Des côtes qui se régénèrent

Ribillustration LgeAdam et cette côte ‘manquante’.

Un choc frontal avec un camion-citerne rempli à haute vitesse1 est une expérience que je ne souhaite à personne de partager. La surprise fut d’avoir survécu – Dieu avait clairement d’autres projets pour moi.2

Au cours des cinq mois et demi passés à l’hôpital, et des années après, j’ai subi une série d’opérations pour reconstruire différentes parties de mon corps, en particulier les os de mon visage.3

Ces opérations nécessitaient souvent l’utilisation de mon propre os pour la greffe. J’ai remarqué que le chirurgien plasticien revenait toujours sur le côté droit de ma cage thoracique, à travers la même cicatrice horizontale, en fait, pour obtenir plus d’os lors de ces procédures. Un jour, je lui ai demandé pourquoi il n’était pas « à court d’os ». Il m’a regardé avec un air hébété, puis a expliqué que lui et son équipe avaient pris la côte entière, à chaque fois. « Nous laissons le périoste intact, de sorte que la côte puisse habituellement juste repousser ».

En dépit d’avoir été formé et d’avoir pratiqué comme médecin de famille, j’étais intrigué; je n’avais jamais réalisé cela auparavant. Le périoste (la signification littérale de ce mot est « autour de l’os ») est une membrane qui recouvre chaque os – c’est la raison pour laquelle vous pouvez coincer des choses entre vos dents en rongeant un gigot d’agneau, par exemple. Le périoste contient des cellules capables de fabriquer du nouvel os. En particulier chez les jeunes, « le périoste de la côte a une capacité remarquable à régénérer les os, peut-être plus que tout autre os ».4

Les chirurgiens thoraciques retirent régulièrement les côtes, et celles-ci repoussent souvent, en tout ou en partie. Beaucoup dépend du soin avec lequel on retire la côte; elle doit être « décollée » de son périoste pour laisser cette membrane aussi intacte que possible. Une raison majeure pour laquelle la côte est la situation idéale pour une telle régénération est que les muscles intercostaux qui lui sont attachés lui fournissent un bon apport sanguin.

Lorsque le chirurgien m’a dit cela, ma pensée immédiate fut – « Waouh, c’est vraiment chouette, Adam n’a pas eu à se balader avec un défaut! » En Genèse 2:21, en rapport avec la création d’Ève, nous lisons:

‘Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit; Il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.’

De manière surprenante, certains chrétiens ont grandi en croyant que les hommes ont une côte de moins que les femmes. Ils ont le même nombre, bien sûr. Certains anti-créationnistes ont utilisé le fait que les hommes ne manquent pas de côtes aujourd’hui pour se moquer d’une Genèse littérale.

Pendant des années avant mon accident, lorsqu’on me le demandait, je répondais à peu près ceci: « Si votre père avait perdu son doigt dans une scie circulaire, vous attendriez-vous vraiment de ce que tous ses enfants aient un doigt en moins? Ou tous ses fils, mais pas ses filles? Bien sûr que non. Les instructions ADN qui sont transmises de parent à enfant sont sous la forme d’un code, comme en écriture – retirer une côte (ou un doigt) ne modifierait pas les instructions du code, de sorte que toute la progéniture aura toutes ses côtes (ou doigts).’

Bien que tout cela soit encore très vrai et pertinent, cette information sur la repousse des côtes ajoute une nouvelle dimension fascinante. Dieu a conçu la côte, avec le périoste. Il aurait certainement su comment retirer la côte de telle sorte qu’elle repousserait plus tard, comme le font encore les côtes aujourd’hui – sans nécessiter de miracle particulier.5

Adam n’aurait eu aucune zone de faiblesse permanente dans sa cage thoracique, mais aurait eu, pendant des centaines d’années de sa vie, le même nombre de côtes que vous et moi avons aujourd’hui.

Notes
  1. La vitesse combinée de la collision, en 1986, était d’environ 180 kilomètres heure.
  2. Ainsi que pour ma fille Lisa, alors âgée de 11 ans, qui en est réchappé miraculeusement et pratiquement indemne.
  3. En conséquence directe de l’accident, j’ai subi au total 55 épisodes chirurgicaux sous anesthésie générale (la majorité ne nécessitant pas l’ablation des côtes).
  4. Dr David Pennington, chirurgien plasticien, communication personnelle le 7 mai 1999.
  5. Bien sûr, le miracle fut de confectionner Ève à partir de chair et d’os. Pourquoi de cette façon – pourquoi ne pas directement à partir d’éléments simples, ou de « poussière », comme pour Adam? Nous avons tous péché « en Adam » – et nous pouvons tous être rachetés par le sacrifice de Jésus-Christ, le « dernier Adam » (1 Corinthiens 15:45). Il était donc important que nous tous, y compris Ève, soyons des descendants d’Adam.

Source : https://creation.com/regenerating-ribs-adam-and-that-missing-rib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.