Rappel sur les fondamentaux du judaïsme et de la chrétienté

r1hm6ojw

J’ai reçu pas mal de commentaires offensés suite à mon affirmation selon laquelle le judaïsme orthodoxe est essentiellement une forme d’anti-christianisme. Mes critiques ont cru bon de m’informer de ce que, le judaïsme étant antérieur au christianisme, il était donc impossible qu’il soit anti-chrétien… Voici quelques extraits des commentaires en question :

Voyons, ce que vous dites au début ne peut être vrai, car le judaïsme existait déjà plus de mille ans avant le christianisme, et a toujours consisté en une vision introvertie du monde (Si vous ne connaissez pas grand-chose au sujet, il est inutile de coller ce genre d’étiquettes. Tout le monde a le droit de prêcher pour sa religion, pas seulement les chrétiens orthodoxes).

Vous savez certainement que le judaïsme est BEAUCOUP plus ancien que la Chrétienté, Saker ? Quels que soient les sentiments de certains d’entre eux envers les goyim, je pense que leur religion est bien plus qu’un simple sentiment anti-chrétien.

Qu’est ce que c’est que cette m… e ? Avec ça les imbéciles et les naïfs n’ont plus qu’à pointer le doigt et à se mettre à crier à l’ »antisémite » ; pourrez-vous les en blâmer ? Bon, bien sûr vous le pourriez, mais quand même.  A elle seule, cette phrase corrompt toute nuance, toute analyse raisonnée, toute argument concret que pourrait développer le Saker. Il est honteux que le Saker soit en train de devenir un fanatique religieux – ou du moins un fanatique anti-juif.

Soupir…

Comme cela se produit souvent, la propagande moderne fonctionne avec un mélange d’ignorance et d’idées fixes bien apprises. Vous pourriez dire, pour paraphraser Rumsfeld, que c’est un cas d’inconnues non reconnues. C’est ici le cas, et tout l’outrage bien-pensant qui précède est fondé sur une très simple idée fausse : la certitude que ce que nous nommons aujourd’hui judaïsme est la religion qui était celle des Juifs avant, et jusqu’à, l’époque du Christ. Cette supposition est totalement erronée.

Ce que nous nommons aujourd’hui judaïsme n’est que la prolongation d’une des nombreuses sectes existant à l’époque du Christ : la fameuse secte des Pharisiens. Pour être précis, c’est la continuation de cette partie de la secte des pharisiens qui n’a pas accepté le Christ (d’autres l’ont accepté : Saint-Paul était un pharisien, ainsi que cet enseignant d’immense renommée que fut Saint-Gamaliel l’Ancien). Outre qu’ils étaient très affinés intellectuellement, une des particularités des pharisiens était de se réunir en assemblées afin de lire les Ecritures et d’adorer Dieu. En grec, qui était à l’époque la langue véhiculaire, c’est-à-dire la langue commune des échanges, le mot assemblée, se dit συναγωγή, sunagogê (ou synagogue en français moderne). Lorsque le temple de Jérusalem fut détruit par les légions de l’Empereur romain Titus, en l’an 70 de notre ère, les pharisiens étaient les seuls à disposer d’une structure rodée leur permettant de continuer à fonctionner en l’absence de temple : la synagogue.

Gardez bien à l’esprit qu’il n’existait pas de rabbins en tant que tels, du moins pas en tant qu’institution, avant l’an 70. Il existait des prêtres et des enseignants, et il arrivait que l’on s’adressât à certains de ces enseignants en les nommant Rabbi, mais le judaïsme rabbinique (ce que le judaïsme moderne est en réalité) n’existait pas à cette époque.

L’autre trait déterminant des pharisiens est qu’il pensaient (à juste titre) que les Ecritures ne renfermaient pas la totalité des enseignements de Dieu, et que la tradition orale était aussi importante que la tradition écrite. D’autres sectes juives, à l’inverse, insistaient sur sola scriptura [Ndt : l’Ecriture seule], tout comme les dénominations protestantes modernes.

On ne saurait souligner assez l’importance catastrophique de la destruction du temple en l’an 70. Non seulement cela priva les Juifs, dans tout le Moyen-Orient, du lieu de culte sur lequel toute leur vie était centrée, mais cela détruisit aussi l’édifice dans lequel il avait été prédit que le Messie viendrait prêcher, et cela se produisit au moment prophétisé par le prophète Daniel. Pour ceux des Juifs qui n’avaient pas accepté le Christ, ce fut une terrible, une épouvantable nouvelle. Il fallait sans tarder faire quelque chose, ce qui fut fait.

