Serons-nous demain « biopucés » ?

Auteur
Eric LEMAITRE

Il y a quelques années de cela, je publiais sur un réseau social un texte portant sur l’émergence possible d’un identifiant cutané susceptible demain d’opérer une forme de contrôle des populations. Ce texte avait alors surpris un de mes amis, persuadé que je me laissais conquérir, voir même vampirisé par un quelconque site complotiste.

Mais il n’en était rien, j’avais eu tout simplement une conversation avec ma nièce qui revenait de la « Singularity University », université fondée par le directeur de Google AI et futuriste Ray Kurzweil.

Nous échangions des réflexions sur les progrès accomplis dans les domaines des techno-sciences et susceptibles d’opérer de véritables changements de paradigmes concernant la vie sociale notamment sur les possibilités de « traquage » de possesseurs de smartphone, de géolocalisations des usagers de cette prothèse numérique à laquelle nous sommes devenus tous addicts, j’oserai ici écrire attachés au sens fort, même du terme. Addict, le terme utilisé me semble si approprié au vu de ces visages que nous croisons quotidiennement, composant une foule innombrable rivée sur l’écran, attendant le bus, le tram ou le métro. Visages passifs, ignorant le voisin d’à côté mais d’ores et déjà domestiqués, asservis par la technologie, technologie qui les possède en soi.

Interpellé par ces échanges avec ma nièce, je songeais bien entendu à ces innombrables articles sur ces puces, véritables technologies d’identification susceptibles d’être implémentées et intégrées à même la peau animale ou à celle d’un être humain. Ces radio marqueurs sous-cutanées qui ont été également conçues pour la traçabilité des animaux, peuvent également être utilisées sur des êtres humains.

Notre Chat Noé fait de la résistance.

Il y a quelque temps de cela, notre famille a recueilli un chat errant, nous nous sommes employés de retrouver son propriétaire et après avoir informé notre proche environnement, nous nous sommes mis en quête d’aller trouver un vétérinaire pour identifier les propriétaires de ce chat abandonné. Après avoir ausculté le chat, le vétérinaire, vérifia s’il n’était pas « pucé » afin d’éventuellement le scanner pour retrouver son origine et connaître son propriétaire !

Lors de la consultation et en échangeant avec le vétérinaire j’apprenais que le tatouage électronique de ce chat était obligatoire avant la réalisation de tout transfert de propriété. Mais l’idée de tatouer électroniquement Noé notre chat, me rendait circonspect puis m’horrifiait même si j’en comprenais les motifs. Ma réticence tenait en réalité aux raisons rationnelles qui pourraient être promues pour tracer l’ensemble du genre humain. De fait ce chat, nous l’avons adopté, mais nous l’avons épargné d’être tracé, bien qu’il soit chat d’appartement mais le féliné de compagnie est également partagé par l’envie de fréquenter le jardin de l’un de nos voisins et d’y rencontrer ses autres coreligionnaires, à ce stade précisons que Noé est eunuque.

Holmes mène son enquête auprès de l’Union Européenne.

Pourtant au-delà de cette amusante « anecdote domestique », subrepticement l’idée d’une puce électronique semble faire son chemin en Europe et n’avait besoin d’aucun site complotiste pour en faire sa promotion. De nombreuses entreprises l’ont en effet adopté, certaines entreprises ont même proposé à leurs salariés d’implanter volontairement une puce RFID dans la paume de leur main, les reportages se sont multipliés dans les médias accompagnés d’une vraie réflexion sur les conséquences éthiques que revêtirait le développement des recherches comme de la promotion sociale d’une technologie intrusive susceptible de tracer, de traquer, de fliquer demain les individus.

Or nous constatons que l’idée même de tracer les populations fait largement son chemin y compris en Europe en proie aux flux migratoires. L’Europe qui pourrait bien demain articuler de nouveaux mécanismes de régulation, de contrôle et de surveillance des migrants à l’aune de contextes terroristes et de flux migratoires qui semblent l’inquiéter.

