Vieillissement : comment un petit groupe de seniors a réussi à rajeunir de 20 ans

Chère lectrice, cher lecteur,

Lorsqu’on évoque le vieillissement, on parle volontiers du rôle essentiel du microbiote, des mitochondries, des télomères, du resvératrol ou de l’enzyme NAD +.

Et c’est vrai : il est indispensable de prendre soin de son usine intérieure

Mais on oublie trop souvent…la bourrasque qui vient de dehors.

Je pense mal…je vieillis (beaucoup) plus vite !

Les mauvaises nouvelles ressassées sur le coronavirus, le monde qui va mal, la planète qui chauffe, qui coule, qui meurt, le chômage qui monte, etc.

Et si tout ce « noir » dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée était lui aussi…facteur de vieillissement ?

Je reconnais qu’il s’agit d’une question ouverte, car il n’existe pas à ma connaissance d’études scientifiques qui établissent directement de lien entre « sur-information négative » et vieillissement.

Mais je crois que l’on peut évoquer de solides soupçons.

C’est en tout cas ce que suggère le chirurgien et psychothérapeute Thierry Janssen :

« On sait que le stress accompagnant les émotions négatives provoque une activation du système nerveux lymphatique et une mise en tension de l’organisme qui, à force, usent le système cardiovasculaire, diminuent les défenses immunitaires et perturbent un ensemble de régulations hormonales indispensables au bon fonctionnement du corps. »1

A trop voir la vie en noir, on finit réellement par manquer de lumière intérieure.

Et cela affecte notre corps.

Les pensées négatives sont comme des « ondes mentales » dangereuses !

Dans une étude fascinante sur 300 adultes de plus de 56 ans, des chercheurs de l’Université de Toronto ont montré qu’une perception négative de soi-même avait des conséquences bien réelles sur la santé physique2.

Les participants à cette étude qui avaient des opinions négatives sur le vieillissement et sur leurs propres capacités à entendre et retenir les choses, sont aussi ceux qui ont obtenu les plus mauvais scores aux tests d’audition et de mémoire.

L’estime et la confiance en soi conditionnent ainsi les capacités physiques et cognitives, et c’est particulièrement vrai lorsqu’on avance en âge.

Ce n’est pas un hasard si les plus de 50 ans qui nourrissent une attitude positive à l’égard du vieillissement vivent en moyenne 7 ans de plus que ceux qui en ont une image négative !3

Une autre étude de la Mayo Clinic, poursuivie pendant près de 30 ans, a montré que les personnes optimistes vivaient en moyenne 19 % plus longtemps que les pessimistes, avec des capacités physiques et une qualité de vie meilleures !4

C’est dire la puissance insoupçonnée de l’esprit pour…ralentir le vieillissement !

Comment un petit groupe de seniors a réussi l’incroyable !

Une des preuves les plus incroyables de ce lien a été faite en 1979 par une professeure de psychologie de Harvard, Ellen Langer, qui a lancé une étude sur le vieillissement intitulée : « l’étude qui remonte le temps »5.

Elle a pour cela rassemblé un groupe de personnes âgées de 75 ans qu’elle va faire vivre…comme s’ils avaient 20 ans de moins !!!

Euh…oui…mais comment ?

En les rassemblant dans un endroit spécial, où TOUT, les meubles, les journaux, les films, la nourriture, etc. correspond à ce qu’ils pouvaient utiliser dans leur vie 20 ans plus tôt.

Les participants de l’étude avaient sur eux une photo les représentant avec 20 ans de moins, et ils devaient ne parler entre eux que des événements de l’époque. Interdiction d’évoquer l’actualité…En d’autres termes, ils étaient « projetés » 20 ans derrière.

L’objectif ? Donner à leur corps, et à leur esprit, tous les indicateurs et les signaux pour qu’ils croient vraiment qu’ils étaient plus jeunes de 20 ans.

Et le plus incroyable, c’est que ça a marché.

Au bout d’une semaine – une semaine seulement ! – les symptômes de vieillissement avaient commencé à s’inverser. D’après Ellen Langer :

« Les participants devenaient plus souples dans leurs mouvements, leur vue, leur audition et leur mémoire s’étaient améliorées, même leur apparence avait commencé à changer. »

« Certaines avaient délaissé leur canne, d’autres avaient plus de dextérité et d’autres encore, un meilleur appétit avec un gain de poids significatif. »6

Je sais…Cela paraît presque impossible à croire.

Et pourtant, cela signifie qu’avec un état d’esprit approprié, nous avons le pouvoir de limiter les processus de vieillissement.

Dit autrement, cela signifie que l’on peut DECIDER de rajeunir…

…Cette approche spectaculaire est d’ailleurs au cœur de thérapies anti-âge totalement nouvelles, pratiquées dans des cliniques les plus en pointe.

Ces soins sont très souvent hors de prix, mais un médecin a décidé de proposer une alternative largement aussi efficace et surtout, accessible à tous.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à la découvrir ici.

Dès 1970, le conte philosophique Jonathan le Goéland nous mettait déjà sur cette piste :

« Jonathan le Goéland comprit que l’ennui, la peur et la colère sont les raisons pour lesquelles la vie des goélands est si brève et, comme il les avait chassés de ses pensées, il vivait pleinement une existence prolongée et belle ».

Je crois que notre ami l’oiseau a raison : elle est bien là, la vraie fontaine de jouvence.

Lorsqu’on fait le choix de regarder la vie en grand.

Car si l’on se désintéresse de la vie, « la vie se désintéresse de vous. Et cet esprit et ce corps qui s’estiment inutiles le deviennent…effectivement », comme l’écrivait le grand naturopathe Robert Masson
Santé !

Gabriel Combris

PS. Cette approche étonnante limite aussi les effets visibles du vieillissement: rides du lion, lissage du front, lifting naturel, etc. La preuve par l’image en cliquant ici.

Références :

1. Thierry Janssen, Le défi positif. Pocket.

2. Psychology and Aging Oct 19 , 2015 DOI: 10.1037/a0039723 Do Negative Views of Aging Influence Memory and Auditory Performance Through Self-Perceived Abilities?

3. https://www.sante-corps-esprit.com/jeune-dans-sa-tete-pour-bien-vieillir/

4. Maruta T.,Colligan R.C, Malinhoc M., Offord K.P., « Optimism-pessimism assessed in the 1960s ans self reported health status 30 years later », Mayo Clinic Proceedings, 2002,77,p.748-753.

5. Langer, E.J. Counterclockwise : Mindful Health and the power of possibility, 2009, New York, Ballantine Books.

6. