Le MIT lance une nouvelle initiative pour fusionner les humains avec les machines

« Le monde a profondément besoin d’être soulagé des handicaps imposés par les technologies inexistantes ou défaillantes d’aujourd’hui ».

Un nouveau centre de recherche du MIT étudie explicitement la fusion du corps humain avec des technologies avancées telles que les exosquelettes robotisés et les interfaces cerveau-ordinateur, dans le but ambitieux de mettre au point des systèmes permettant de restaurer les fonctions des personnes souffrant de handicaps physiques et neurologiques.

Le K. Lisa Yang Center for Bionics a été créé grâce à un don de 24 millions de dollars de la philanthrope Lisa Yang, selon une annonce du MIT. Cette somme n’est probablement pas suffisante pour atteindre les objectifs extrêmement ambitieux du centre, à savoir la restauration de la fonction neuronale et la reconstruction des membres perdus, mais elle permet de faire avancer les choses et de réunir des professeurs du MIT de diverses spécialités autour d’un objectif commun de grande envergure, ce qui pourrait servir d’accélérateur à la recherche technologique sur le handicap.

Le nouveau centre de recherche sera placé sous la direction de Hugh Herr, professeur au Media Lab du MIT, lui-même double amputé et reconnu comme un leader dans le domaine des prothèses robotiques. Dans l’annonce du MIT, Herr a déclaré qu’il considérait cette nouvelle initiative comme une étape importante vers l’élimination totale des handicaps physiques.

« Le monde a profondément besoin d’être soulagé des handicaps imposés par les technologies inexistantes ou défaillantes d’aujourd’hui », a déclaré M. Herr. « Nous devons sans cesse nous efforcer d’atteindre un avenir technologique dans lequel le handicap ne sera plus une expérience de vie commune. Je suis ravi que le Yang Center for Bionics contribue à améliorer sensiblement l’expérience humaine pour un si grand nombre de personnes. »

Selon l’annonce, les professeurs du MIT travaillant au sein du nouveau centre de recherche auront trois objectifs principaux.

Le premier est de développer ce que le MIT appelle un « système nerveux numérique », c’est-à-dire des outils permettant de contourner les lésions de la moelle épinière en stimulant les muscles qui ont été coupés du système nerveux central – ce qui est remarquablement similaire à un implant neuronal non apparenté actuellement testé sur des volontaires humains.

En outre, le centre vise à améliorer la technologie des exosquelettes pour aider les personnes dont les muscles sont affaiblis à se déplacer naturellement, ainsi qu’à développer de nouveaux membres bioniques capables de restaurer un sens du toucher complet et naturel.

Source : https://www.aubedigitale.com/le-mit-lance-une-nouvelle-initiative-pour-fusionner-les-humains-avec-les-machines/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.