Le virus, c’est nous… Boris Johnson confirme que l’oligarchie mondialiste ne veut pas d’un retour à la normale

Nous resterons cloîtrés chez nous, ferons presque tout par Internet (vive la 5G) et ne sortirons plus que lorsque nous y serons autorisés. Ainsi en ont décidé les gnomes de Davos, sous le prétexte d’une pandémie fictive. A part ça tout va bien merci et les merdias peuvent continuer à vilipender les horribles “théoriciens du complot” qui dénoncent la grande supercherie… OD

Boris Johnson annonce le « Grand Reset » britannique : les « théoriciens du complot » Covid avaient-ils raison depuis le début ?

« Le discours à distance du Premier ministre britannique à la conférence de son parti l’a vu rejeter l’idée d’un retour à la normale. Utilise-t-il le Covid-19 pour suivre l’agenda de la « Grande Réinitialisation » du Forum économique mondial, comme beaucoup nous en ont averti ?

« Ce n’est pas vraiment une question de santé publique ou de virus. Ils ont un autre programme ». C’est ce que disent les soi-disant « théoriciens du complot » depuis mars, lorsque les premiers confinements britanniques ont été imposés et que nos vies en ont été complètement bouleversées.

Ces « théoriciens du complot » ont été dénoncés, comme toujours, comme des « cinglés » et des « ahuris », mais nous voici en octobre, et soyons honnêtes, il n’y a absolument aucun signe, malgré le nombre très faible de décès “dus” à des coronavirus, que nous reviendrons à la normale. En fait, dans son discours d’ouverture d’hier, le Premier ministre Boris Johnson a expressément exclu un retour à la normale, même avec un vaccin.

« Après tout ce que nous avons vécu, revenir à la normale ne suffit pas. Nous avons trop perdu. L’histoire nous enseigne que les choses de cette ampleur – les guerres, les famines, les pestes, les événements qui touchent la plus grande partie de l’humanité, comme ce virus l’a fait – ne vont pas simplement de ci de là. Elles peuvent être le déclencheur de changements économiques et sociaux ».

Lorsque j’ai entendu Johnson prononcer ces mots, je me suis demandé où j’avais déjà entendu ces choses auparavant. La réponse se trouve dans le livre « Covid-19″ : Le Grand Reset » de Klaus Schwab, le président exécutif du Forum économique mondial, et Thierry Malleret. Eux aussi, comme Johnson, ont invoqué la Seconde Guerre mondiale comme le déclencheur de changements fondamentaux, non seulement pour l’ordre mondial et l’économie mondiale, mais aussi pour la société et la manière dont les êtres humains interagissent les uns avec les autres. Comme Johnson, ils ne veulent pas revenir à la normale. « Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses vont revenir à la normale. La réponse brève est : jamais. »

A la place, Schwab et Malleret veulent un monde changé à jamais par un virus dont ils admettent qu’il n’est que « bénin » par rapport à d’autres dans l’histoire. Le Covid-19 est considéré comme le catalyseur de la « quatrième révolution industrielle ».

Pour savoir où tout cela nous mène, je vous recommande de lire « Le Grand Reset » de Schwab, et son ouvrage précédent « La quatrième révolution industrielle », mais ne le faites pas tard dans la nuit, car ils vous donneront probablement des cauchemars. L’utopie élitiste de l’homme de Davos de Schwab est une dystopie transhumaine, socialement distante et totalement dépourvue d’âme pour le commun des mortels. Pensez au film de science-fiction le plus terrifiant que vous ayez jamais vu et ça ne s’en approchera toujours pas. Et le pire, c’est qu’il nous est vendu comme une sorte de vision « progressiste ».

Johnson, dans son discours d’hier, a montré qu’il était un « grand réinitialisateur ». C’était, pour moi, le discours le plus effrayant jamais prononcé par un Premier ministre britannique lors d’une conférence de parti.

L’homme qui a justifié un confinement national en mars sur une base purement temporaire de trois semaines pour « aplatir la courbe » et « protéger le NHS », et qui a dit en été, après que le confinement ait duré trois mois, qu’il espérait que la Grande-Bretagne reviendrait à une « normalité satisfaisante » d’ici novembre, nous le dit maintenant : « Nous avons vécu trop de frustrations et de difficultés pour nous contenter simplement du statu quo ante – pour penser que la vie peut continuer comme elle était avant le fléau ; et ce ne sera pas le cas… Nous sommes résolus à ne pas retourner en 2019″.

