Artsakh : génocide culturel et historique

Le génocide de tout un peuple devant l’hégémonie islamique  n’est plus à démontrer comme le firent les soldats de l’islam au Moyen Orient à diverses époques. Toutes les églises mentionnées dans l’apocalypse de Saint Jean et situées dans l’actuelle Turquie ont disparu.

Les premiers habitants de l’Artsakh étaient bien des arméniens tout comme en Yougoslavie les premiers habitants furent des slaves. Le faux prophète Bergoglio favorable à une immigration islamique pour détruire l’Europe et sa culture chrétienne ancestrale ne dit rien puisque son objectif est de réunir les trois religions dites abrahamiques, unissant ainsi  une religion renégate juive, une fausse religion islamique  adorant le faux dieu Allah et une religion apostate, celle de Rome devenue la prostituée de l’apocalypse avec l’érection de trois bâtiments en Arabie Saoudite. Il a refusé la consécration de la Russie au cœur immaculé de Marie, de ce fait la Russie n’a pas aidé les arméniens venus leur demander de l’aide militaire.

L’Otan sous la gouvernance juive mondiale  a protégé les musulmans en Yougoslavie en abattant le régime de Milosevic, reste impassible de même que la Russie chrétienne orthodoxe.

De tous temps les races sémites apatrides ont soutenu les sémites islamiques en occident utilisant les musulmans comme le balai d’Israël.

L’islam conquérant avance ses pions face à une Europe déchristianisée qui elle aussi se laisse envahir par l’islam par une politique du regroupement familial au nom du sacro-saint principe des droits de l’homme avec l’agrément de la pourriture ecclésiastique au nom d’une charité chrétienne dévoyée et d’un œcuménisme qui n’est rien d’autre que la socialisation de l’église.

(…)

La poussée démographique musulmane (et noire) contribuera sûrement et à court terme à faire disparaître une civilisation occidentale et chrétienne comme a disparu l’empire byzantin et comme va disparaître la culture ancestrale arménienne au 21ème siècle.

Ce qui arrive en Arménie arrivera en France et en Europe.

Adieu douce France, le dernier soubresaut du condamné à mort est proche désormais, la mort sociale avec la politique des canards boiteux depuis 40 années est mise en place et programmée depuis des lustres. Le dernier bastion des défenseurs  de l’Europe est tombé dans les esprits.
Ce qui est parti depuis 1789 revient comme un boomerang
On a les gouvernants que l’on mérite.
Il n’y aura pas de bataille de Lepante sauf miracle et réveil des consciences pour sauver l’ Occident.

ARTSAKH

Appel adressé à différentes institutions internationales afin de sauver le patrimoine arménien de l’Artsakh, signé par de nombreuses personnalités dans le domaine des études arméniennes.

Les intellectuels appellent les institutions mondiales à sauver l’héritage arménien avant qu’il ne soit trop tard.

* Préserver l’Artsakh : une lettre ouverte à la communauté mondiale *

New York City, Nov. 12, 2020 (GLOBE NEWSWIRE) — La fin du combat actif dans la guerre du Haut-Karabakh de 2020 est loin de la fin de la guerre contre une victime clé : le riche patrimoine culturel irremplaçable de l’Artsakh (…).

Il y a seulement deux ans, l’art, l’histoire et la culture arméniennes ont été célébrés par certaines des institutions culturelles les plus reconnues du monde.

Arménie ! Au Metropolitan Museum of Art était une grande exposition internationale d’art médiéval arménien. Les merveilles exposées ont battu des records de présence, ont mérité des élogieuses critiques et ont démontré les contributions majeures des Arméniens à la civilisation mondiale. Le Smithsonian Folklife Festival a célébré les traditions artistiques et culturelles arméniennes lors de son exposition interactive annuelle sur le National Mall à Washington DC, en dessinant des chiffres records. Cette même année, le consortium mondial des nations francophones s’est réuni dans la capitale arménienne d’Erevan pour le Sommet de la Francophonie, accueillant des centaines de dirigeants mondiaux, de visiteurs et de médias internationaux.

Maintenant, seulement deux petites années plus tard, le monde regarde ailleurs alors que l’art, l’architecture et l’histoire arméniens sont en train d’être détruits. Le 27 septembre 2020, l’Azerbaïdjan a lancé une attaque militaire de grande envergure contre la République d’Artsakh. La Turquie, qui continue de nier son projet génocidaire d’annihilation du peuple arménien perpétré en 1915-1922 dans sa patrie historique, a prêté tout son soutien politique et militaire à l’Azerbaïdjan dans ce dernier acte d’agression.

