Des transistors aussi petits qu’un virus

Le département de la justice de Barack Obama a délibérément supprimé une enquête du FBI portant sur le Dr Charles Lieber connu comme le plus grand chimiste de l’université de Harvard et collaborateur de l’université de Wuhan. Le FBI vient de l’inculper en tant qu’agent secret Chinois.

Des membres de la Réserve Fédérale ont révélé que ce scandale de la sécurité nationale impliquent ces deux universités. Le FBI aurait pu arrêter Charles Lieber bien plus tôt s’il n’avait pas bénéficié des faveurs d’Eric Holder, procureur général d’Obama, qui a clos l’enquête fédérale. L’université de Harvard est pour l’instant hors de cause sachant que Barack Obama est un de ses anciens élèves. En 2016, James Clapper, patron du renseignement américain, a donné un mémo à Obama portant sur la méthode CRISPR Cas9 utilisée dans la fabrication d’armes bactériologiques. Clapper a pris la décision de classer cette innovation scientifique dans la catégorie des armes potentielles de destruction massive, alors qu’Obama avait étrangement interdit en 2014 toutes les études portant sur les vaccins sur le territoire américain.
Charles Lieber est peut être un acteur important dans la guerre biologique menée par l’élite mondiale.


B.Tian et C.M. Lieber, Université de Harvard

Charles Lieber, professeur de chimie à l’université d’Hyman, a créé un transistor si petit qu’il peut être utilisé pour pénétrer les membranes cellulaires et les sonder, sans en perturber son fonctionnement. Le transistor (en jaune) se trouve près du coude d’un nanofil de silicium en forme d’épingle à cheveux, recouvert de lipides. Son échelle est similaire à celle des structures intracellulaires telles que les organelles (orbes roses et bleus) et les filaments d’actine (brin rose).

Imaginez pouvoir stimuler une cellule immunitaire afin de générer des anticorps qui combattraient des bactéries ou même le cancer. Cette idée digne de la science fiction est devenue une réalité avec la mise au point d’un transistor biocompatible de la taille d’un virus. Charles Lieber, professeur de chimie à l’université d’Hyman, et ses collègues ont utilisé des nanofils pour créer un transistor si petit qu’il peut être utilisé pour entrer dans les cellules et les sonder sans perturber la mécanique intracellulaire. Ces commutateurs semi-conducteurs de taille nanométrique pourraient même être utilisés pour permettre une communication bidirectionnelle avec des cellules individuelles.

Au cours des dix dernières années, Lieber a travaillé à la conception et à la synthèse de pièces à l’échelle nanométrique qui lui permettront de construire de minuscules dispositifs électroniques (voir « Liquid Computing », novembre-décembre 2001, page 20). La conception d’une interface biologique, dans laquelle un dispositif à l’échelle nanométrique peut réellement communiquer avec un organisme vivant, a été un objectif spécifique dès le début, mais s’est avérée complexe. Dans sa version la plus simple, le défi consistait à insérer un transistor construit sur un plan plat (pensez à la surface d’une puce informatique) dans un objet tridimensionnel : une cellule d’une taille de 10 microns. Il ne suffisait pas de percer la cellule, car les transistors ont besoin d’un fil source d’où partent les électrons et d’un fil drain par lequel ils sont déchargés.

La solution, selon Lieber, a été de trouver comment introduire deux coudes de 120 degrés dans un fil linéaire afin de créer une configuration en « V » ou en épingle à cheveux, avec le transistor près de l’extrémité. Il a été plus facile de retirer la structure entière de la surface sur laquelle elle avait été créée : Lieber a intégré les sondes à nanofils à une paire d’interconnexions bimétalliques en couches. Des bandes jointes de deux métaux différents qui se dilatent à des vitesses différentes sont utilisées depuis des années dans les thermostats. Lorsque la température change, un métal se gonfle ou se contracte plus que l’autre, ce qui fait pencher le thermostat du côté opposé pour tenir compte de la dilatation. Lieber a utilisé ce principe pour soulever le transistor et le sortir du plan plat sur lequel il a été créé.

Cependant, lorsqu’il a finalement conçu ce minuscule dispositif et tenté de l’insérer dans une cellule, il n’a pas réussi : une pression suffisamment forte pour perturber la membrane cellulaire a tué la cellule « très rapidement », rapporte-t-il. Mais lorsque son équipe a recouvert le nanofil en épingle à cheveux d’une couche lipidique grasse (la même substance dont sont faites les membranes cellulaires), le dispositif a été facilement introduit dans la cellule par fusion membranaire, un processus apparenté à celui que les cellules utilisent pour engloutir les virus et les bactéries. Cette innovation est importante, explique Lieber, car elle indique que lorsqu’une structure artificielle est aussi petite qu’un virus ou une bactérie, elle peut se comporter comme le font les structures biologiques.

Les tests de l’appareil indiquent qu’il pourrait être utilisé non seulement pour mesurer l’activité des neurones, des cellules cardiaques et des fibres musculaires, par exemple, mais aussi pour mesurer simultanément deux signaux distincts dans une même cellule – peut-être même le fonctionnement des organelles intracellulaires, les unités fonctionnelles des cellules qui produisent de l’énergie, plient les protéines, traitent les sucres et remplissent d’autres fonctions essentielles. (Lorsque ces processus cessent de fonctionner, la panne peut entraîner des maladies telles que le diabète, les maladies cardiaques ou la maladie de Tay-Sachs). Et parce qu’un transistor permet également l’application d’une impulsion de tension, ces dispositifs pourraient un jour fournir un calcul hybride biologique-numérique, ou une stimulation cérébrale profonde pour les patients atteints de la maladie de Parkinson, ou encore servir d’interface pour une prothèse qui nécessite un traitement de l’information au point où elle s’attache à son propriétaire.

« L’électronique numérique est si puissante qu’elle domine notre vie quotidienne », souligne M. Lieber. « Lorsqu’on réduit la différence entre les systèmes numériques et les systèmes vivants, vous avez la possibilité de faire des choses qui ressemblent à de la science-fiction – ou seulement aperçues en rêve. »

Source : http://www.geopolintel.fr/article2778.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.