La thèse DUHEM-JAKI ou l’explication du rôle des croyances chrétiennes dans l’essor de la science comparées aux idées païennes anti-scientifiques en regard des grandes civilisations

Jésus : le Sauveur de la science !

par Eric V. Snow, M.A.
(traduit et abrégé par Michel Lalonde et Laurence Tisdall).

Lorsque nous pensons au rôle qu’a joué le christianisme dans l’avènement de la science, à quoi pensons-nous? À la façon dont il en entrava l’essor, comme lors du conflit entre Galilée (1564-1642) et l’inquisition au 17e siècle? Ou peut-être pensons-nous à Thomas Huxley débattant de l’évolution avec l’évêque Wilberforce, au 19e siècle? Ce que nous vous proposons maintenant, c’est de prendre une profonde inspiration et de sortir du climat intellectuel très sécularisé d’aujourd’hui et de considérer ceci : la science moderne s’est développée grâce à des laïcs ouvertement chrétiens, des théologiens, des moines, des professeurs d’universités et des enseignants de monastères des époques du Moyen-Âge et de la Renaissance. Le point que nous voulons faire ressortir est que la conception du monde issue du christianisme était absolument nécessaire au développement de la science moderne, comme le démontre la thèse de Duhem-Jaki.

Continuer la lecture

Les arguments chrétiens contre la réincarnation

  • 1
    Partage

http://www.jashow.org/wiki/index.php/The_Arguments_For_and_Against_Reincarnation

Les arguments pour et contre la réincarnation

Par: Dr John Ankerberg, Dr John Weldon; © 2004

La croyance en la réincarnation attire un public de plus en plus nombreux dans la culture occidentale. Les Drs Ankerberg et Weldon critiquent et répondent aux grands arguments habituellement utilisés à l’appui de la réincarnation.

Introduction

Dans les cultures orientales en général, la réincarnation est acceptée comme un fait de la vie. Mais même en Amérique et en Europe, les sondages indiquent une croyance en la réincarnation du grand public à un niveau significatif compris entre 20% et 35%. Cela signifie que plus de 100 millions d’Occidentaux acceptent maintenant cette doctrine occulte. Ci-dessous, nous présentons une brève critique des principaux arguments en faveur de la réincarnation dans un format argument/réponse/contre réponse/réponse finale.[1]

La plus ancienne tablette sur le Déluge

tablettedelugehttp://digilander.libero.it/crombette/fr_la_plus_ancienne_tablette_sur_le_deluge.htm

Bill Cooper 2


Présentation : Un des arguments-clés de l’exégèse « critique » concerne le récit mosaïque du Déluge. Il leur faut prouver qu’il ne s’agit pas d’un événement historique mais d’un conte oriental. Comme les Hébreux furent déportés à Babylone, la thèse couramment admise consiste à dire que l’auteur tardif de ce passage de la Bible s’est inspiré d’un récit babylonien figurant dans les tablettes de l’ Épopée de Gilgamesh, datée au plus de 1800 avant Jésus-Christ. Or un assyriologue allemand attaché à l’Université de Pennsylvanie, Herman Hilprecht, découvrit sur le site de Nippur une tablette dont le déchiffrement fut achevé en 1909. Cette tablette (CBM 13532) est beaucoup plus ancienne que la plus ancienne date possible pour l’Épopée de Gilgamesh. Or son récit est rigoureusement conforme à celui de la Bible. Il en résulte que la Bible n’a pas copié le « mythe » babylonien; ce serait plutôt l’inverse, ce qui explique les déformations et les invraisemblances de L’Épopée. Ne pouvant réfuter Hilprecht, ses confrères organisèrent une cabale contre lui, l’incitèrent à quitter Philadelphie et, depuis 1912, cette tablette dérangeante dort dans les collections de l’Université.

 

Continuer la lecture

La vraie religion existe depuis l’origine de l’histoire

  • 3
    Partages

Ceux qui défendent que l’histoire et la société évoluèrent, continuent sur leur lancée trompeuse en affirmant que la religion aussi évolua.

Cette idée fut avancée au 19ème siècle et était largement défendue par les matérialistes et athées. Or dans la mesure où aucune donnée archéologique ne vient justifier cette thèse, elle reste du domaine de la spéculation.

De même, il n’existe pas de preuves que les premiers hommes pratiquaient des religions tribales primitives et polythéistes ni que la véritable religion – celle révélée à toute l’humanité depuis Adam et basée sur la foi en un Dieu Unique – n’apparut que plus tard. Certains évolutionnistes tentent de faire passer à tort cette idée pour un fait historique. Au même titre que la théorie de l’évolution biologique de Darwin, la théorie de l’évolution de la religion n’est qu’une supercherie.

Continuer la lecture

La dégénérescence du langage humain

Les recherches dans le domaine des langues anciennes montrent qu’elles étaient plus complexes dans les temps anciens, et sont devenues plus simple au fil du temps. Ceci est vrai pour le latin, le grec, l’hébreu, le chinois, les langues amérindiennes anciennes, etc. Aussi loin que nous pouvons remonter, il semble que les langues humaines « primitives » étaient en mesure de communiquer plus d’informations avec moins de mots que ce qui est le cas avec les langues modernes. En outre, des formulations plus précises ont été possibles avec ces langues. Cela contredit l’idée évolutionniste d’un développement à partir de simples débuts vers une complexité accrue.

Il s’est avéré que l’idée de développement du langage humain à partir de débuts primitif vers un état plus sophistiqué n’est pas confirmée par les faits scientifiques. Les langues de ce qu’on appelle les indigènes autochtones ne sont pas le moins du monde primitives. Elles sont très complexes, dans la plupart des cas beaucoup plus complexes que nos langues européennes.

 

Continuer la lecture

Josué: Les éléments de preuve

La liste des villes de la région de Transjordanie par lesquelles Israël passait sur leur chemin vers la terre (promise) se trouve en Nombres 33:45-50 comprend Ijim, Dibon-Gad, Abel-sittim, et la Jordanie. Une liste de lieux à travers lesquels les armées égyptiennes sont passé lors de leurs incursions militaires datant de la même période générale inclut ces quatre endroits dans le même ordre. Ian Wilson dans son livre The Bible is History (La Bible est historique) cite l’archéologue Charles Krahmalkov sur ce point: « L’histoire biblique de l’invasion de la Transjordanie qui ouvre la voie à la conquête de toute la Palestine est racontée sur un fond qui est historiquement exact. La route d’invasion israélite décrite en Nombres 33:50 était… une route égyptienne officielle, très fréquentée à travers la Cisjordanie à l’âge du bronze tardif. »3 En soi, cette information ne prouve pas que la conquête a eu lieu, mais elle apporte un certain crédit au récit.

Continuer la lecture