La vie d’un ver prolongée de 500%

Adult Caenorhabditis Elegans
© Wikipedia
Un ver hermaphrodite adulte C. elegans.

Les scientifiques identifient des mécanismes capablent de prolonger la durée de vie de 500%.

Bar Harbor, Maine – Les scientifiques du laboratoire biologique MDI, en collaboration avec des scientifiques du Buck Institute for Research on Aging à Novato, en Californie, et de l’Université de Nanjing en Chine, ont identifié des mécanismes de synergie cellulaire pour la longévité qui permettent de quintupler la durée de vie de C. elegans, un ver nématode utilisé comme modèle dans la recherche sur le vieillissement.

L’augmentation de la durée de vie serait l’équivalent d’une vie humaine de 400 ou 500 ans, selon l’un des scientifiques.

La recherche s’appuie sur la découverte de deux grands mécanismes régissant le vieillissement chez C. elegans, qui est un modèle courant dans la recherche sur le vieillissement parce qu’il partage un grand nombre de ses gènes avec les humains et parce que sa courte durée de vie de seulement trois ou quatre semaines permet aux scientifiques d’évaluer rapidement les effets des interventions génétiques et environnementales pour prolonger une durée de vie saine.

Parce que ces mécanismes sont « conservés », c’est-à-dire qu’ils ont été transmis aux humains au cours de l’évolution, ils ont fait l’objet de recherches intensives. Un certain nombre de médicaments qui prolongent la durée de vie en bonne santé en modifiant ces mécanismes sont actuellement en cours de développement. La découverte de l’effet synergique ouvre la porte à des thérapies anti-âge encore plus efficaces.

La nouvelle recherche utilise un double mutant dans lequel les voies de signalisation de l’insuline (IIS) et TOR ont été génétiquement modifiées. Comme la modification des voies IIS entraîne une augmentation de 100 % de la durée de vie et que la modification de la voie TOR entraîne une augmentation de 30 %, le double mutant devrait vivre 130 % plus longtemps. Mais au lieu de cela, sa durée de vie a été amplifiée de 500 %.

« Malgré la découverte chez C. elegans de mécanismes cellulaires qui régissent le vieillissement, on ne sait pas exactement comment ces mécanismes interagissent », a déclaré le Dr Hermann Haller, président du laboratoire biologique de MDI.  » En aidant à caractériser ces interactions, nos scientifiques ouvrent la voie à des thérapies indispensables pour augmenter la durée de vie en bonne santé d’une population qui vieillit rapidement. »

L’élucidation des mécanismes cellulaires contrôlant la réponse synergique est le sujet d’un article récent dans la revue en ligne Cell Reports intitulé « La régulation translationnelle de la réponse au stress des mitochondries non autonomes favorise la longévité. » Les auteurs sont Jarod A. Rollins, Ph.D., et Aric N. Rogers, Ph.D., du laboratoire biologique du MDI.

« L’extension synergique est vraiment extraordinaire », a déclaré Rollins, qui est l’auteur principal avec Jianfeng Lan, Ph.D., de l’Université de Nanjing. « L’effet n’est pas que un plus un égale deux, c’est que un plus un égale cinq. Nos découvertes démontrent que rien dans la nature n’existe en vase clos. Pour développer les traitements anti-âge les plus efficaces, nous devons examiner les réseaux de longévité plutôt que les circuits individuels. »

La découverte de l’interaction synergique pourrait conduire à l’utilisation de thérapies combinées, chacune affectant un chemin différent, pour prolonger la durée de vie humaine en bonne santé de la même manière que les thérapies combinées sont utilisées pour traiter le cancer et le VIH, a déclaré Pankaj Kapahi, Ph.D., de l’Institut Buck. Kapahi est l’auteur correspondant de l’article avec Rogers et Di Chen, Ph.D., de l’Université de Nanjing.

L’interaction synergique pourrait également expliquer pourquoi les scientifiques n’ont pas réussi à identifier un seul gène responsable de la capacité de certaines personnes à vivre jusqu’à un âge extraordinaire sans souffrir de maladies majeures liées à l’âge, et ce, jusqu’à peu de temps avant leur décès.

L’article se concentre sur la façon dont la longévité est régulée dans les mitochondries, qui sont les organelles de la cellule responsables de l’homéostasie énergétique. Au cours de la dernière décennie, des preuves de plus en plus nombreuses ont suggéré un lien causal entre la dysrégulation mitochondriale et le vieillissement. La recherche future de M. Rollins sera axée sur l’élucidation plus poussée du rôle des mitochondries dans le vieillissement, a-t-il dit.

La recherche a été menée au laboratoire biologique du MDI et à l’Université de Nanjing en utilisant des informations provenant de doubles mutants développés par Kapahi. Les travaux de Rollins et de Rogers ont été soutenus par le National Institutes of Health (AG056743), le Morris Scientific Discovery Fund et le National Institute of General Medical Sciences (P20GM103423 et P20GM104318).

Traduction Sott.net – Source : MDI Biological Laboratory

Source : https://fr.sott.net/article/34739-Les-scientifiques-identifient-des-mecanismes-capablent-de-prolonger-la-duree-de-vie-de-500

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.