Neuralink, la société d’Elon Musk, pourrait tester ses puces cérébrales sur l’homme cette année

Les puces cérébrales de Neuralink seront testées sur l’homme cette année — Geeko

HOMME AUGMENTE La société vient d’implanter sa puce cérébrale dans le cerveau d’un singe, lui permettant de jouer à des jeux vidéo par la pensée

Cette année, plusieurs films de science-fiction pourraient devenir réalité. L’excentrique Elon Musk, cofondateur de la société Neuralink spécialisée dans les interfaces cerveau-ordinateur, a déclaré que les premiers essais de sa puce cérébrale sur l’homme pourraient avoir lieu « plus tard cette année. »

Une réponse qu’il vaut tout de même mieux prendre avec des pincettes. Ce n’est pas la première fois qu’Elon Musk assure que les premiers tests sur l’homme sont imminents.

C’est sur Twitter que le cofondateur de Neuralink a donné des nouvelles sur les projets de sa société. Elon Musk a indiqué, en réponse à un internaute qui lui proposait de prendre part aux premiers tests sur l’homme, que « Neuralink travaille très dur pour garantir la sécurité des implants et est en étroite communication avec la FDA. Si les choses se passent bien, nous pourrons peut-être faire des premiers essais sur l’homme plus tard cette année. »

Un cerveau branché en Bluetooth

L’objectif de la société Neuralink lancée en 2016 est de permettre aux êtres humains d’interagir avec des machines par la pensée. Outre l’aspect gadget de la chose, les puces cérébrales de Neuralink pourraient permettre à des personnes paralysées d’interagir facilement avec leur smartphone ou un ordinateur. Il est également question de guérir des maladies neurologiques telles qu’Alzheimer ou Parkinson.

Plusieurs tests ont déjà été effectués sur des animaux, notamment sur des porcs, dont l’anatomie du cerveau ressemble fortement à celle du cerveau humain. Plus récemment, Neuralink a implanté une puce dans le cerveau d’un singe, ce qui lui a permis de jouer à Pong par la pensée.

La puce cérébrale de Neuralink dispose d’un millier d’électrodes capables de « lire » l’activité cérébrale en stimulant les neurones. Grâce à ses ondes radio de type Bluetooth, elle peut transmettre les données sans fil à une machine pour qu’elle puisse les analyser et y répondre.

Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2970391-20210205-les-puces-cerebrales-de-neuralink-seront-testees-sur-l-homme-cette-annee



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.