Bientôt un « sucro-test » sur les routes ?

Chère lectrice, cher lecteur

Le sucre fait grossir, il augmente votre tour de taille, c’est à cause de lui que vous avez du mal à contrôler votre glycémie, que l’obésité diabète ou la résistance à l’insuline explosent !

Mais le sucre fait pire encore : il est capable de prendre le contrôle de notre cerveau !

En « pervertissant » l’équilibre à l’intérieur du cerveau entre la noradrénaline (éveil, excitation) et la sérotonine (inhibition, sommeil), le sucre ouvre la porte à des comportements… terrifiants :

Vous avez peut-être déjà entendu parler de l’étude du criminologue Stephen Schoenthaler, qui a montré, sur des populations délinquantes, que la réduction des sucres rapides réduisait les comportements violents.

Dans une de ses études, la réduction des aliments et boissons sucrées chez des détenus d’un centre de détention juvénile a entraîné une baisse des violences de près de 50 %, les tentatives d’évasion de 84 %, et la dégradation de biens, et les vols ont diminué de 51 %. »1

Dans une seconde étude, les agressions ont diminué de 82 %, les vols de 77%, les infractions au règlement de 23 %, et les bagarres de 13 % sur sept mois avec une réduction de la consommation de sucre.

Le sucre, « responsable de la délinquance des jeunes » … !!!!

C’est un sujet pour la campagne présidentielle, ça, non ?

Car c’est la stricte réalité : le sucre peut modifier significativement notre comportement.

Bientôt un « sucro-test » en complément de l’alcotest ?

Une étude récente vient d’en faire la preuve en matière de sécurité routière.

Savez-vous pourquoi 1 automobiliste sur 7 roule trop vite ?

Probablement parce qu’il consomme trop de sucre !

C’est le résultat d’une étude2 estonienne sur 817 conducteurs, parmi lesquels ceux qui multipliaient les infractions étaient aussi ceux qui consommaient le plus de produits sucrés (barres, sodas et surtout boissons énergisantes…)

En attendant de voir les gendarmes contrôler la glycémie des conducteurs, il faut vraiment prendre conscience du sabotage intérieur auquel se livre le sucre.

En concentration élevée, le sucre agglutine la surface des neurones, ce qui active le système immunitaire et induit une inflammation chronique dans le cerveau :

« C’est plus particulièrement le cas du sucre raffiné et du sirop de glucose-fructose (qu’on trouve dans les plats industriels et les boissons sucrées), qui désactivent à long terme non seulement le récepteur de l’insuline des cellules graisseuses, ce qui conduit à un diabète de type 2, mais aussi celui des neurones de l’hippocampe »3.

Et voilà comment le sucre sabote nos capacités de mémoire et d’apprentissage, y compris chez les enfants.

Réduire d’urgence la consommation de sucre

La première chose à faire est donc de savoir où vous en êtes dans votre consommation de sucre.

Car ce que l’on constate lorsqu’on diminue la consommation de sucres rapides a de quoi faire sérieusement réfléchir :

Dans une école danoise, l’alimentation a été modifiée chez les enfants rencontrant des difficultés scolaires : adieu barres sucrées et boissons gazeuses et bonjour glucides lents (légumes secs, céréales complètes, patates douces, manioc, courges, châtaignes, etc.).

Résultat : moins de conflits, moins d’absences pour maladie, et… de meilleurs résultats scolaires.

Une étude a également montré un lien direct entre la réduction de la consommation de boissons sucrées et une baisse importante de la tension artérielle4.

Même chose avec le fructose ajouté dans les aliments industriels, qui augmente la tension.

Quant aux féculents à indice glycémique élevé (pommes de terre, pain) il est également bénéfique de les réduire drastiquement.

Une étude parue dans le British Medical Journal a montré qu’il suffisait de manger plusieurs portions de pommes de terre par semaine pour voir sa tension artérielle augmenter en flèche, et à l’inverse, de remplacer une portion de pomme de terre par une portion de légumes pour la faire descendre.

Mais ce qu’on commence aujourd’hui à observer, c’est que ces sucres rapides sont aussi une cause majeure de…cancer !

Dans une étude publiée début 2016, des chercheurs ont découvert que consommer des aliments à indice glycémique élevé augmente de 49 % le risque de cancer du poumon !! Y compris s’ils étaient non-fumeurs !

Et ce n’est pas une petite étude dans son coin

Le cancer ADORE le sucre

En 2016, des chercheurs ont découvert que les hommes ont trois fois plus de risque de cancer de la prostate s’ils consomment beaucoup de boissons sucrées.

Risque qui est presque doublé lorsqu’ils consomment des aliments à index glycémique élevé, type pizzas ou sandwichs…5

A l’inverse, les femmes qui privilégient les aliments à indice glycémique bas (céréales complètes, lentilles, fruits frais) ont 67 % de risque en moins de contracter un cancer du sein.

Bien sûr, il s’agit là d’études d’observation, mais d’autres recherches montrent un lien direct cette fois entre sucre et cancer.

Des chercheurs texans ont sélectionné des souris prédisposées génétiquement au cancer du sein et leur ont donné des doses de sucre comparables à ce que les Occidentaux avalent tous les jours6.

Au bout de 6 mois seulement, les souris qui avaient suivi ce régime enrichi en sucre blanc (saccharose) avaient presque deux fois plus de tumeurs que les autres. Et plus le régime était riche en sucre, plus les tumeurs grandissaient rapidement !

Bref, vous avez compris : le sucre est une vraie catastrophe sanitaire, qui nous a été imposée à grands renforts de publicité depuis 50 ans.

Maintenant, retenez un seul chiffre, celui du Ministère de la Santé : 40% des cancers pourraient être évités « si nous changeons nos comportements quotidiens »7 !

C’est presque un sur deux. C’est phénoménal !

Alors si vous pensez avoir un « problème avec le sucre », je vous conseille une approche très intéressante, qui a permis à des centaines de patients bretons de guérir grâce à un régime santé pas banal !

Vous avez tous les détails en cliquant ici.

Vraiment ça vaut le coup.

Santé !

Gabriel Combris

Références :

1.https://drcarolyndean.com/2018/02/diet-and-drugs-are-the-problem-not-guns/

2.https://fr.news.yahoo.com/fous-volant-consommateurs-malbouffe-boissons-energisantes-112222318.html

3. Dr. Michael Nehls, « Guérir Alzheimer ».

4. Reducing consumption of sugar-sweetened beverages is associated with reduced blood pressure: a prospective study among United States adults, Chen L and al. (2010). Circulation.

5. Nour Makarem, Ph.D. student, nutrition, New York University, New York City; Marji McCullough, Sc.D., R.D., strategic director, nutritional epidemiology, American Cancer Society, Atlanta; America Beverage Association, statement, April 5, 2016; abstract, April 5, 2016, presentation, American Society for Nutrition’s Experimental Biology meeting, San Diego

6. Cancer Research Dec, 2015 doi: 10.1158/1538-7445.AM2015-3735 Dietary sugar induces tumorigenesis in mammary gland partially through 12 lipoxygenase pathway

7. https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/0211308555585-40-des-cancers-pourraient-etre-evites-2028718.php

Source : https://www.directe-sante.com/bientot-un-sucro-test-sur-les-routes/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.