Le mouvement Black Lives Matter est basé sur des pratiques occultes africaines

La co-fondatrice de BLM et la responsable de la section de Los Angeles discutent des pratiques occultes du groupe d’ « invocation des esprits » et de « culte ancestral » africain

Dans une interview publiée sur les réseaux sociaux, la cofondatrice de Black Lives Matter (BLM), Patrisse Cullors, ainsi que la cofondatrice de BLM Los Angeles, Melina Abdullah, ont discuté de la composante « spirituelle » du mouvement, expliquant les pratiques et les « rituels » exécutés pour se souvenir de et « invoquer » les esprits des Afro-Américains décédés.

« Nous prononçons leurs noms… [et] vous invoquez en quelque sorte cet esprit, puis leurs esprits deviennent réellement présents avec vous », a déclaré Abdullah, professeur à la California State University, lors de la discussion organisée par le Fowler Museum de l’UCLA.

Cullors a expliqué qu’elle avait été élevée comme témoin de Jéhovah et que « le culte des ancêtres devenait vraiment important » en vieillissant. Elle a dit qu’elle ressentait la responsabilité d’honorer le défunt politiquement et spirituellement.

« Dans ma tradition, vous offrez des choses que votre proche décédé voudrait, que ce soit du miel, du tabac ou des choses de ce genre », a-t-elle dit, faisant référence à la création d’un « autel des ancêtres », qui est parfois pratiqué dans les cultures africaines. « C’est tellement important, non seulement pour nous d’être en relation directe avec les nôtres qui sont décédés, mais aussi pour eux de savoir que nous nous sommes souvenus d’eux. Je pense que certains d’entre eux œuvrent à travers nous. »

Le site Crescent City Culture conseille : « À la base, le hoodoo est une pratique de vénération ancestrale. Honorer et même adorer les ancêtres est pratiqué dans le monde entier. De nombreuses religions africaines sont fondées sur la conviction que les ancêtres jouent un rôle actif dans la vie des vivants même après la mort. Les esprits des morts sont invités dans la maison afin qu’ils puissent influencer la famille et dispenser des bénédictions et fournir une protection. »

« Pourquoi n’honorerions-nous pas les personnes qui nous ont été volées et nous demandent de nous battre pour elles ? » demanda Cullors. « Ils veulent que nous nous souvenions d’elles parce que … ils savent ce que cela demande pour qu’on se souviennent d’elles. »

Elle a expliqué que même en utilisant des hashtags, les gens « ressuscitent littéralement presque l’esprit afin qu’ils puissent oeuvrer à travers nous pour que le travail soit … fait. »

Abdullah a expliqué que chaque fois que l’on apprend qu’une personne afro-américaine perd la vie, probablement en relation avec des incidents d’application de la loi, ils sortent et « prient [et] versent la libation ». La libation est un acte défini comme « un versement rituel d’un liquide comme offrande à un dieu ou à un esprit, ou à la mémoire de ceux qui sont « décédés ».

Comme indiqué précédemment, en 2018, Abdullah a versé une libation et a convoqué les esprits d’un certain nombre de dirigeants afro-américains décédés lors d’un événement à la Hollywood United Methodist Church. Elle a ordonné aux personnes rassemblées de déclarer « ashe » alors qu’elle faisait des déclarations et versait de l’eau en bouteille dans une plante.

Selon le site yagbeonilu.com, « ashe » ou « ase » signifie « qu’il en soit ainsi », et est un « concept philosophique africain à travers lequel les Yoruba du Nigéria conçoivent le pouvoir de faire arriver les choses et de produire des changements. »

« Ashe parmi les Yoruba est associé à la force même qui est la vie et les fait exister dans l’univers. … Il est également associé au pouvoir de la parole comme on peut le voir dans sa signification de commandement, d’ordonner et de loi », explique le site, déclarant que les Yoruba croient que les hommes possèdent le pouvoir de « faire exister les choses par la parole. »

« Nous invoquons ces esprits qui sont toujours avec nous. Nous convoquons ces personnes dont les corps ont été volés, mais dont les âmes sont toujours là », a déclaré Abdullah. « Nous faisons appel à Wakiesha Wilson. Nous appelons George Jackson … Eric Garner … »

« Et tous ceux dont les corps ont été volés: Nous vous demandons d’être avec nous. Nous vous demandons de travailler avec nous. Nous demandons que nous fassions un travail juste en votre nom », a-t-elle poursuivi en s’adressant aux morts.

