Parents, comment refuser les vaccins ?

Ce cher Jacques Daudon, il n’est jamais fatigué. Il mérite d’être partagé régulièrement via sa chaîne YouTube qui comporte 460 vidéos. Pour donner suite à une longue discussion entre nous, voici son texte qui viendra en aide aux parents pour refuser toute vaccination.

Voici comment éviter dans la pratique, légalement, les onze vaccins mortifères qui contiennent tous des adjuvants comme l’aluminium, du mercure et divers produits chimiques, tous plus nocifs les uns que les autres, parfaitement démontré dans la fiche accompagnant la boîte des vaccins.

Courtoisie et fermeté devant les administratifs sont les clefs du succès. Trouillards, ils n’aiment surtout pas les procès.

Les deux documents joints que vous retrouverez au bas de cet article, l’un émanant du Pr Jean-Bernard Fourtillan agrégé de pharmacocinétique, dénonce l’utilisation de l’aluminium comme médicament ou vaccin (8 vaccins sur 11 en contiennent).

L’OMS depuis plus de 15 ans, interdit l’emploi de l’aluminium dans les médicaments et les vaccins). Le second document extrait du livre d’Elke Arod, nutridétoxicologue et du Professeur Boyd Haley, chimiste toxicologue, de l’association Stélior de Genève soignent de nombreux enfants autistes ou diversement handicapés par les vaccins.

Leur livre,  » Les racines de nos maladies, les conséquences insoupçonnées de la toxicité », Edts Dauphin. Page 219, il est indiqué, chiffres à l’appui que sur 800.000 nourrissons et bambins vaccinés en France en 2016 (à l’époque 5 vaccins), plus de 600 000 sont atteints de troubles et de maladies diverses, dont les vaccins sont responsables. Le livre n’a jamais été contesté par les pouvoirs publics.

Les parents, forts de ces arguments irréfutables, sur le plan scientifique et légal adoptent le cheminement suivant, soit face au médecin, soit face au responsable de la crèche, soit face au directeur d’école.


Couverts par une assurance juridique complémentaire de leur assureur, ils se munissent des deux pièces jointes (Pr Fourtillan et d’Elke Arod). Accompagnés par un témoin (non apparenté), ils présentent les 2 pièces à conviction au responsable de la crèche ou de l’école, dont ils s’assurent le nom patronymique.


Après lecture, le responsable accepte les documents et admet l’enfant à la crèche, ou le refuse. Dans le cas du refus, le témoin accompagnateur, prend bien note du nom du responsable et de son refus catégorique.

Les parents, alors signifient au responsable qu’ils seraient contraints s’ils suivaient ce refus, de vacciner l’enfant. Comme il n’ont aucune envie d’empoisonner le bambin à coup sûr, ils avertissent le responsable qu’ils vont porter plainte contre lui, pour incitation à empoisonnement d’un être humain, puisque sans vaccin pas d’école !

Quoi de plus normal comme défense imparable ?

Le responsable aura beau protester du fait qu’il n’est qu’un intermédiaire, les parents calmement mais fermement, maintiennent que plainte sera déposée contre lui dans les meilleurs délais.

Aidés en cela soit par la Ligue nationale pour la liberté vaccinale, ou autre association, (ils ont d’excellents avocats), les parents ont toutes les chances de gagner leur procès.

Pratiquement, le lendemain, soit le responsable de la crèche, soit le responsable de l’école primaire, font savoir aux parents qu’ils ne veulent pas d’histoire.

Ils inscrivent le gamin à l’école sans autre forme de procès. Deux couples ont témoigné sur ces faits divers. Leurs enfants admis, sont protégés et suivent l’instruction publique sans problème. On ne fait jamais d’omelettes sans casser des œufs.

Voici donc les deux documents à télécharger :  Certificat d’expertise et Preuves flagrantes d’empoisonnement.

Pour plus de précisions, vous pouvez contacter par émail Jacques Daudon : jacques.daudon@orange.fr

Source : https://www.etresouverain.com/2020/05/26/parents-comment-refuser-les-vaccins/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.