Quand l’évolutionnisme « réfute » la Science au nom du fanatisme religieux

dinosaur-human-2

Voilà ce qui arrive quand on ose remettre en question le paradigme dominant…

Un scientifique démis de ses fonctions pour avoir prouvé la coexistence des dinosaures et des Hommes.

L’histoire traditionnelle suggère que le chemin des humains et celui des dinosaures ne se soient jamais croisés et que leur existence sur la Terre soit séparée par des dizaines de millions d’années.

Mais la récente découverte du scientifique Mark Armitage, de l’Université d’État de Californie, pourrait bien mettre sens dessus-dessous l’histoire de la civilisation humaine.

Armitage participait à des fouilles dans le Montana lorsqu’il est tombé sur la plus grosse corne de tricératops jamais découverte. Suite à un examen de cet unique spécimen à l’aide d’un puissant microscope, Armitage a découvert quelque chose qu’aucun scientifique avant lui n’avait encore pu déceler sur les restes d’un dinosaure – des tissus mous.

Ses collègues ont été stupéfaits par sa découverte, puisque l’existence de tissus mous, qui devraient s’être dégradés et avoir disparu au fil des millions d’années, suggère que ce dinosaure n’est pas mort il y a 60 millions d’années, mais qu’il se portait encore très bien en Amérique du Nord il y a seulement quelques millénaires.

Nous pourrions penser qu’une telle découverte pourrait mener à plus de recherches quant à l’éventuelle coexistence des humaines et des dinosaures à un certain moment de l’Histoire. Mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé.

Les subventions d’Armitage ont été suspendues, sa recherche a été passée sous silence, et l’homme a perdu son emploi à l’Université de Californie.

Ses découvertes auraient été si importantes que le conseil d’administration a eu peur qu’elles viennent mêler science et religion.

Un membre de l’université est allé jusqu’à expliquer à Armitage pourquoi il avait été renvoyé : « nous ne tolèrerons pas votre religion dans notre département », lui aurait-il dit.

Selon la pensée officielle de la Bible, l’histoire de la Terre remonte à 6.000 ou 10.000 ans, un fait que les scientifiques utilisent souvent pour rejeter la possibilité qu’elle puisse contenir quelque forme de vérité que ce soit. Puisque les os des dinosaures ont plus de 60 millions d’années, la Bible a forcément tort, comme la création de la Terre relatée par le premier livre de la Genèse remonte à moins de 10.000 ans.

La récente découverte pourrait pourtant lever le voile sur certaines créatures mystérieuses mentionnées dans l’Ancien testament. Les premiers livres de la Bible ne mentionnent peut-être pas de tricératops ou d’autres dinosaures par leur nom, mais ils parlent de dragons et de béhémoths, que certains intellectuels associent à des serpents, des reptiles ou encore des monstres marins.

Ces créatures ont en effet vécu en même temps que les hommes selon l’histoire que raconte la Bible chrétienne.

Voici le béhémoth, à qui j’ai donné la vie comme à toi ! Il mange de l’herbe comme le bœuf. Le voici ! Sa force est dans ses reins, et sa vigueur dans les muscles de son ventre. Il plie sa queue aussi ferme qu’un cèdre, les nerfs de ses cuisses sont entrelacés. Ses os sont des tubes d’airain, ses membres sont comme des barres de fer.

Job 40:15-18

Et pourtant, jusqu’à présent, aucune recherche scientifique n’a prouvé que de si gros animaux à la peau similaire à celle de reptiles n’existaient pas à l’époque.

La découverte d’Armitage confirme ce que dit la Bible. Ce qui a apparemment déplu à la communauté scientifique, qui a décidé de démettre Armitage de ses fonctions.

Un communiqué de presse publié par le Pacific Justice Institute stipule que la carrière d’Armitage a pris fin sur des bases religieuses à la suite de l’apport de preuves capables de justifier une théorie controversée :

« Mettre fin à la carrière d’un employé pour des raisons religieuses est inapproprié et illégal », a décrété Brad Dacus, président de PJI. « Mais le faire dans l’espoir de taire un discours scientifique au sein d’une université publique est encore plus alarmant. Le monde académique devrait en être avisé ».

Armitage participait à des fouilles dans le Montana lorsqu’il est tombé sur la plus grosse corne de tricératops jamais découverte. Suite à un examen de cet unique spécimen à l’aide d’un puissant microscope, Armitage a découvert quelque chose qu’aucun scientifique avant lui n’avait encore pu déceler sur les restes d’un dinosaure – des tissus mous.

Ses collègues ont été stupéfaits par sa découverte, puisque l’existence de tissus mous, qui devraient s’être dégradés et avoir disparu au fil des millions d’années, suggère que ce dinosaure n’est pas mort il y a 60 millions d’années, mais qu’il se portait encore très bien en Amérique du Nord il y a seulement quelques millénaires.

Selon des documents émis par la cour, suite à la découverte de ces tissus mous, un membre de l’université aurait déclaré à Armitage que son département ne tolèrerait pas sa religion.

Armitage, un scientifique qui publie depuis déjà plus de trente ans, a ensuite été démis de ses fonctions, et l’Université d’État de Californie a déclaré que son contrat de 38 mois n’avait été que temporaire et ne pouvait désormais plus être financé. Ces propos entrent en contradiction avec d’anciens discours et documents de l’université.

Michael Peffer, avocat-conseil chez PJI, a annoncé qu’il était devenu « évident que la diversité et la curiosité intellectuelle, qui sont les principes clés de l’éducation universitaire, ne sont pas applicables à ceux qui embrassent une religion. Une action en justice a été entreprise pour cette même raison ».

PJI / Daily Paul via Steve Quayle

Les scientifiques disent souvent qu’aucune preuve ne supporte les propos de la Bible. Un chercheur ayant plus de trois décennies de travail derrière lui a pu confirmer qu’il existait encore des dinosaures alors que les humains foulaient le sol de notre planète, mais parce que cette découverte n’entre pas dans la vision traditionnelle et menace d’autres théories, elle est passée sous silence et accusée d’extrémisme religieux.

Il semblerait qu’un scientifique n’en soit plus un s’il adhère aux théories présentées par la Bible ou s’il croit en Dieu.

Voir également: http://www.maxisciences.com/dinosaure/des-proteines-et-de-l-039-adn-retrouves-sur-deux-squelettes-de-dinosaures_art27240.html

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-dinosaures-on-a-retrouve-leur-sang-26718.php

Source : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-un-scientifique-demis-de-ses-fonctions-pour-avoir-prouve-la-coexistence-des-dinosaures-et-des-hommes.aspx?contributor=Mac+Slavo.&article=5684464198H11690&redirect=False



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.