A ce propos l’Europe via la politique de la Commission Européenne (CE) vise également de faire accepter l’usage des technologies y compris les RFID[1] basées sur des puces implantables sous la peau. En effet, depuis une quinzaine d’années déjà, des recherches et des projets se développent et vont dans ce sens. La CE a financé des études prospectives sur les technologies RFID très vite après l’apparition des premières puces à la fin des années « 1990 », dont la plus connue est VeriChip.

Sans doute certains lecteurs réagiront avec une certaine défiance ou scepticisme et s’étonneront qu’une telle affirmation soit ici énoncée. Nous les renvoyons donc à l’étude prospective financée par la commission Européenne[2] que nous insérons à notre blog (RFID Technologies : Emerging Issues, Challenges and Policy Options). Le portail de l’industrie archivé en 2012[3] soulignait déjà en 2012 la création d’un environnement politique encouragé par l’Union Européenne, favorable à l’usage des technologies RFID. Or si dans les déclarations et les recommandations de l’Union Européenne, celle-ci recommande voire même somme les fabricants de puces RFID, d’évaluer l’impact sur la vie privée, nous sommes persuadés qu’à terme, l’éthique Européenne risque bel et bien de céder aux nouvelles évolutions sociétales touchant à la marchandisation de la vie et demain à des impératifs touchant à la sécurité des citoyens européens.

Mettre la Puce à l’Oreille.

Dans d’autres contextes corroborant l’intuition d’une avancée incontestable des moyens de suivi de nos usages ou de « tracking » de nos comportements, le traçage électronique, au moyen des empreintes biométriques ou internet, s’est aujourd’hui largement et profusément diffusé et ne manque pas de surcroît de susciter quelque crainte du point de vue de l’aliénation possible de nos libertés individuelles.

Ce traçage pourtant est de plus en plus familier, n’évoque-t-on pas dans de nombreux pays, la mise en place de carte d’identité biométrique ce qui suppose le recueil des empreintes digitales, à cela d’ajouter le contrôle des déplacements de passagers lors de leur embarquement afin d’anticiper les risques de piratage aérien ou de terrorisme.

Plusieurs d’entre nous, lecteurs de ce texte ont sans doute entendu l’évocation de la biométrie concernant l’accès à une cantine scolaire, aujourd’hui très largement répandue, or ce qui est devenu affolant c’est qu’aucune famille ne semble réagir face à la diffusion de ce procédé. Le sénateur socialiste Gaëtan Force[4] s’en est même ému en écrivant sur son blog cette réflexion profondément pertinente « Cette dérive est lourde de menaces dans la mesure où elle conduit à admettre qu’un élément tiré du corps humain (les empreintes digitales, l’iris de l’œil, etc.) puisse servir d’instrument de contrôle. Cette banalisation du recours à la biométrie induira aussi l’acceptation de nouveaux comportements jusqu’alors exigés par les seuls services de police. C’est à une domestication de l’individu par la technologie que nous sommes malheureusement en train d’assister« .

Les procédés qui permettent aujourd’hui ou permettront demain facialement, d’identifier toute personne physique, sont de plus en plus sophistiqués et développés. En effet les empreintes digitales ou génétiques, reconnaissance de l’iris, les radars équipés d’algorithmes flashant également toutes les connexions sur les ordinateurs. Ces radars numériques et ceux à venir, seront autant de moyens pour reconnaître et « filer ou tracer » à l’empreinte même tous les individus agissant dans leur vie quotidienne, évoluant sur les réseaux sociaux ou addicts de contacts avec leur smartphone, faisant usage de tablettes ou de tout autre clavier numérisant un indice de leur passage.

Nul besoin comme le suggèrent Jacques Testart et Agnès Rousseaux[5] d’être technophobe pour s’inquiéter de la prolifération des modalités de traçage des individus et des risques afférents induits par ce nouvel environnement appelant à la définition de nouvelles normes sociales auxquels tous les individus seront appelés à se conformer ou bien inversement contrôlés et nous l’ajoutons par ces institutions ou administrations d’État qui auront mandat de le faire pour des raisons sanitaires ou bien en s’appuyant sur un prétendu contrôle sécuritaire pour surveiller les populations y compris les opinions émises.

