Apple commence à chercher si les iPhone peuvent détecter les troubles mentaux

Malgré sa promesse marketing de confidentialité, Apple est devenu plus effrayant au cours de la décennie dans la quantité de données qu’il collecte auprès des utilisateurs. Certaines de ces données comprennent des informations de localisation, le temps d’utilisation, des données de santé et des données de transaction, entre autres. La société utilise ces données à des fins de publicité ciblée.

Selon le Wall Street Journal, elle souhaite réutiliser ces données et déterminer si les utilisateurs sont déprimés, anxieux ou connaissent un déclin cognitif.

Citant des documents internes d’Apple et des personnes au fait de la question, le WSJ affirme qu’Apple travaille avec des scientifiques pour collecter les données de santé des utilisateurs qui peuvent facilement être extraites de l’iPhone et d’autres appareils Apple et qui pourraient un jour avertir si les utilisateurs risquent d’avoir des problèmes de santé mentale.

Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle étude menée par Apple, Biogen et l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA), annoncée au début de l’année. La recherche d’Apple avec Biogen se concentre sur la détérioration cognitive, tandis que l’UCLA examine les utilisateurs à la recherche de signes de stress, d’anxiété et de dépression.

Les chercheurs de l’UCLA utilisent l’appareil photo, le microphone, le clavier et l’Apple Watch d’un iPhone pour recueillir des données sur les utilisateurs. Citant des documents et leurs sources, les chercheurs surveillent les rythmes cardiaque et respiratoire, les habitudes de sommeil, la vitesse à laquelle une personne marche et la façon dont les utilisateurs parlent. Ils mesurent également la vitesse et la fréquence des fautes de frappe.

Pendant l’étude, les utilisateurs rempliront des questionnaires sur leur état mental actuel et les chercheurs mesureront les hormones de stress.

Quant à l’étude de Biogen et Apple qui suivra la fonction cognitive des utilisateurs, elle inclura 20 000 personnes et durera deux ans. Le premier des essais de recherche a commencé lundi.

Si les intentions d’Apple semblent bonnes et pourraient aider de nombreuses personnes qui ne se rendent pas compte qu’elles sont déprimées ou qu’elles souffrent d’un déclin neurologique, il y a toujours le risque qu’un système de détection semblable à celui de « Minority Report » soit créé et puisse alerter les autorités sur les personnes instables et leur risque de commettre un crime.

Des signaux d’alarme sont lancés car l’engagement de l’entreprise en faveur de la protection de la vie privée a disparu alors qu’elle prévoit de collaborer avec le gouvernement pour scanner les iPhone à la recherche de pédopornographie.

Outre les problèmes de confidentialité, d’autres recherches suggèrent que l’utilisation des smartphones coïncide avec une augmentation des problèmes de santé mentale. Il semble que les chercheurs devront peut-être repenser leurs essais pour obtenir des résultats précis.

Source : https://www.aubedigitale.com/apple-commence-a-chercher-si-les-iphone-peuvent-detecter-les-troubles-mentaux/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.