Alors que la Russie vient de mettre fin soudainement à la guerre, pendant plus d’un mois, la République d’Artsakh a subi de graves victimes civiles et militaires. Les bombes continues avec des bombes à sous-munitions et d’autres artilleries ont détruit des maisons, des hôpitaux et des écoles. L’agressivité a également été ciblée sur les sites patrimoniaux, dans le but d’effacer les contributions uniques du peuple arménien et son histoire dans la région.

Le 20 octobre 2020, les forces azerbaïdjanaises ont lancé deux assauts intentionnels à la cathédrale Saint-Sauveur Ghazanchetsots, causant des dommages importants. Située à Shushi, capitale culturelle de l’Artsakh, la cathédrale est un chef-d’œuvre de l’architecture arménienne du XIXe siècle et un repère de l’identité culturelle et religieuse arménienne. Les photos en ligne montrent un trou béant dans les voûtes de maçonnerie, avec le sol recouverts de débris.

La Cathédrale de Shushi n’est qu’un des milliers de sites patrimoniaux à Artsakh actuellement en grave danger. La plupart des structures sont beaucoup plus anciennes, datant dès le quatrième siècle après JC, lorsque l’Arménie s’est convertie au christianisme. Ces monuments architecturaux extraordinaires comportent des inscriptions anciennes, des peintures murales et des sculptures. Ce ne sont pas seulement des trésors artistiques et historiques, mais aussi des preuves matérielles de la longue histoire des Arméniens dans la région. Avec chaque bombe, à chaque heure où la communauté internationale est silencieuse et passive, nous perdons un précieux mémorial, détruit pour toujours.

Les attentats ont également visé des sites archéologiques, des preuves dommageables de l’ancienne habitation, notamment la fortification, l’architecture ecclésiastique et les artefacts précieux.

Cette destruction en gros fait partie d’une politique négationniste violente de l’Azerbaïdjan qui inclut l’élimination intentionnelle du patrimoine culturel arménien en Artsakh. L’Azerbaïdjan et la Turquie ont tous deux des politiques continues et bien documentées de destruction du patrimoine culturel arménien trouvé sur leur territoire. L’effacement de 1997-2006 par l’Azerbaïdjan au Nakhichevan de sa culture arménienne, avec plus de 89 églises médiévales, 5840 khachkars et 22000 pierres tombales historiques est illustratif à cet égard. La 16ème assemblée générale du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) a adopté une résolution en octobre 2008 exprimant sa grande préoccupation concernant ces actes de vandalisme culturel. Nous attirons l’attention, par contre, sur les efforts déployés par l’Arménie pour restaurer la mosquée Gohar Agha à Shushi.

Le monastère de Gandzasar, un joyau de la couronne de l’architecture arménienne du XIXe siècle, est-il destiné à un oubli similaire ? Qu’en est-il du monastère Amaras du IVème siècle, l’emplacement de la première école à utiliser le script arménien et le lieu de sépulture de Saint Grigoris, petit-fils du saint patron et évangélisateur d’Arménie, Grégoire l’Illuminateur ? La tombe du cinquième siècle de Grigoris est l’une des plus anciennes structures funéraires chrétiennes arméniennes qui survivent.

Que deviendra le monastère de Dadivank, un grand complexe pittoresque de bâtiments et de pierres croisées sculptées datant du treizième siècle ? L’église principale, avec ses délicates arcades extérieures et ses portraits de donneurs sculptés, abrite un ensemble extraordinaire de fresques intérieures montrant des personnalités sacrées et historiques et des inscriptions arméniennes. Alors que les récents efforts de restauration d’une équipe italienne ont cherché à stabiliser son état détérioré, leur travail est aujourd’hui menacé de renversement imminent.

Ce ne sont que quelques exemples des milliers de sites à travers Artsakh qui sont maintenant vulnérables à la destruction. Une fois qu’ils seront partis, il sera trop tard. Nous reconnaissons la valeur du patrimoine culturel et reconnaissons que la perte d’une culture constitue un appauvrissement néfaste du patrimoine de toutes les nations du monde, et pas seulement de la nation à laquelle appartient le bien culturel. Nous invitons l’UNESCO, l’ICOMOS, le Blue Shield, le Fonds mondial des monuments et d’autres organisations internationales engagées pour la conservation et la protection des sites du patrimoine culturel à aider immédiatement à protéger et à surveiller ces monuments et à les documenter pour la postérité.