Voici les axes principaux que suivit cette réponse :

  1. Sous le prétexte de correction et de normalisation, les différents livres saints que nous désignons aujourd’hui sous le nom d’Ancien Testament furent expurgés des passages les plus évidents se référant au Christ. Le Livre des Psaumes fut particulièrement massacré. Une sorte de Nouvel Ancien Testamentfut mis au point par un groupe d’érudits, appelés les Massorètes, lesquels produisirent un faux, une collection remaniée de textes aujourd’hui dénommée le texte massorétique de la Bible, expurgée de toutes ses références originelles au Christ (le véritable texte d’origine des livres que nous nommons aujourd’hui Ancien Testament n’a pas été préservé en hébreu, mais il subsiste dans des traductions grecques de l’hébreu réalisées à la fin du 2ème siècle par 72 étudiants travaillant pour Ptolémée Philadelphe. D’où le nom de cette traduction, celle des Septante [Ndt : on dit aussi la Septante], ou simplement LXX).
  2. Une nouvelle classe d’enseignants émergea, chargés de l’interprétation correcte des traditions écrite et orale : les rabbins. Leur devoir principal était d’expliquer ce qui s’était passé en 70, et la signification que cela avait pour le peuple juif.
  3. Une nouvelle Tradition orale ancienne fut élaborée, et, cette fois, mise par écrit. C’est ce qui fut en fin de compte connu sous le nom de Talmud (dont il existe deux versions, mais peu importe), le livre anti chrétien par excellence.
  4. Exactement comme l’avaient prédit les paroles du Christ et les apôtres Paul et Jean l’Evangéliste, le culte du Satan et la magie noire furent bientôt intégrés dans ce nouvel ancien corpus de traditions, qui a formé la base de ce que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Kabbalah [Ndt : La Cabbale, qui a donné notre mot cabale]
  5. Finalement, et très logiquement, le culte changea de centre, et l’adoration de Dieu devint un culte de soi. Dans cette dernière évolution, c’est le peuple juif tout entier qui est le messie innocent et souffrant, et ce qu’on appelle communément holocauste est ce sacrifice mystique qui amènera le salut du monde. Dans cette dernière école de pensée, on fait appel aux Juifs dans leur ensemble pour réparer le monde, pour faire oeuvre de messie.

Et maintenant, avant de voir arriver l’habituel tsunami de commentaires outragés épicés des habituelles accusations d’antisémitisme, et tout le reste des divagations inévitables, laissez-moi vous dire tout de suite que je n’ai aucune intention de prouver tout ce qui précède. Je n’ai simplement pas de temps pour cela. Si cela vous intéresse, vous pouvez sans difficulté trouver toute cette information en ligne, que ce soit dans les livres écrits par des érudits anti-juifs comme Michael Hoffman, ou dans ceux d’universitaires juifs respectés commeJacob Neusner. Ce dernier, vous l’imaginez bien, ne donne pas aux événements la même interprétation que moi, mais il ne soulève pas non plus d’objection quant aux événements fondamentaux et à la chronologie.

Ce qui importe pour moi, c’est ceci : prenez n’importe quel bon ouvrage ou cours d’histoire sur ce que l’on nomme aujourd’hui le judaïsme et vérifiez par vous-même la véracité des faits que j’ai mentionnés. Je vous recommande particulièrement La Voie de la Torah : une introduction au judaïsme, par Jacob Neusner, qui, si je ne me trompe pas, existe sous forme de conférences enregistrées dans la série des Grands Cours de la Société d’enseignement [Ndt : Teaching Company Great Courses series]. Pour une perspective non juive, je recommande les livres L’étrange dieu du judaïsme, et surtout Le judaïsme redécouvert (plus de 1000 pages !) par Michael Hoffman. Vous pouvez les commander en ligne ou même les télécharger en PDF (peut-être non autorisés, et donc gratuits). Mais un simple passage à votre librairie favorite devrait vous confirmer suffisamment que je n’invente rien.

Si vous prenez le temps d’étudier les racines et l’évolution de ce que nous appelons judaïsme, et que l’on pourrait appeler quelque chose comme talmudisme rabbinique/pharisianique, vous en arriverez à l’inévitable conclusion que le judaïsme moderne n’est pas la religion d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, mais la religion de Maïmonide [1], Karo  [2] et Louria [3]. Cette religion n’a *rien* en commun avec la religion du peuple juif avant le Christ, de la même façon que les Juifs modernes, et particulièrement les Ashkénazes, n’ont aucun lien génétique avec le peuple juif d’il y a 2000 ans. Nous avons affaire à une escroquerie, dont l’effort principal s’évertue à tenter de faire passer le faux pour du vrai, tout comme la papauté essaie de prouver que c’est elle qui représente L‘Église originelle du Christ, alors qu’en fait aucun des deux, ni le judaïsme ni la papauté,  n’a ses racines dans l’époque du Christ.