Pour Johnson, qui reprend la formule des mondialistes « Reconstruire en mieux », c’est le moment de lancer la Grande-Bretagne dans la « quatrième révolution industrielle ». « Du shopping sur internet au travail à domicile, il semble que Covid ait massivement accéléré les changements dans le monde du travail… alors que d’anciens emplois sont perdus et que de nouveaux sont créés… La crise de Covid est un catalyseur de changement… » a-t-il déclaré.

Schwab a-t-il vraiment écrit le discours de Johnson ? On dirait que oui. Bien que Johnson n’ait pas utilisé l’expression « la quatrième révolution industrielle », il a mentionné une « révolution industrielle verte » à deux reprises.

Johnson prévoit un avenir où chaque foyer en Grande-Bretagne dépendra de l’énergie éolienne (il en produit certainement beaucoup), et où, « au lieu d’être traînés sur de grands trajets vers la ville », les gens pourront « créer une entreprise dans leur ville natale… et élever leurs enfants dans les quartiers où ils ont eux-mêmes grandi ».

Le travail à domicile est là pour rester, avec le « gigabit haut débit », le shopping à domicile, les conférences à domicile… en fait, faisons tout depuis la maison. Qui a besoin de rencontrer d’autres êtres humains ? Ce n’est pas comme s’il y avait des endroits pour se rencontrer, avec les pubs, les cinémas et les théâtres qui ont tous fermé à cause des interminables restrictions liées aux coronavirus.

Johnson a promis de faire de la Grande-Bretagne « le meilleur endroit sur Terre », mais pour moi, cela ressemble plus à l’enfer. La question, comme toujours, est la suivante : Qui en profite ?

Le Forum économique mondial, fondé par Schwab, a été incroyablement influent dans les changements que nous avons déjà observés en 2020, et dans ceux qui sont ouvertement prévus pour l’avenir. C’est le Forum économique mondial qui a co-organisé la conférence « Event 201 » à New York en octobre 2019, laquelle a modélisé une pandémie mondiale fictive.

C’est lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, le 24 janvier 2020, que la Coalition pour la préparation aux épidémies et les innovations (CEPI) de Bill Gates a tenu une conférence de presse pour annoncer un « nouveau partenariat » visant à développer des vaccins contre le virus, alors que le nombre de cas confirmés dans le monde se comptait encore par centaines.

C’est le Schwab du Forum économique mondial qui a fait cette déclaration en juin : « La pandémie représente une occasion rare mais étroite de réfléchir, de réimaginer et de réinitialiser notre monde ».

C’est le Forum économique mondial qui, en juillet, a fait la promotion de l’application Covid-19  » Passeport santé « , une création de l’un de ses  » jeunes leaders mondiaux « , comme étant l’avenir des voyages et de la participation à des événements.

Et pour ceux qui n’ont pas l’application, ou un résultat de test « négatif » ? Hé bien, vous ne pourrez que rester à la maison.

Si vous jetez un œil sur les « partenaires fondateurs » du Centre pour la quatrième révolution industrielle du Forum économique mondial, vous verrez des noms tels que Microsoft, Palantir, Facebook, Netflix et Gavi, : The Vaccine Alliance, fondée par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Oui, c’est vrai, les géants de la high-tech en ligne et les multi-milliardaires de la high-tech soutiennent un grand basculement vers une société où l’on reste chez soi et où l’on « fait tout sur Internet ».

Est-ce une « théorie du complot » de dire que le Covid-19 est utilisé comme une opportunité commode pour introduire des changements planifiés de longue date dans l’économie et la société, alors que ceux qui poussent à de tels changements, comme Schwab, parlent ouvertement d’une « fenêtre rare mais étroite » pour une « réinitialisation » majeure ?

En fait, après le discours de Johnson hier, les plus grands « théoriciens de la conspiration » sont maintenant ceux qui NE PENSENT PAS que le gouvernement britannique travaille à un autre programme ».

Neil ClarkLewRockwell.com, le 8 octobre 2020

Traduction Olivier Demeulenaere (avec DeepL.com)

Source : https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/10/08/le-virus-c-est-nous-boris-johnson-confirme-oligarchie-mondialiste-ne-veut-pas-retour-a-la-normale/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.