supportées par des faits et des arguments substantiels, ayant une mauvaise compréhension de la vraie science?

Un ami du ministère a récemment été défié par le commentaire que la science ne peut se faire que dans un cadre évolutif purement laïque. Nous avons décidé de publier une réponse dans un but éducatif. De telles déclarations sont manifestement absurdes et sont un type de sophisme arbitraire appelé « conjecture ignorante. » En d’autres termes, ces gens ne connaissent simplement pas le passé, ils ne sont pas familiers avec ce que la science est vraiment.

Des exemples de scientifiques opérant à partir d’une vision du monde chrétienne

Si la science est une entreprise strictement laïque sans aucune nécessité d’une vision biblique du monde, alors pourquoi la plupart des domaines de la science ont-ils été développés par des chrétiens croyant en la Bible? Par exemple, considérez Isaac Newton, Gregor Mendel, Louis Pasteur, Johann Kepler, Galilée, Robert Boyle, Blaise Pascal, Michael Faraday, James Joule, Joseph Lister, et James Clerk Maxwell. Ces « grands » de la science ne faisaient-ils pas de la science? Francis Bacon a développé la méthode scientifique, et c’était un créationniste jeune-terre et un fervent chrétien.

Même dans les temps modernes, l’inventeur de la machine à lRM, le Dr Raymond Damadian, est un chrétien travaillant avec des principes chrétiens. Le fondateur de la tectonique des plaques catastrophique, le Dr John Baumgardner, est aussi un fervent chrétien. Et ceux qui ont récemment fondé le domaine scientifique de la baraminologie sont aussi chrétiens. De même, moi (Bodie Hodge) j’ai développé une nouvelle méthode pour la production de diborure 
de titane sub-micronique pour la science des matériaux et l’industrie de la céramique. Le Professeur Stuart Burgess a développé un nouveau mécanisme pour le satellite européen de deux milliards de dollars Envisat (ESA). Le Dr John Sanford a développé la biolistique. Et il ne faut pas oublier Wernher Von Braun, le chrétien Jeune-Terre qui fut le fondateur de la science du développement des fusée et a permis aux États-Unis d’aller sur la lune. Ce ne sont que quelques exemples d’individus qui adhéraient à une vision du monde biblique et étaient des scientifiques et des inventeurs de nouvelles technologies tout à fait capables.
Le fondement pour la science est le christianisme biblique

En outre, la science vient d’une vision chrétienne du monde. Seul le Dieu décrit dans la Bible peut expliquer un univers logique et ordonné. Dieu soutient l’Univers d’une manière particulière, de sorte que nous pouvons l’étudier par des expériences d’observation et reproductibles (voir Genèse 8:22). Parce que Dieu maintient l’Univers d’une manière cohérente, nous avons une raison valable de croire que nous pouvons étudier le monde dans lequel nous vivons et décrire les lois que Dieu utilise pour maintenir l’Univers (Colossiens 1:17).

Du point de vue séculier, où toute la matière est née par hasard à partir de rien, il n’y a aucune cause ultime ou raison pour tout ce qui se produit, et les explications sont en constante évolution, il n’y a donc pas de base pour la science. Bien que de nombreux non-chrétiens fassent de la science, en inventant de nouvelles technologies ou améliorant la science médicale, ils le font d’une manière qui est incompatible avec leur vision professée du monde. Sur quelle base devrions-nous nous attendre à un univers qui est venu de rien et sans aucune raison d’agir d’une manière prévisible et cohérente? Lorsque des non-chrétiens font de la véritable science par l’expérimentation observable et reproductible, ils assument en fait une vision biblique du monde, même s’ils ne le réalisent pas.

Les États-Unis perdront en « science » si leur système éducatif limite la science dans la salle de classe exclusivement à la religion de l’humanisme séculier.

Ce n’est pas « la science vs la religion »

Donc, le débat n’est pas « la science contre la religion. » C’est en réalité « la religion contre la religion. » Malheureusement, la science est prise en tenaille.

La bataille est entre la religion de l’humanisme laïque (avec ses variantes comme l’agnosticisme, l’athéisme, etc.), qui est généralement appelée laïcité ou humanisme pour faire court, et le christianismeElles ont toutes deux des documents religieux (par exemple, les Manifestes Humaniste I, II, et III pour les humanistes, et la Bible pour les chrétiens); les deux sont reconnues comme des religions par la Cour suprême;2 et les deux reçoivent le même statut d’exonération d’impôt en vertu de l’article 501(c)(3). Les deux ont des vues différentes des origines.

