Mais comment Notre-Dame de Paris a-t-elle pu brûler ?

© @alex_fremont Notre-Dame en feu prise en photo par un drone.

La cathédrale Notre-Dame de Paris était un monument vieux de quelque 700 ans, ayant d’abord traversé des siècles où les incendies de bâtiments étaient courants et ravageurs, puis deux guerres mondiales. Il faudra attendre avril 2019, ère de la technologie et des normes de sécurité à tout va, pour qu’un incendie monstrueux ravage ce monument qui faisait toute la grandeur de la France. Mais comment cela est-il seulement possible ?

Notons que la cathédrale était le cœur de la France dans le sens où, outre le fait que ce soit le monument le plus visité d’Europe et le symbole de la France, c’était le « kilomètre 0 », le point à partir duquel toutes les distances à partir de Paris étaient mesurées. Et puis, des milliers de personnes avaient passé du temps à la construire et à en prendre soin.

Plusieurs questions que l’on est en droit de se poser

– Tout d’abord est-ce que des mesures anti-incendie suffisantes avaient été prises ? La charpente étant évidemment en bois, le risque de destruction par le feu était grand. Il ne semblait pas très compliqué d’installer, dans cette charpente, un système anti-incendie du type sprinkler comme celui que l’on trouve dans les entreprises ou les immeubles récents. Surtout que la Seine est au pied du bâtiment. Vu l’image que cet édifice représente pour le pays, les questions de coût étaient totalement dérisoires par rapport aux risques. Qui était en charge de la sécurité du bâtiment ? Qui décidait ?

D’après Le Parisien :

André Finot, le responsable de la communication de la cathédrale Notre Dame ajoute : « Il y a 4 ou 5 ans, le ministère de la Culture avait financé de gros travaux anti-incendie. »

Vraiment ? Alors soit le système était complètement inefficace, soit il a été désactivé.

– L’intervention des pompiers a-t-elle été à la hauteur ? Sous quels délais les secours sont-ils arrivés ? Un plan d’intervention spécifique à ce bâtiment était-il prévu ? Les risques avaient-ils été anticipés ? Sachant qu’il y avait un échafaudage en place, l’intervention au cœur de l’incendie n’aurait-elle pas dû être rapide et efficace ?

– Il y avait des travaux de rénovation. On sait que les risques augmentent (étincelles de machines, produits chimiques instables, cordons électriques défectueux…). Une surveillance particulière du chantier avait-elle été mise en place ? L’accès à l’échafaudage était-il sécurisé ? Personne n’était de garde pour constater le début de l’incendie et le circonscrire rapidement ?

– Comment l’incendie a-t-il pu démarrer à 19h alors que le chantier s’arrêtait vers 17h, 17h30… si la cause provient bien de celui-ci ?

– Pourquoi un hélicoptère n’a-t-il pas été utilisé ? On peut comprendre qu’un canadair soit inapproprié et susceptible de détruire les murs avec l’eau larguée, mais avec un hélicoptère, on peut larguer de petites charges de manière précise. Est-ce qu’il y en avait un équipé et prêt à décoller pas très loin de Paris ? Est-ce que cela avait été anticipé ?

Et enfin, pourquoi tous ces départs de feux dans les églises ces derniers temps ?

– Outre celui de Notre-Dame de Paris, rappelons qu’il y a eu celui de l’Église Saint-Suplice à Paris en mars :

– Et celui de la cathédrale de Lavaur dans le Tarn :

Après la vente de ses biens aux étrangers, essayerait-on de brûler ce pays, la « fille ainée de l’Église », de manière symbolique ?

Source : https://fr.sott.net/article/33763-Mais-comment-Notre-Dame-de-Paris-at-elle-pu-bruler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.