Soros veut la révolution par les Black Lives Matter et les Antifas

LifeSiteNews vient de publier une intéressante analyse pour démontrer que ce qu’il se passe dans les villes des Etats-Unis en ce moment n’est rien d’autre qu’une révolution séditieuse planifiée et orchestrée par George Soros.

Les émeutes violentes qui déchirent les villes américaines font partie du mouvement de “résistance” anti-américain et anti-Trump. Ce mouvement fait partie d’une longue série d’efforts marxistes visant à détruire ce qui reste de la civilisation chrétienne en Amérique, et George Soros joue un rôle de premier plan dans ce chaos.

LifeSiteNews demande au ministère de la Justice des Etats-Unis, au FBI et à toutes les autorités policières d’État appropriées d’enquêter sur George Soros, son Open Society Foundation et le financement du terrorisme antifa qui se produit dans les rues d’Amérique.

Dès les tout premiers moments de l’investiture du président Trump, la gauche radicale a été impliquée dans un effort concerté pour semer la division. Voyez comment ils ont tenté de confondre les plateformes Make America Great Again et America First du président Trump avec le nazisme. Ce n’est pas un hasard si, en réponse à l’appel du président à l’unité américaine, la gauche a organisé «la Résistance», s’appropriant un terme utilisé pour qualifier ceux qui ont combattu les forces d’occupation nazies en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le père des radicaux «progressistes» d’aujourd’hui, Saul Alinsky, a écrit dans ses Rules for Radicals «qu’un organisateur doit susciter l’insatisfaction et le mécontentement». Et c’est exactement ce que la gauche radicale a fait avant même l’investiture du président Trump en tant que 45e président des États-Unis.

Comme l’a rapporté Politico Magazine, six jours seulement après la victoire du président Trump aux élections de 2016, la Democracy Alliance, une organisation financée par George Soros et composée de 110 milliardaires, s’est réunie au Mandarin Oriental Hotel à Washington DC pour organiser officiellement la “Résistance”. L’histoire a été publiée par Kenneth Vogel dans le libéral Politico Magazine le 14 novembre 2016.

Après quatre jours de réunions à huis clos, l’armée de la “Résistance” a été formée. Au total, il y avait 172 organisations, dont beaucoup étaient déjà actives lors d’autres soulèvements de gauche tels que Occupy Wall Street, les émeutes anticapitalistes lors de réunions financières internationales, les manifestations climatiques, l’anti-guerre et bien-sûr les manifestations de Black Lives Matter. Mais l’un des groupes les plus actifs en réunion était une organisation anonyme nommée « indivisible » et dans un manuel en ligne, ils ont conclu que «malgré le fait qu’il n’a pas de mandat, Trump tentera d’utiliser sa majorité au Congrès pour remodeler l’Amérique à sa propre image raciste, autoritaire et corrompue. »

Is George Soros behind the race riots?

La fusion habituelle des causes de gauche convenait parfaitement aux objectifs des organisateurs. Avec la gauche radicale, la question n’est jamais la question, la question est toujours la révolution.

L’élection du président Donald Trump a brisé les espoirs de nombreux gauchistes. Tout devrait donc être fait pour déstabiliser l’administration conservatrice de Trump, provoquer un soulèvement et ramener la gauche au pouvoir pour terminer le travail de destruction de la civilisation chrétienne en Amérique une fois pour toutes.

Et donc, une manifestation de rue a été suivie d’une autre, des émeutes à New York autour de la Trump Tower, à Madonna déclarant lors de la Marche des femmes pro-avortement : «j’ai beaucoup pensé à faire sauter la Maison Blanche». Puis sont arrivées les protestations contre les restrictions de Trump à l’immigration.

Cette année-là, nous avons également assisté à la fabrication à la frontière de caravanes parrainées par des ONG traversant le continent américain, ce qui a entraîné une application de la loi sur l’immigration et l’appel à l’ abolition de l’ICE. Devrions-nous être surpris que les mêmes personnes qui ont appelées à l’abolition des forces de l’ordre à la frontière exigent maintenant l’abolition de la police ?

Tout au long de ces conflits, les organisations financées par Soros étaient actives.

Alors que les militants communautaires semaient la division et appelaient au renversement de la loi et de l’ordre, le FBI et des éléments des agences de sécurité nationale ont continué de tenter de renverser le président et de piéger ses partisans. De fausse accusation en fausse accusation, toujours provenant de «hauts fonctionnaires» invités dans les médias. Et bien que le président ait finalement été dégagé de tout acte répréhensible, la Chambre des représentants a néanmoins procédé à sa mise en accusation.

Dans une interview le mois dernier, Soros s’est réjoui que «nous sommes maintenant dans un «moment révolutionnaire» qui nous permet de réaliser «l’inconcevable»».

Puis est arrivée l’affaire George Floyd. Des émeutes violentes ont éclaté à travers les Etats-Unis. Pour protester contre le racisme systémique présumé, des manifestations violentes et non violentes apparemment spontanées, mais bien organisées, se sont répandues à travers le pays. Alors que, précédemment, les manifestants qui demandaient la fin du confinement imposé au nom du coronavirus avaient été fortement tournés en dérision par presque tous les médias et par la plupart des politiciens de gauche et du centre, les pillages violents et les émeutes étaient justifiés et excusés en raison des péchés collectifs présumés. de la nation.

Vous vous souvenez de la grande réunion des donateurs organisée par l’Alliance pour la démocratie financée par Soros six jours seulement après les élections de novembre ? Le président de cette organisation – qui, soit dit en passant, était un employé de Soros avant de présider l’Alliance – est un homme du nom de Gara LaMarche. Dans son dernier article sur le site Web de l’Alliance pour la démocratie dans la section du blog du président, M. LaMarche accuse ouvertement le président des États-Unis de “racisme flagrant” et dirige les donateurs vers les organisations mêmes qui organisent les manifestations violentes. Ce n’est pas une théorie du complot; c’est juste là sur leur site Web.

Le président Trump a pris une position ferme pour rétablir la loi et l’ordre, mais les émeutiers et les manifestants de gauche ont été encouragés par des célébrités, les médias et les politiciens démocrates (ainsi que des religieux éminents).

George Soros et sa coalition de gauche radicale n’ont jamais été aussi près de réaliser «l’inconcevable»…

Source : https://www.medias-presse.info/soros-veut-la-revolution-par-les-black-lives-matter-et-les-antifas/121394/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.