Pour WikiLeaks, les «Panama Papers» ont été financés par les Etats-Unis pour attaquer Poutine

L’organisation fondée par Julian Assange a remis en question sur Twitter l’intégrité de la fuite des «Panama Papers», estimant que celle-ci était utilisée pour attaquer la Russie et son président, avec des fonds – publics et privés – américains.

Affaire dite « Panama papers » : Les données reçues d’un informateur, ont été partagées avec 154 journalistes de 47 pays et d’une soixantaine de médias internationaux, couvrant plus de 80 pays, par l’intermédiaire de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) basé à…Washington.

Ces données ont été l’objet d’une enquête menée secrètement pendant des mois, pour être révélée début avril, de façon coordonnée…

Dit comme ça, et c’est ainsi que cela nous est présenté, il n’y a pas quelque chose qui vous étonne ?

Beaucoup de journalistes sont aussi des agents de renseignement des services spéciaux, et tous doivent partager leurs infos pour en recevoir à leur tour, en échange. Et même si les 154 journalistes en questions étaient réellement indépendants et en situation de garder le secret, comment le pourraient-ils vis-à-vis de leur hiérarchie, pour obtenir les autorisations et frais de missions, pendant des mois, et comment imaginer que les « grandes oreilles » ne puissent pas suivre chacune de leurs démarches ? Demandez à Hicham Hamza de Panamza, ce qu’il en pense…

Cela sent le coup monté pour nous rouler dans la farine.

Comme toujours, il y a plusieurs motivations à ce grand pseudo déballage, en voici au moins deux :

1) Il faut redorer le blason des « grands » médias, eu égard à la presse libre d’internet.

2) Le cash, l’argent liquide, est encore mis à l’index dans cette affaire, lors des transactions de compensation.

Leur objectif étant de le faire disparaître en ne conservant que l’argent électronique, 100 % fictif, et tributaire à 100 % des banques et à terme des puces RFID implantées, il faut s’attendre à ce que cet épisode soit utilisé pour donner une justification supplémentaire à sa disparition.

Cette grande enquête internationale, aux retombées mondiales, est une aubaine.

En réalité, les seuls gagnants seront encore et toujours les fouteurs de merde, les Soros, Rockefeller, Bill Gates, et surtout le clan Rothschild, qui contrôlent tout, organisent tout, les crises, les guerres…

Tant que ces imposteurs malfaisants, ces prédateurs de l’humanité pourront sévir en toute impunité, rien ne sera possible.



Un commentaire pour “Pour WikiLeaks, les «Panama Papers» ont été financés par les Etats-Unis pour attaquer Poutine”

  1. Bonjour,

    Monsieur Julian Assange, me fait penser à Lawrence d’Arabie, introduire un espion dans une communauté pour mieux les tromper, les USA, les Anglais, Israël et enfin la France se sont mis d’accord pour tromper le monde de façon à faire tomber tous les opposants à l’ordre mondial. Bien sûr, en faisant croire au reste de l’humanité qu’il y’a des gens comme Assange et Snowden pour leur révéler des secrets de polichinelles.
    A la fin des temps, il ne restera que deux clans, les croyants pour Dieu créateur du monde, les mécréants adorateurs de Lucifer. En attendant Lucifer est entrain de gagner du terrain, beaucoup de gens vont perdre leur foi et se rallieront au malin, les croyants se feront de moins en moins presque complètement inexistant. Tous les médias appartiennent aux riches hommes d’affaires très puissants et aux banquiers, alors il faut se faire une raison que les ces gens là n’iront pas se dénoncer pour le reste de la terre qu’ils considèrent comme du bétail.
    Jésus avait traité les pharisiens d’hypocrites mais il n’a jamais utilisé sa puissance contre eux, étant donné qu’il avait le pouvoir d’un dieu. Dieu le créateur ne l’a pas envoyé pour punir mais avertir.
    Le jeu d’échec entre Lucifer et le Seigneur Dieu n’est pas fini.

    Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.