En fonction de vos convictions personnelles, il n’y a que deux religions aujourd’hui qui peuvent prétendre à être la véritable, l’authentique continuation de la foi d’Abraham, Isaac et Jacob : le christianisme orthodoxe (tout simplement parce que c’est la forme originelle de christianisme, qui est lui-même l’accomplissement de l’ancienne foi du peuple Juif), et le Karaïsme [4] (tout simplement parce que c’est la plus proche confession non chrétienne dont les racines remontent au judaïsme pré-talmudique, tout au moins dans sa version de la secte des Sadduccéens).

J’aimerais autant ne pas avoir une longue discussion sur ce sujet fascinant, mais complexe. Je souhaitais seulement expliquer pourquoi j’ai écrit que le judaïsme est fondamentalement une forme d’anti-christianisme, et rassurer ceux qui ont failli avoir une crise cardiaque ou un coup de sang du fait de l’indignation qui fut la leur en entendant exprimer une opinion aussi manifestement ignorante et fanatique.

Revenons à présent au monde moderne et à ses nombreux problèmes.

Bien à vous et amicalement,

Le Saker
Traduit par Abdelnour pour vineyardsaker.fr

Notes du traducteur

[1] Moïse Maïmonide  : rabbin andalou du XIIème siècle (Cordoue, 30 mars 1138 – Fostat, décembre 1204). Médecin, philosophe juif, commentateur de la Mishna, jurisconsulte en matière de loin juive et dirigeant de la communauté juive d’Égypte, il excelle dans tous ces domaines et est considéré comme le « second Moïse du judaïsme ». Il influence également le monde non-juif, notamment Thomas d’Aquin, qui le surnomme « l’Aigle de la Synagogue ».

[2] Rabbi Yossef ben Ephraïm Karo (1488, Tolède (Espagne) – 1575, Safed (Empire ottoman)) est l’une des plus importantes autorités rabbiniques du judaïsme. Talmudiste, législateur et codificateur, en rédigeant leChoulhan Aroukh il devient le plus grand décideur halakhique du peuple juif.

[3] Rabbi Isaac Ashkenazi Louria ou Loria (Jérusalem 1534 – Safed 1572), rabbin et kabbaliste, est considéré comme le penseur le plus profond du mysticisme juif, et le fondateur de l’école kabbalistique de Safed. Il fut même identifié par certains Sages comme étant le Machia`h ben Yossef [le messie fils de Joseph].

[4] Le Karaïsme (peut aussi s’écrire caraïsmeqaraïsme ou charaïsme) est un courant du judaïsme scripturaliste car fondé sur la seule Miqra, c’est-à-dire la Bible hébraïque et le refus de la Loi orale. Il est donc en opposition au judaïsme rabbinique.

NB :

Point de vue de la bible sur les juifs depuis le début de l’ère chrétienne :

Apocalypse 3v9a:
« Écoute : je donnerai ceux de la synagogue de Satan qui disent qu’ils sont Juifs, et pourtant ils ne le sont pas, mais ils mentent »

Apocalypse 2v9:
« Je connais ta tribulation et ta pauvreté — mais tu es riche — et le blasphème de ceux qui disent qu’ils sont, eux, des Juifs, et pourtant ils ne le sont pas, mais ils sont une synagogue de Satan. »

Jean 8v44:

« Vous venez, vous, de votre père le Diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Celui-là a été un homicide lorsqu’il a commencé, et il n’a pas tenu bon dans la vérité, parce que la vérité n’est pas en lui. Quand il dit le mensonge, il parle selon sa propre inclination, parce que c’est un menteur et le père du mensonge. »


Point de vue de la bible sur la chrétienté depuis la fin du premier siècle:

2 Thessaloniciens 2v3:
« Que personne ne vous séduise d’aucune manière, parce que ce jour ne viendra que si l’apostasie arrive d’abord et que l’homme d’illégalité se révèle, le fils de destruction. »

1 Timothée 4v1:

« Cependant, la parole inspirée dit clairement que dans les périodes à venir quelques-uns abandonneront la foi, faisant attention à des paroles inspirées trompeuses et à des enseignements de démons, »

2 Timothée 4v3:
« Car il y aura une période où ils ne supporteront pas l’enseignement salutaire, mais, selon leurs propres désirs, ils accumuleront des enseignants pour eux-mêmes, afin de se faire agréablement caresser les oreilles ; »

2 Pierre 2v1:
« Cependant, il y a eu aussi de faux prophètes parmi le peuple, comme il y aura aussi parmi vous de faux enseignants. Ces gens-là introduiront furtivement des sectes destructrices et renieront même le propriétaire qui les a achetés, amenant sur eux-mêmes une prompte destruction. »

Actes 20v29:
« Je sais qu’après mon départ des loups tyranniques entreront chez vous et qu’ils ne traiteront pas le troupeau avec tendresse, »

Source : 

Un commentaire pour “Rappel sur les fondamentaux du judaïsme et de la chrétienté”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.