Quand le mensonge et la méchanceté défilent dans la rue

« Tu ne dois pas répandre une rumeur mensongère. Ne prête pas la main au méchant en devenant un témoin qui projette la violence. Tu ne dois pas suivre la foule dans une intention mauvaise ; et tu ne dois pas, à propos d’un différend, témoigner de manière à dévier avec la foule pour faire dévier le droit… » Exode 23v1,2

Quand l’absurde et la bêtise descendent dans les rues : au fait, contre quoi défilez-vous, mesdames ?

Est-ce qu’on manifesterait pour le mauvais gars ?

 

Le site TheRebel.media, ouvertement opposé aux médias mainstream, a réalisé à Washington une expérience sociale auprès des participantes — et participants — de la « Women’s March », manifestant pour les droits des femmes et contre tout « tout ce que Trump représente » au lendemain de l’investiture du 45e président des États-Unis.

Or, plusieurs manifestantes avaient une idée assez vague des « abus » contre lesquels elles protestent avec tant d’acharnement, quitte à imputer à Donald Trump des harcèlements sexuels à l’égard de Juanita Broaddrick et de Paula Jones, toutes les deux victimes de Bill Clinton.

« Le seul fait que nous ayons un président comme ça est très inquiétant. Compte tenu de sa réputation, personne d’autre n’aurait pu tirer son épingle du jeu. Voilà ce qu’on peut faire avec de l’argent »: voilà comment l’une des participantes a essayé tant bien que mal d’expliquer la « faute » de Donald Trump.

Ces allégations ont été vite reprises par d’autres manifestantes:

« C’est un prédateur, c’est un violeur. Je n’arrive pas à croire qu’on puisse penser que c’est normal que quelqu’un comme lui gouverne notre pays. »

Le moins qu’on puisse dire, c’est que certaines protestataires ne mâchaient pas leurs mots:

« C’est un crime et il doit être destitué! »

Et ont même proposé des solutions radicales pour y remédier:

« Je ne serais pas étonnée si on apprenait que c’est un violeur. D’ailleurs, je pense qu’il l’est. C’est dégoutant! À mon avis, en tant que pays protégeant les valeurs humaines, nous sommes tenus de faire avancer le processus de sa destitution. »

Plus de deux millions de personnes, surtout des femmes, ont participé samedi aux « Marches des femmes » organisées dans le monde pour la défense des droits civiques et contre Donald Trump.

D’après l’ONG Wikileaks, cette action a impliqué entre autres George Soros — l’un des plus importants donateurs d’Hillary Clinton — qui entretient d’étroites relations avec au moins 56 « partenaires » de la marche. Il s’agit, entre autres, de Planned Parenthood et du Conseil national de défense des ressources, structures connues pour leur opposition intransigeante envers le nouveau président des États-Unis Donald Trump, ou de MoveOn.org, organisation « farouchement pro-Clinton », et le National Action Network, salué par l’ex-locataire de la Maison Blanche Barack Obama.

Commentaire : Comme il aurait été extraordinaire que ces manifestations aient lieu quand les femmes et les enfants, au Yémen, ont été bombardés par les bombes d’Obama. Ou quand la Libye a été massacrée. Encore là, si ce genre de manifestation avait eu lieu, il est certain que les forces de l’ordre auraient tout fait pour les empêcher.

Il est important aussi de remarquer le manque d’information et de bon-sens de certains manifestants. Avant tout, il est nécessaire de se renseigner et d’effectuer ses propres recherches pour éviter de tomber sous le joug de la manipulation. Une femme libre veut dire une femme bien informée et capable donc de se protéger de la bêtise.

Source : https://fr.sott.net/article/29904-Quand-l-absurde-et-la-betise-descendent-dans-les-rues-au-fait-contre-quoi-defilez-vous-mesdames

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.