La puce fait son chemin.

La possibilité d’être biopucé fait ainsi inextricablement son chemin et les campagnes médiatiques orchestrées finement et intelligemment, obligeront finalement toutes les populations à se conformer, s’appuyant nécessairement sur toutes les campagnes médiatiques qui seront relayées puis promues par vos assureurs, vos banques, les enseignes de la grande distribution. Enfin tous les acteurs dans toutes les sphères de la vie sociale, marchande et politique, trouveront leur compte pour vous faire avaler avec force et séduction, la fameuse pilule, la biopuce, cette nouvelle forme d’IP indexée à votre patrimoine génétique, un identifiant personnalisé dont vous percevrez évidemment toutes les utilités sociales et les avantages « marketés ».

Les slogans ou devrais-je plutôt écrire la propagande tambourinera puis martèlera le fait que vous n’ayez plus besoin en effet de vous embarrasser de votre carte d’identité, de carte bancaire, de carte de fidélité, de carte vitale, « Et si … [Réflexion d’un journaliste du Point] … la puce était le meilleur allié de la lutte contre le déficit de l’Assurance-maladie ? ».

Dans ce contexte de généralisation de la Biopuce, les récalcitrants et réfractaires seront les laissés pour compte, ils seront marginalisés puis désocialisés et ne pourront plus profiter des offres alléchantes, bénéficier des primes offertes par leurs assureurs, assureurs qui se donneront, a contrario le droit de surveiller de près votre santé, des banques qui seront vigilantes sur vos dépenses, l’état qui aura un œil attentif sur toutes vos activités sociales et déplacements et évalueront même comme en Chine les citoyens conformes s’appliquant à vivre les normes sociétales imposées par le LA de la pensée totalisante.

La Puce continuera d’évoluer.

Des tatouages ou des patchs d’un nouveau genre pourraient à nouveau révolutionner notre vie sociale : le tatouage électronique, une forme de patch[8] qui, placé sur la peau, donnera à distance, toutes sortes d’informations sur nos paramètres vitaux et sans doute au-delà des informations touchant notre identité. Une technologie impressionnante alliant électronique épidermique, miniaturisation et robotique développée par l’Université de l’Illinois à Chicago.

La puce RFID telle que nous la connaissons appartiendra sans doute et demain aux objets de la préhistoire, et c’est sans doute une erreur grossière de s’être à tort focalisée sur la forme même de l’objet. Il est évident que pour être acceptée par la population, la forme même de l’empreinte, le marquage devra nécessairement évoluer dans un format discret, un marquage qui lèvera de fait les peurs, « indolore », feutré, presque invisible, la nanotechnologie autorisera certainement ce type d’évolution. Des évolutions patentes en regard même des dernières recherches technoscientifiques mettent au point une forme de tatouage électronique conçu à partir de silicone flexible et d’électrodes ultra-fines grâce auquel le « bénéficiaire-usager » pourra faire l’emploi de son smartphone ou son ordinateur.

D’autres formes de tatouages électroniques sont ainsi apparues ces dernières années et transforment ainsi la peau en une interface tactile comme ces tatouages conçus à partir d’une encre électronique qui vient se fixer à même la peau[9].  Ces tatouages connectés prennent de facto des formes ludiques et moins inquiétantes que les puces insérées à même la peau, ce marquage sera de facto aussi facile à appliquer qu’un tatouage que s’auto administre un enfant. Il devient de fait évident que le marquage ne devra pas avoir une forme qui impressionnerait ses sujets pour que ses derniers se refusent à une forme de marquage collectif, marquage collectif relayé par les meilleures intentions et les promesses d’un monde meilleur.  Il est notamment intéressant dans ces contextes de noter l’usage et l’emploi du mot grec dans le livre de l’apocalypse (13.16 ; 13.17 ; 14.9 ; 20.4)  pour désigner la marque, en grec le terme utilisé pour Marque est le mot Charagma  [khar’-ag-mah] ce qui signifie entre autre une marque imprimée, un timbre mais aussi dans un second sens gravé, rayure, éraflure ou gravure, la marque sera surtout un signe et surtout une forme de « griffe » identifiant ceux qui seront socialement autorisés à acheter ou à vendre en raison de leur appartenance à un système dont ils ont accepté les règles et les principes despotiques.