L’humanisme a l’évolution astronomique (big bang), l’évolution géologique (des millions d’années d’évolution lente et progressive), l’évolution chimique (la vie est venue de la non-vie) et l’évolution biologique (la vie unicellulaire originelle a évolué dans toutes les formes de vie que nous avons aujourd’hui au cours de milliards d’années) dans sa vision des origines. En d’autres termes, l’évolution (dans son ensemble) est un sous-ensemble du dogme de la religion de l’humanisme, de la même manière que la création biblique (dans son ensemble, avec la création en six jours, la chute, Ie déluge mondial, et la Tour de Babel) est un sous-ensemble du dogme du christianisme. C’est une bataille entre deux religions différentes.

Ces derniers temps, les gouvernements provinciaux et fédéraux ont banni le christianisme des salles de classe, pensant qu’ils en avaient banni la religion; mais à la place, ils ont juste remplacé le christianisme par la religion athée de l’humanisme. Ce fut une attaque conçue par les humanistes. Considérez cette citation dans le magazine The Humanist qui décrit le plan vers lequel ils tendaient au début des années 1980 :

Je suis convaincu que la bataille pour l’avenir de l’humanité doit être engagée et gagnée dans la salle de classe de l’école publique par les enseignants qui perçoivent correctement leur rôle de prosélytes d’une nouvelle foi : une religion de l’humanité qui reconnaît et respecte l’étincelle de ce que les théologiens appellent la divinité en chaque être humain. Ces enseignants doivent incarner le même dévouement que les prédicateurs fondamentalistes les plus passionnés, car ils seront ministres d’un autre genre, utilisant une classe au lieu d’une chaire afin de transmettre des valeurs humanistes dans quelque discipline qu’ils enseignent, qu’importe le niveau d’éducation – du préscolaire à l’université d’État. La classe doit devenir et sera un théâtre de conflits entre l’ancien et le nouveau – le cadavre en état de décomposition du christianisme, avec tous ses maux et misères adjacentes, et la nouvelle foi de l’humanisme.3

Une vision du monde évolutionniste équivaut-elle à la science?

Il existe une idée fausse selon laquelle ce sous-ensemble évolutionniste de l’humanisme est la science. La science signifie les connaissances et la méthodologie scientifique qui repose sur la méthode scientifique (expérimentation observable et reproductible). Cependant, l’évolution (qu’elle soit chimique, biologique, astronomique, ou géologique) est loin d’être scientifique. Considérons les faits suivants :

1. Personne n’a été en mesure d’observer ou de reproduire l’apparition de la vie à partir de la non-vie (la matière produisant la vie ou l’évolution chimique).
2. 
Personne n’a été en mesure d’observer ou de reproduire le changement d’une forme de vie unicellulaire comme une amibe en une vache ou une chèvre sur des milliards d’années (évolution biologique).
3. Personne n’a été en mesure d’observer ou de 
reproduire le big bang (évolution astronomique).
4. Personne n’a observé des millions d’années de temps progressant dans des couches géologiques (évolution géologique).

La raison pour laquelle certaines personnes sont dans la confusion au sujet de la religion de l’humanisme et en particulier de son sous-ensemble l’évolution -comme étant la science est un leurre trompeur. Laissez-moi vous expliquer. L’un des éléments clés de l’humanisme est le naturalisme. Fondamentalement, il suppose, a priori, qu’il n’y a rien de surnaturel et pas de Dieu. En d’autres termes, la nature (à savoir, la matière) est tout ce qui existe dans leur religion (seulement le monde physique).

Pour clarifier les choses, les chrétiens croient également au monde naturel; mais à la différence du naturaliste ou de l’humaniste, nous croyons également au monde surnaturel (à savoir, le monde spirituel, abstrait, conceptuel et immatériel). La logique, la vérité, l’intégrité, les concepts, la pensée, Dieu, etc., ne sont pas matériels et n’ont pas de masse; donc ceux qui adhèrent au naturalisme comme vision du monde doivent rejeter la logique, la vérité, et tous les concepts immatériels s’ils souhaitent être cohérents puisque ceux-ci ne sont pas des parties matérielles ou physiques de la nature.

Ceci est très important parce que le naturalisme ou la science naturelle a été ajouté comme l’une des définitions du dictionnaire de la science. Par exemple, on ne le trouvait pas dans le dictionnaire Webster de 1828, mais il a été ajouté sous une forme dans l’édition de 1913. Et, fait intéressant, ils ont retiré la définition que « la science de Dieu doit être parfaite » dans l’édition de 1913.

