Vaccination Pfizer : le Pr Mégarbane annonce la vaccination obligatoire dès l’âge de 2 ans, après l’élection présidentielle

Le Pr Bruno Mégarbane – Chef de service réanimation médicale et toxicologique de l’hôpital Lariboisière — annonce sur LCI la vaccination obligatoire dès l’âge de deux ans pour l’après-élection présidentielle ! On ne pouvait mieux annoncer que la vaccination a quitté le domaine médical pour la politique (et la finance). Scrupules moraux, déontologie, Mégarbane : cherchez l’intrus.


Pfizer, grand vainqueur actuel du lucratif marché de la vaccination, s’attaque au créneau des enfants. Les parents pourraient réfléchir avant de donner leur accord. Encore faudrait-il qu’ils éteignent la télé, au moins quatre minutes, le temps de lire ce qui est arrivé à Maddie de Garay, aux États-Unis, YassineJohn StokesMaxime BeltraQuentin CaronSofia Benharira et des milliers d’autres.

Pfizer a déclaré au public et à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis que son nouveau vaccin expérimental était sans danger, mais Pfizer a déjà menti au sujet des enfants et des médicaments.

Scandale Trovan de Pfizer au Nigeria : 11 enfants morts

En 1996, le médicament Trovan de Pfizer était encore au stade de développement clinique lorsque le fabricant l’a testé au Nigeria, sans le consentement des parents, sur environ 200 enfants. Pfizer a affirmé que Trovan était « sûr », mais 181 enfants ont été gravement atteints et 11 sont morts.  » Les poursuites ont duré de nombreuses années, coûtant à Pfizer plus de 15 millions de dollars par an en frais de justice et d’enquête. Pfizer a fini par payer 75 millions de dollars sur les 8,5 milliards de dollars initialement demandés. Les scandales ont continué même après le règlement de l’affaire, lorsque Pfizer a exigé que toute personne percevant l’argent donne un échantillon de son ADN. Plusieurs personnes ont refusé, se méfiant de ce que Pfizer pourrait faire de leur ADN. En conséquence, elles n’ont pas été autorisées à obtenir une indemnisation.

Aux États-Unis : la santé détruite de Maddie, 12 ans

Maddie de Garay avait 12 ans lorsqu’elle a volontairement participé à l’essai du vaccin covid-19 de Pfizer pour les jeunes de 12 à 15 ans dans l’Ohio. Après avoir pris la deuxième dose le 20 janvier 2021, sa vie a changé. Dans les 24 heures suivant la deuxième dose, Maddie a développé de graves douleurs abdominales et thoraciques. Elle a eu des décharges électriques douloureuses dans le cou et la colonne vertébrale qui l’obligeaient à marcher courbée. Elle avait des douleurs extrêmes dans les doigts et les orteils ».
Maddie s’est immédiatement rendue aux urgences, conformément aux instructions de l’administrateur de l’essai vaccinal de Pfizer. Après que les médecins ont effectué quelques tests, elle a été renvoyée chez elle avec un diagnostic : « Effet indésirable de la première rencontre avec le vaccin. » Au cours des cinq mois qui ont suivi l’administration de sa deuxième dose, Maddie est retournée aux urgences encore huit fois.

Sa mère, Stephanie de Garay, a déclaré : « Au cours des deux mois et demi suivants, ses douleurs abdominales, musculaires et nerveuses sont devenues insupportables. Elle a développé d’autres symptômes, notamment une gastroparésie, des nausées et des vomissements, une pression artérielle et un rythme cardiaque erratiques, des pertes de mémoire, un brouillard cérébral, des maux de tête, des vertiges, des évanouissements, puis des crises. Elle a développé des tics verbaux et moteurs, une perte de sensibilité à partir de la taille et une faiblesse musculaire, des changements radicaux dans sa vision, une rétention urinaire et une perte de contrôle de la vessie, des cycles menstruels très irréguliers et lourds, et elle a finalement dû se faire poser une sonde gastrique pour s’alimenter. Tous ces symptômes sont encore présents aujourd’hui. Certains jours sont pires que d’autres. »

Les médecins font obstacle au diagnostic

Les médecins de Maddie ont commencé à suggérer qu’elle souffrait d’un « trouble neurologique fonctionnel dû à l’anxiété » et ont même tenté de la faire admettre dans un hôpital psychiatrique. Sa famille s’y est opposée. Il a fallu cinq mois pour que Maddie obtienne une IRM de son cerveau et les tests sanguins appropriés, qu’elle a obtenus lorsque sa famille est allée chercher un avis médical ailleurs, après avoir parlé à d’autres personnes qui avaient été affectées par les vaccins covid.
La mère de Maddie, Stephanie a déclaré : « Ce que je veux demander, c’est : Maddie s’est portée volontaire pour l’essai Pfizer. Pourquoi ne font-ils pas des recherches sur elle pour comprendre pourquoi cela s’est produit afin que d’autres personnes n’aient pas à subir cela ? Au lieu de cela, ils se contentent de dire que c’est un problème “mental”. »

Les familles s’unissent et demandent de l’aide

La famille de Garay s’est jointe à de nouveaux groupes de pression locaux dont les membres ont vu leur vie changer soudainement après avoir reçu le vaccin covid. Ils demandent au Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et à l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) de reconnaître leurs maladies, à la communauté médicale de les croire et de les aider, aux médias de partager leurs histoires, au public d’être informé de ces blessures dans le cadre du consentement éclairé, et que leurs blessures soient étudiées afin de trouver des solutions. Depuis qu’ils ont été affectés par de nouveaux vaccins qui en sont encore à la phase 3 des essais, ils ont fait l’objet de résistances, de dissimulation, d’intimidation, de refus de collecter les données et de démentis généralisés.

Aucune enquête : l’omerta règne sur les effets du vaccin Pfizer

Lors de la réunion consultative de la FDA de septembre sur les boosters covid de Pfizer aux États-Unis, Steve Kirsch, directeur exécutif du covid-19 Early Treatment Fund, a déclaré que Pfizer n’avait pas enregistré les atteintes importantes de Maddie dans les résultats de ses essais cliniques. Kirsch a également noté que Pfizer a marqué la totalité des blessures de Maddie comme « douleur abdominale ». Kirsch a signalé la fraude de Pfizer au Dr Janet Woodcock, commissaire par intérim de la FDA, mais aucune enquête n’a été ouverte sur Pfizer qui aurait effacé les troubles graves de Maddie de ses données d’essai pour les enfants.

Source : https://lemediaen442.fr/vaccination-pfizer-le-pr-megarbane-annonce-la-vaccination-obligatoire-des-lage-de-2-ans-apres-election-presidentielle/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.