La vraie raison de l’hostilité des autorités de santé contre les compléments vitaminiques

Les Autorités de santé nous manipulent.

Alerte sur mon écran d’ordinateur :

« Femmes enceintes, ne prenez pas de compléments alimentaires sans avis médical ».

« Bigre ! », me suis-je dit. « Ma femme a pris des masses de compléments alimentaires pendant ses grossesses. Imprudence ? »

J’étais d’autant plus étonné que l’information paraît sur le journal Sciences & Avenir, en général sérieux.

Patatras : en lisant l’article, on repère une énorme manipulation.

La manipulation émane des Autorités de Santé

L’article émane à l’origine d’un communiqué de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

L’agence appelle « les femmes enceintes à ne pas consommer de compléments alimentaires sans l’avis d’un professionnel de santé et leur recommande de signaler à leur médecin, pharmacien ou sage-femme la prise de tout produit (médicament ou complément alimentaire), qu’il soit délivré sur prescription ou pris en automédication. »

Pour étayer sa mise en garde, l’agence cite le cas de sept bébés qui auraient eu des problèmes de santé à la naissance liés à la prise de vitamine D et de zinc par leurs mères pendant leur grossesse.

Mais, quand on lit l’article en détail, on s’aperçoit que, parmi les sept :

  • cinq bébés souffrent en fait d’une « une hypersensibilité génétique à la vitamine D » ;
  • les deux autres souffrent « d’hypothyroïdie congénitale », autrement dit un problème héréditaire.

Ni dans un cas, ni dans l’autre, les compléments alimentaires ne peuvent être tenus responsables de ces maladies.

L’ANSES le reconnaît d’ailleurs ouvertement, en expliquant que les compléments alimentaires « n’ont pas pu être formellement incriminés ».

Il n’y a donc aucun lien scientifiquement établi entre les problèmes de santé constatés et la prise de compléments alimentaires par les mamans.

Pourquoi ce titre alarmiste, alors ? Pourquoi titrer « mieux vaut ne jamais prendre de vitamine D pendant la grossesse », alors que de nombreuses études ont montré au contraire les bienfaits de la vitamine D pendant la grossesse ?

Et pourquoi cette nouvelle offensive des autorités de santé contre les compléments alimentaires ?

Pourquoi cette hostilité contre les compléments alimentaires

Avec les millions de boites de médicaments inutiles et/ou dangereux vendus quotidiennement en France (antidépresseurs, somnifères, anxiolytiques, anti-Alzheimer, statines, béta-bloquants, ibuprofène pour n’en citer que quelques-uns), on pourrait croire que les experts de l’ANSES ont assez de pain sur la planche.

Ils ont déjà « raté » les désastres du Thalidomide, du Distilbène, du Médiator, des pilules de 3e et 4e génération. Ils voient poindre à l’horizon un nombre incroyable de scandales (statines, antidépresseurs, sartans, bisphosphonates, etc.)

Quelle mouche les pique de susciter par voie de presse des peurs irrationnelles contre les compléments alimentaires, qui ne sont pratiquement jamais reliés à aucun accident, pas même dans les exemples extrêmes qu’ils ont choisis ??

Les compléments alimentaires, comme leur nom indique, sont des aliments ; de la nourriture. Ce ne sont pas des médicaments. Ils apportent simplement les vitamines, minéraux, acides gras ou acides aminés trop rares dans l’alimentation moderne appauvrie.

En quoi craignent-ils que cela nous rende malades ? Pourquoi parlent-ils d’automédication, un mot choisi pour faire peur, alors qu’il ne s’agit pas de médicaments ??

Car justement, nous qui soignons notre alimentation et prenons parfois des compléments nutritionnels, c’est pour éviter les médicaments, en évitant de tomber malades.

Ils nous traitent comme si nous faisions partie de cette catégorie de gens qui se bourrent de médicaments, sans réel contrôle médical. Mais nous faisons exactement l’inverse !!

Faire taire les gens : cette méthode fête ses 50 ans

Franchement pour moi, j’ai beau tourner et retourner le problème dans ma tête, je ne vois pas ce qui les motive, en dehors d’une volonté un peu malsaine de nous maintenir dans une forme de dépendance et d’infantilisation par rapport au système médical.

On me répondra que je fais de la « théorie du complot ». Admettons.

Mais, à propos de « théorie du complot », savez-vous qu’on fête cette année les 50 ans de cette redoutable invention ?

C’est en 1967 que la CIA a inventé les expressions « théorie du complot », « complotiste » et « conspirationniste » (en anglais, « conspiracy theory »). On en a la preuve dans ce document :

L’expression devait servir de mot d’ordre utilisé par les dirigeants des agences de renseignement américaines, pour faire taire et discréditer les adversaires posant des questions dérangeantes.

Ainsi, plutôt que de répondre aux arguments, il suffisait de s’écrier : « C’est la théorie du complot ! » pour couper court à tout débat.

50 ans plus tard, la technique ne s’est jamais aussi bien portée :

Notre expérience avec les compléments pour femmes enceintes

Ma femme a mal supporté ses premières grossesses. Nausées, fatigue extrême, douleurs, insomnie, jambes lourdes, ce fut un tel calvaire que nous avons failli nous arrêter là, bien que nous aimions énormément les enfants.

Et puis ce fut la découverte. La Révolution.

Un ami qui tient un petit laboratoire de compléments alimentaires lui a préparé un « cocktail » spécial de vitamines et minéraux pour femmes enceintes : « Germag », « Tonugen » et « oméga-3 » de Lorica.

A sa troisième grossesse, elle a pris ces compléments sans trop y croire au début. Mais ce fut un miracle : elle resta en pleine forme pendant toute sa grossesse et ne connut ni le « baby blues » ni les coups de barre ni même les pertes de cheveux après l’accouchement.

Elle était debout dans les heures après la naissance. Les sages-femmes n’en revenaient pas. Le bébé, lui, était pétant de santé (et il l’est toujours !).

Nous sommes devenus des fans.

A votre santé !

JM Dupuis



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.