Par conséquent, bien que beaucoup fassent appel à la science observable et à la méthodologie pour comprendre comment l’Univers fonctionne, une autre définition a été ajoutée pour brouiller les pistes.4 La science est maintenant définie comme « connaissance ou système de connaissances couvrant des vérités générales ou le fonctionnement des lois générales en particulier obtenu et testé par la méthode scientifique. »5

Par exemple, les évolutionnistes ont continué à populariser l’observation scientifique de Darwin de l’évolution des becs des pinsons des Galapagos comme preuve de l’évolution d’une espèce animale en une autre. Ceci est un excellent exemple du leurre trompeur où les scientifiques présentent des preuves scientifiques réelles (la différence dans les becs de pinson), mais étire la vérité pour dire qu’elle valide la mythologie grecque de l’évolution des microbes à l’homme (la partie « leurre » du sophisme). Cette astuce en a conduit beaucoup à croire que l’évolution est de la vraie science. La seule vraie science dans cet exemple est l’observation de la différence des becs de pinsons.

Les gens sont leurrés avec cette bonne méthodologie de la science (encore une fois développée par un chrétien nommé Francis Bacon), puis on leur dit que l’évolution c’est de la science tout en faisant appel subtilement à une autre définition ajoutée: celle de la « science naturelle » ou « naturalisme ».

Cela revient à dire qu’une autre définition de la science est « le nazisme. » Alors les nazis pourraient dire qu’ils sont « scientifiques » et faire leur entrée dans une salle de classe! C’est ce qui est arrivé avec l’humanisme. La religion de l’humanisme (avec son principe fondateur le naturalisme) a été déguisé en science en ajoutant une autre définition au mot scienceMais ce n’est pas la bonne science à laquelle nous pensons qui fait les ordinateurs, les navettes spatiales, et les voitures. C’est une religion. Appeler l’évolution science est un leurre tactique.

Alors, la science est-elle strictement laïque?

Non. En résumé, la science ne peut jamais être strictement laïque pour ces raisons :

  • La vraie science c’est l’expérimentation observable et reproductible qui n’a de sens que dans le cadre d’une vision biblique du monde où la puissance de Dieu garde les lois de la nature cohérentes. En d’autres termes, la science procède d’une vision biblique du monde.
  • L’humanisme séculier, avec son sous-ensemble de l’évolution, est en réalité une religion et non de la science.
  • Bon nombre des plus grands scientifiques étaient des chrétiens croyant en la Bible dont la vision biblique du monde a motivé leurs études scientifiques, montrant qu’une vue strictement laïque n’est pas nécessaire pour faire de la science.

Note finale : Où l’humanisme mène t-il

Les chrétiens continueront à mener des recherches scientifiques et à inventer des choses, des processus et des domaines scientifiques ainsi que nous l’avons toujours fait. Si les États-Unis et d’autres endroits négligent nos réalisations et inventions et continuent à imposer la religion de l’humanisme aux enfants sans méfiance dans la salle de classe (généralement à l’insu de la plupart) en limitant sa définition de la science à la vision du monde humaniste, alors mon humble suggestion est qu’ils vont continuer sur la même voie que celle où l’humanisme conduit. Autrement dit, ceux qui sont cohérents dans leur vision du monde naturaliste ne devraient pas se soucier de la vraie science ou du monde, puisque rien ne compte finalement dans cette vision du monde.

Notes

  1. Comme exemple de cette attitude dédaigneuse, Eugenie Scott du National Center for Science Education (NCSE), une humaniste religieuse de premier plan, dit, « Comme d’autres pseudosciences, la « science créationniste » cherche des soutiens et des adhérents en se prétendant scientifique. » (http://ncse.com/rncse/23/1/my-favorite-pseudoscience)
  2. La Cour suprême des États-Unis dans Torcaso v. Watkins, 81 S.Ct. 1681 (1961), a déclaré ce qui suit : « Parmi toutes religions de ce pays qui n’enseignent pas ce qui serait généralement considéré comme une croyance en l’existence de Dieu, se trouve le bouddhisme, le taoïsme, la culture éthique, l’humanisme séculier, et d’autres. »
  3. J. Dunphy, « A Religion for a New Age, » The Humanist, janvier–février 1983, p. 23, 26.
  4. Il y a aussi le problème de la science opérationnelle versus la science historique. Pour plus de détails, voir http://www.answersingenesis.org/articles/ee/what-is-science.
  5. Merriam-Webster Online, s.v. « science, » http://www.merriam-webster.com/dictionary/science (consulté le 8 mars, 2013).

Source : https://answersingenesis.org/what-is-science/is-science-secular/?utm_source=articlesmedia&utm_medium=email&utm_content=featurebutton&utm_campaign=20160924&mc_cid=683a1712b1&mc_eid=0579a81ff9

Article en rapport direct avec ce sujet: http://www.parolesdedieu.fr/these-duhem-jaki-lexplication-du-role-croyances-chretiennes-lessor-science-comparees-aux-idees-paiennes-anti-scientifiques-en-regard-grandes-civilisations/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.