Séminaire de Milan : Prêtre tu seras si tu es vacciné…

L’Eglise conciliaire n’est jamais en retard pour suivre le monde, ses préceptes et ses mœurs. En ces temps covidesques, c’est à la vaccination pour tous qu’elle s’attelle, qu’elle adopte et qu’elle chérit, à l’instar du pape François. Le prêtre de demain ne doit pas être saint, ni avoir de bonnes mœurs, mais vacciné.

Le séminaire de Milan donne le ton : il est le premier à imposer la vaccination obligatoire et permettre l’exemption de masques pour ceux qui ont terminé le cycle de vaccination. Et il écrit aux 120 séminaristes : « Vous devez tous vous faire vacciner avant de rentrer de vacances ».

Le vice-recteur confirme au quotidien italien La Nuova Bussola Quotidiana :

« On le fait pour revenir à une vie plus apaisée ».

Sans étonnement, les séminaristes opposés à l’injection anti-covid sont qualifiés d’idéologiques :

« Nous évaluerons au cas par cas même ceux qui manifestent une opposition idéologique, mais je suis sûr qu’il n’y en aura pas besoin. »

La première condition pour un ‘bon’ prêtre conciliaire dorénavant sera donc d’être vacciné. C’est ainsi que le séminaire épiscopal de Milan a établi le vaccin comme une condition sine qua non pour les 120 aspirants prêtres pour leur retour de vacances le 12 septembre.

Une lettre du recteur Don Enrico Castagna parle clairement : vaccinez-vous et faites preuve de charité les uns envers les autres écrit-il en substance. Vaccin obligatoire, sans trop de raccourcis ni passe vert : même l’Etat n’est pas allé jusque-là. Vous voulez devenir prêtre ? Faites-vous vacciner et ensuite on en parle.

La Nuova Bussola Quotidiana a demandé confirmation de l’indiscrétion et après avoir contacté le recteur, il a pu parler avec son consentement avec le vice-recteur Don Michele Galli, covid manager du séminaire de Venegone Inferiore, dépendant du plus grand diocèse d’Europe. Et il a confirmé la mesure draconienne, actuellement prise uniquement par Milan.

« Compte tenu de la situation épidémiologique, nous modifions notre approche », explique Don Michele. « Nous nous sommes appuyés sur le décret-loi de l’État, notamment le décret scolaire et le décret universitaire […] et nous nous sommes adaptés en conséquence » en « tirant parti du vaccin. Nous avons demandé aux séminaristes de se faire vacciner à leur retour le 12 septembre, de cette façon nous pourrons vivre dans les salles de classe et les espaces communs sans masque puisque le décret scolaire autorise, dans les classes qui ont terminé le cycle de vaccination, l’exemption du masque. »

Mais que feront les séminaristes ? Tout le monde sera-t-il vacciné ? La question se pose spontanément, mais pour le vice-recteur ce n’est pas un gros problème. « Pour le moment, nous n’avons personne qui nous a fait part d’une quelconque opposition, mais si des cas se présentent, nous les évaluerons au cas par cas. Par exemple, si quelqu’un ne peut pas se faire vacciner pour des raisons médicales, nous l’envisagerons, si au contraire les raisons sont plutôt de nature idéologique… enfin… je ne sais pas, nous n’avons pas encore abordé la question, mais je ne pense pas qu’ils causeront des problèmes », coupe-t-il.

Le spectre de l’expulsion n’est pas évoqué, mais selon les propos du vice-recteur, il n’est pas totalement exclu puisque le séminariste no vax est stigmatisé comme idéologue : aucun raccourci ni aucune entente ne doit lui être prévu.

L’archevêque de Milan Mario Delpini, qui était également recteur de Venegono Inferiore, n’a pas été consulté. La décision, explique le vice-recteur « a été prise de manière autonome en tant que conseil de séminaire, mais d’un autre côté nous nous sentons encouragés dans cette décision également par la note de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi qui encourage expressément à se faire vacciner ».

Si, depuis la naissance de l’Eglise conciliaire et de ses sacrements « bâtards » comme les appelait Mgr Lefebvre d’heureuse mémoire, l’on peut douter de la validité de l’ordination Novus Ordo, de la doctrine reçue par les séminaristes, de leur esprit surnaturel, un doute est levé : le ‘prêtre’ de demain guidera difficilement les âmes vers la Jérusalem céleste mais, c’est sûr, « il sera armé de l’inoculum sacré » pour mener le troupeau apeuré vers le nouveau monde post-covid des Schwab, François, Gates, Soros and Co…

Francesca de Villasmundo

Source : https://www.medias-presse.info/seminaire-de-milan-pretre-tu-seras-si-tu-es-vaccine/145667/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.