Regardez : La police australienne interroge un citoyen sur le pas de sa porte pour avoir publié sur Facebook, il y a six mois, des messages contre le confinement

De multiples vidéos sont apparues en ligne au cours des dernières semaines et des derniers mois montrant la police australienne effectuant ce qu’elle a qualifié de « contrôles de bien-être » de citoyens, ce qui a impliqué de confronter les gens à leur domicile ou dans des parcs publics pour les interroger sur le fait qu’ils ont enfreint les mesures de confinement du Covid, ou dans d’autres cas, ont assisté à des manifestations « interdites ».

« Avez-vous participé à une quelconque manifestation par le passé ? », demande le policier dans une vidéo et une rencontre précédemment présentées dans RealClearPolitics. « Non, je ne vais pas répondre à cette question, vous ne seriez pas ici sinon », répond l’homme. « J’aimerais savoir comment vous avez eu cette adresse, en fait ». Le scénario orwellien ci-dessus semble se produire de plus en plus, comme le montre la dernière vidéo choquante et dystopique à émerger ci-dessous….

Dans la vidéo ci-dessus, qui circule actuellement sur les médias sociaux, deux policiers se présentent à la porte d’un citoyen australien (lieu précis inconnu) pour lui demander s’il a participé à une manifestation contre le confinement il y a six mois.

Les policiers sortent un dossier et montrent à l’homme des captures d’écran imprimées de ce qui semble être ses publications antérieures sur les médias sociaux.

« Êtes-vous d’accord pour dire que vous avez mis certains messages sur Facebook ? » demande le policier.

« Cela vous semble-t-il familier ? »

L’homme répond par l’affirmative, « Ouaip » – ce à quoi les officiers répondent immédiatement : « La question qui est soulevée est : ‘Etiez-vous là ?’« 

Le « suspect » incrédule éclate de rire devant l’absurdité de voir la police se présenter à sa porte pour lui demander s’il a participé à une manifestation six mois auparavant. Naturellement, il exprime son indignation à l’idée que le fait de manifester en tant que citoyen australien libre soit considéré comme une infraction à la loi.

La police se présente littéralement aux portes avec des captures d’écran de publications Facebook vieilles de six mois en main…

Le propriétaire s’insurge contre le fait que la police se présente à sa porte comme un « loser » et « triste »… « Où allons-nous dans la vie ? » demande-t-il. « Vous avez les flics qui viennent ici pour me dire que j’ai participé à une manifestation… il y a six mois ? »

« Eh bien, on s’en fout. En quoi c’est illégal ? Aller à une manifestation ? », poursuit l’homme alors que la police le presse de répondre.

Ci-dessous, un autre incident antérieur montrant une scène similaire de flics interrogeant des personnes sur le pas de leur propre porte…

L’officier de police informe l’homme que la manifestation en question était « illégale » – ce à quoi l’homme fait remarquer l’hypocrisie et la stupidité de tout cela :

« Les manifestations de Black Lives Matter avaient p**ain de lieu deux semaines avant ça… c’était illégal ? Vous avez frappé à leur porte ? »

« Peut-être », hésite l’officier, maintenant nerveusement sur la défensive… « Non, pas du tout », fait remarquer l’homme, qui précise ensuite qu’il s’agit d’intimidation policière.

Nous pouvons nous attendre à voir d’autres tactiques d’intimidation orwelliennes de ce genre à mesure que se poursuit la « répression » australienne contre les « contrevenants » aux mesures relatives au Covid.

Mais comme l’ont montré les récentes manifestations de grande ampleur qui ont secoué un certain nombre de villes australiennes, les tactiques d’intimidation de la police et de l’État ne feront qu’entraîner un retour de bâton féroce lorsque les citoyens diront finalement « assez » et envahiront les rues en défiant les « confinements » ordonnés par le gouvernement en nombre de plus en plus important.

Source : https://www.aubedigitale.com/regardez-la-police-australienne-interroge-un-citoyen-sur-le-pas-de-sa-porte-pour-avoir-publie-sur-facebook-il-y-a-six-mois-des-messages-contre-le-confinement/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.