Israël : un 4ème confinement n’est pas exclu avec la hausse du taux de transmission

Alors que Netanyahu a déclaré jeudi que la pandémie était presque finie, le responsable coronavirus en Israël a dit « ne pas savoir ce qu’a voulu dire » le Premier ministre.

Israël pourrait connaître un quatrième confinement avant les prochaines élections générales prévues le 23 mars, a déclaré un haut-responsable de la Santé dans la journée de vendredi.

Il s’est exprimé alors que le taux de transmission du virus a franchi dans le pays la barre de 1, ce qui indique que la propagation de la pandémie accélère encore, selon des données du ministère de la Santé.

« Nous sommes inquiets concernant la hausse des infections dans les prochains jours », a dit le responsable de la lutte contre le coronavirus, Nachman Ash, à la radio 103FM Radio, ajoutant que « si nous n’agissons pas de manière responsable et si les citoyens ne suivent pas les directives, la possibilité d’un quatrième confinement avant les élections existe ».

Interrogé sur une déclaration faite sur Fox News jeudi par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a estimé que la pandémie était terminée au sein de l’État juif, Ash a déclaré : « Je ne sais pas ce qu’a voulu dire le Premier ministre. »

Les chiffres du ministère ont indiqué que le nombre de reproduction de base du virus, ou R, était de 1,01 dans la matinée de vendredi. Le nombre de reproduction de base est le nombre de nouveaux cas émanant d’un seul porteur du coronavirus, soit le nombre de personnes contaminées par malade. Tout chiffre inférieur à 1 signifie que la pandémie ralentit et un nombre supérieur à 1 implique qu’elle connaît une recrudescence. Les chiffres se basent sur chaque nombre de nouveaux cas survenus dans les dix jours précédents, en raison de la période d’incubation du virus.

Le nombre de reproduction de base était resté inférieur à 1 depuis la fin du mois de janvier.

Les dépistages au coronavirus montrent également un taux de positivité au plus bas depuis des mois, alors que 3 600 tests sont revenus positifs, jeudi, sur 92 000 tests – soit environ 4 %.

Le nombre de cas grave est également à son plus bas niveau depuis le mois de décembre avec 690 patients.

Ces dernières données sont diffusées alors qu’Israël se prépare à lever de nouvelles restrictions dimanche, avec la réouverture des restaurants, des cafés, des salles événementielles, des attractions et des hôtels. Certaines activités ne sont ouvertes qu’aux citoyens en possession d’un « passeport vert », ce qui signifie qu’ils ont été vaccinés ou qu’ils ont guéri du coronavirus.

Netanyahu a affirmé, jeudi, que l’État juif en avait largement terminé avec le coronavirus, disant que le pays était le premier dans le monde à avoir réussi à s’extraire de la pandémie grâce à sa campagne de vaccination rapide et efficace.

Israël est « le premier pays dans le monde à avoir émergé du coronavirus. Avec ce passeport vert, vous pouvez aller dans les restaurants, vous pouvez aller dans les théâtres, vous pouvez aller voir les événements sportifs. On y est. On s’en sort enfin », a déclaré Netanyahu pendant un entretien accordé à Fox News, évoquant le système du passeport vert qui permet aux personnes pleinement vaccinées ou guéries de se rendre sur des sites publics et à des événements variés.

Netanyahu a ajouté : « Voyez-vous, je ne crois pas que nous en soyons totalement sortis. Il va falloir encore porter le masque un moment. Mais c’est derrière nous. »

Toutefois, des responsables de la santé qui ont témoigné sous couvert d’anonymat ont indiqué au journal Maariv qu’ils s’inquiétaient du plan de réouverture qui, selon eux, était influencé par les préoccupations électorales de Netanyahu à la veille du scrutin du 23 mars.

« Le ministère de la Santé a connu ces derniers jours un sentiment général de déception face à la conduite du Premier ministre. Il s’est tenu très longtemps à nos côtés mais il nous semble que les élections prennent le pas sur sa réflexion », a confié une source.

Nadav Davidovitch, directeur de l’école de santé publique à l’université Ben Gurion du Negev et conseiller du gouvernement sur la pandémie, partage le même point de vue que Nachman Ash.

« Un quatrième confinement serait un échec massif », a dit Davidovitch au micro de la Radio militaire, vendredi, ajoutant que « nous avons bien vu comment, pendant le troisième confinement, son efficacité a significativement diminué – et je ne pense donc pas qu’un quatrième puisse être efficace ».

« Nous nous trouvons dans une bonne position aujourd’hui mais nous ne devons pas en être réduits à opter pour un quatrième confinement – nous disposons de tous les outils pour le prévenir, les vaccins, les tests rapides et la surveillance de ceux qui entrent à l’aéroport Ben Gurion », a poursuivi Davidovitch.

Les frontières terrestres et aériennes d’Israël sont restées largement fermées depuis le 25 janvier, avec la fermeture de l’aéroport Ben Gurion – n’accueillant que quelques vols assurés par des transporteurs israéliens pour rapatrier les citoyens bloqués à l’étranger.

Les responsables de la santé s’inquiètent de ce que des souches plus contagieuses du coronavirus n’entrent dans le pays, comme cela a été le cas du dit « variant britannique » qui représente aujourd’hui presque tous les nouveaux cas de COVID-19 au sein de l’État juif. D’autres souches pourraient être plus résistantes au vaccin, ce qui n’apaise pas les craintes.

Selon les chiffres du ministère, il y a eu 3 628 nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués jeudi, ce qui porte le nombre total de personnes touchées par la maladie depuis le début de la pandémie dans le pays à 795 454, avec 41 047 cas actifs.

690 personnes se trouvent actuellement dans un état grave – notamment 268 qui seraient dans un état critique. 225 personnes sont placées sous respirateur.

5 832 personnes sont mortes des suites de la COVID-19 au sein de l’État juif.

De plus, 4 901 143 Israéliens ont reçu la première dose de vaccin, sur lesquels 3 654 797 ont déjà bénéficié de la deuxième. Plusieurs millions d’Israéliens sont inéligibles au vaccin, la plus grande partie d’entre eux parce qu’ils sont âgés de moins de 16 ans.

Selon le professeur Eran Segal de l’Institut Weizmann, presque 87 % des Israéliens âgés de 16 ans et plus, qui ne sont ni ultra-orthodoxes, ni Arabes, ont guéri de la COVID-19 ou ont reçu au moins une dose de vaccin.

Le chiffre équivalent pour la communauté ultra-orthodoxe est de 72 %, tandis que le taux d’immunisation le plus bas – il est à 64 % – a été observé au sein de la population arabe israélienne.

Source : https://fr.sott.net/article/36660-Israel-un-4e-confinement-n-est-pas-exclu-avec-la-hausse-du-taux-de-transmission



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.