« Il m’a fallu près d’un an pour me rendre compte que ce mouvement est bien plus qu’un mouvement de justice raciale et sociale. Au fond, c’est un mouvement spirituel parce que nous nous tenons littéralement sur du sang versé », a déclaré Abdullah lors de son récent entretien avec Cullors, ajoutant qu’elle savait que le co-fondateur de BLM considérait la question comme spirituelle depuis un certain temps.

« Quand nous avons commencé, je me souviens que nous allions à l’océan et faisions ces rituels et nourrissons vraiment notre esprit », a-t-elle expliqué.

Cullors a également expliqué qu’elle se demandait s’il y avait de la place dans le mouvement BLM pour la spiritualité, et a déclaré qu’elle « réalisait qu’il y avait un besoin de protection alors que nous commençions à être plus ciblés. »

« J’ai le sentiment que tant de leaders et tant d’organisateurs sont profondément engagés dans une pratique spirituelle assez importante », a-t-elle déclaré à propos du travail de BLM. Cullors a cité un article publié par le Berkley Center for Religion, Peace and World Affairs intitulé « The Fight for Black Lives Is a Spiritual Movement (le combat pour les vies noires est un mouvement spirituel) ».

« Le mouvement pour les vie noires … insuffle un mélange syncrétique des pratiques et croyances spirituelles des cultures africaines et autochtones, embrassant le culte des ancêtres; rituel basé sur l’Ifa, comme chanter, danser et invoquer des divinités; et les pratiques de guérison telles que l’acupuncture, le reiki, le massage thérapeutique, et la médecine végétale dans une grande partie de son travail, incluant la protestation », déclare en partie l’article.

Voir l’interview dans son intégralité ici. 

Comme indiqué précédemment, Black Lives Matter a été formé par Cullors, Alicia Garza et Opal Tometi en 2013 en réponse à l’acquittement de George Zimmerman dans la mort par balle de l’adolescent Trayvon Martin. Cullors est une « queer » autoproclamée; Garza s’identifie comme lesbienne; et Tometi est une féministe autoproclamée

« Alors que les décès tragiques de Trayvon Martin et Mike Brown ont été les catalyseurs de l’émergence du mouvement BLM », déclare la biographie de Garza, « afin de vraiment comprendre à quel point ce type de violence est dévastateur et répandu en Amérique noire, nous devons considérez cette épidémie sous l’angle de la race, du sexe, de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. »

Lors d’une interview en 2015, Cullors a reconnu que le groupe est dirigé par des « marxistes de formation » et a parlé de l’objectif du groupe d’inclure les Afro-Américains homosexuels et transgenres.

« Il était important pour nous en tant que femmes noires, dont deux sont queer, de parler de la totalité de la vie noire », a-t-elle déclaré lors de l’interview avec Jared Ball de « I Mix What I Like » sur Real News Network. « Et que les hommes noirs cis [genre] ne sont pas la somme des Noirs, mais plutôt que tous les Noirs représentent la totalité des Noirs … »

Cullors a ajouté que la définition de la totalité du groupe inclurait les « Noirs trans [de genre] », ceux qui ont été incarcérés ou sont actuellement derrière les barreaux, et les personnes handicapées.

« Nous faisons de l’espace pour que les frères et sœurs transgenres participent et dirigent », souligne également la page « Ce que nous croyons » du site BLM. « Nous sommes autoréflexifs et faisons le travail nécessaire pour démanteler le privilège cisgenre et élever les Noirs trans, en particulier les femmes noires trans qui continuent d’être touchées de manière disproportionnée par la violence trans-antagoniste. »

« Nous construisons un espace qui affirme les femmes noires et est exempt de sexisme, de misogynie, et d’environnements dans lesquels les hommes sont centrés », poursuit-elle. « Nous favorisons un réseau affirmant queer. Lorsque nous nous réunissons, nous le faisons avec l’intention de nous libérer de l’emprise étroite de la pensée hétéronormative, ou plutôt, de la croyance que tout le monde est hétérosexuel (à moins qu’elles/ils ne révèle le contraire). »

Source : https://christiannews.net/2020/08/28/blm-co-founder-la-chapter-leader-discuss-groups-occultic-practices-of-invoking-spirits-african-ancestral-worship/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.