Prof. Prof. Christina Maranci, Université Tufts (États-Unis)
Prof. Prof. Theo Maarten of Ruban, Université d’Oxford (Royaume-Uni)
Prof. Prof. Emma Loosley, Université d’Exeter (Royaume-Uni)
Prof. Prof. Ivan Foletti, Université Masaryk (République Tchèque)
Prof. Prof. Annemarie Weyl Carr, Université méthodiste du Sud (États-Unis)
Dr. Dr. Sylvie L. Merian, The Morgan Library & Museum (US)
Prof. Prof. Igor Dorfmann-Lazarev, SOAS University of London (Royaume-Uni)
Prof. Prof. Heghnar Watenpaugh, Université de Californie, Davis (États-Unis)
Prof. Prof. Ina Baghdiantz McCabe, Université Tufts (États-Unis)
Prof. Prof. Sergio La Porta, Université d’État de Californie, Fresno (US)
Prof. Patrick Donabédian, Aix-Marseille University (France)
Fr. Fr. Fr. Garabed Kochakian, diocèse de l’Église arménienne d’Amérique (US)
Prof. Prof. Elizabeth H. Prodromou, Fletcher School of Law and Diplomacy, Université Tufts (US)
Prof. Prof. Alexandros K. Kyrou, Université d’État de Salem (US)
Prof. Prof. Ara H. Merjian, Université de New York (États-Unis)
Prof. Prof. Talinn Grigor, Université de Californie, Davis (États-Unis)
Dr. Dr. Felicity Harley-McGowan, Université de Yale (US)
Prof. Prof. Zara Pogossian, Université de Florence (Italie)
Prof. Prof. Erik Thun ø, Université Rutgers (États-Unis)
Prof. Loanna Rapti, École Pratique des Hautes Études (France)
Prof. Prof. Roberta Ervine, St. Séminaire Nersess (US)
Prof. Prof. Haig Utidjian, Université Charles (République Tchèque)
Prof. Prof. Valentina Calzolari Bouvier, Université de Genève (Suisse)
Prof. S. Peter Cowe, Université de Californie, Los Angeles (US)
Prof. Prof. Robert Dulgarian, Emerson College (US)
Prof. Prof. Rachel Goshgarian, Collège Lafayette (US)
Dr. Dr. Jeffrey Kloha, Musée de la Bible, Washington DC (US)
Prof. Prof. Lori Khatchadourian, Université Cornell (États-Unis)
Dr. Dr. Marc Mamigonian, National Association for Arménian Studies and Research (US)
Dr. Dr. Boris Adjemian, conditions générales de la bibliothèque Nubar à Paris (France)
Prof. Prof. Houri Berberian, Université de Californie, Irvine (US)
Prof. Prof. Hakem Al-Rustom, Université du Michigan, Ann Arbor (US)
Prof. Prof. Kevork Bardakjian, Université du Michigan, Ann Arbor (US)
Le Professeur. Taner Akçam, Université Clark (États-Unis)
Prof. Prof. Vahram Shemmassian, Université d’État de Californie, Northridge (États-Unis)
Prof. Prof. Barlow Der Mugrdechian, Université d’État de Californie, Fresno (États-Unis)
Prof. Prof. Melanie S. Tanielian, Université du Michigan, Ann Arbor (US)
Prof. Prof. Bedross Der Matossian, Université du Nebraska-Lincoln (US)
Prof. Prof. Simon Payaslian, Université de Boston (États-Unis)
Prof. Prof. Stephan Astourian, Université de Californie, Berkeley (États-Unis)
Prof. Prof. Salpi Ghazarian, Université de Californie du Sud (US)
Prof. Prof. Ara Sanjian, Université du Michigan, Dearborn (US)
Prof. Prof. Dickran Kouymjian, Université d’État de Californie, Fresno (US)
Prof. Prof. Michael Pifer, Université du Michigan, Ann Arbor (US)
Prof. Prof. Tamar M. Boyadjian, Université d’État du Michigan (US)
Dr. Dr. Lana Sloutsky, Musée des icônes russes (US)
Prof. Prof. Peter Bouteneff, St. Séminaire orthodoxe de Vladimir (US)
Dr. Dr. Vazken Davidian, Université d’Oxford (Royaume-Uni)
Dr. Dr. Alice Sullivan, Université du Michigan, Ann Arbor (US)
Dr. Dr. Laurent Dissard, University College London (Royaume-Uni)
Prof. Prof. Sebouh Aslanian, Université de Californie, Los Angeles (US)
Prof. Prof. Richard Hovannisian, Université de Californie, Los Angeles (US)
Prof. Prof. Lisa Gulesserian, Université Harvard (US)
Dr. Dr. Levon Avdoyan, Bibliothèque du Congrès, Washington DC (US)
Prof. Prof. Michael Stone, Université hébreu de Jérusalem (Israël)

Source : https://www.globenewswire.com/news-release/2020/11/12/2125920/0/en/Preserve-Artsakh-An-Open-Letter-to-the-World-Community.html



2 commentaires pour “Artsakh : génocide culturel et historique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.