La puce se métamorphosera-t-elle en hydre ?

Dans ces contextes d’évolution inquiétante de la technoscience la puce (autrement dit la marque) pourrait bien être également l’instrument de contrôle d’un nouveau totalitarisme ? » comme l’écrivait en 2015 le Journaliste du Point Guillaume Grallet[3] se moquant pourtant d’un verset biblique écrit par Saint Jean, d’une grande portée prophétique et qui n’est pas loin de faire sens dans un monde technophile et prêt à se laisser asservir par les idéologies transhumanistes. A l’instar de Jacques Testart « Ainsi les promesses de bien vivre grâce aux progrès de la technoscience ne sont que des illusions mortifères »[10]. Illusions mortifères illustrées par ces versets bibliques prémonitoires.

L’apocalypse de Saint Jean Chapitre 13 versets 13-17 :  Elle opérait aussi de grands prodiges, jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes, et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, persuadant les habitants de la terre de dresser une image à la bête qui porte la blessure de l’épée et qui a repris vie. Et il lui fut donné d’animer l’image de ta bête, de façon à la faire parler et à faire tuer tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête. Elle fit qu’à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front, et que nul ne pût acheter ou vendre, s’il n’avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom.

Mais alors que faire, nous laisser domestiquer ou bien résister ?  Le premier acte chers amis est d’éveiller notre propre conscience, le second est socialement de s’organiser pour renouer avec son prochain en quittant son écran pour favoriser les relations incarnées et solidaires et surtout abandonner cette lecture immanente du monde pour revenir à l’essentialisme biblique.

***************************

Lire le rapport Commission Européenne concernant les technologies RFID  :

RFID_Technologies_EC_2007

[1] Explications sur le RFID voir le site https://www.droit-technologie.org/actualites/societe-implante-puces-rfid-peau-de-employes/LeRFID désigne un couple balise/lecteur échangeant des informations en utilisant la radiofréquence. La balise contient une information et est équipée d’une mini-antenne ; le lecteur détecte le signal de la balise et lit l’information qu’il peut ensuite transmettre à un système de traitement de l’information. Les premières applications ont consisté à remplacer le code-barre bien connu par une puce qui remplit le même rôle mais permet une automatisation plus efficace.

[2] European Commission Joint Research Centre Institute for Prospective Technological Studies. Rapport 2007 Institute for Prospective Technological Studies

[3] http://www.industrie.gouv.fr/tic/rfid/union-europeenne.html

[4] http://gorce.typepad.fr/blog/2016/07/communique-de-presse.html

[5] Jacques Testart et Agnès Rousseaux : Au péril de l’humain, éditions Seuil page 157.

[6] http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/une-semaine-avec-une-puce-sous-la-peau-27-06-2015-1940461_47.php

[7] Péril de l’Humain de Jacques Testart et Agnès Rousseaux citation extraite de l’essai page 216. Editions Seuil

[8] https://www.lesechos.fr/15/02/2013/lesechos.fr/0202570803143_un-tatouage-electronique-pour-surveiller-le-corps.htm

[9] https://www.stayawake.fr/Actualites/high-tech/tatouage-connecte-le-debut-de-la-biotechnologie/

[10] http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/une-semaine-avec-une-puce-sous-la-peau-27-06-2015-1940461_47.php

[11] Péril de l’Humain de Jacques Testart et Agnès Rousseaux citation extraite de l’essai page 216. Editions Seuil

Source : https://deconstructionhomme.com/2018/09/08/serons-nous-demain-biopuces/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.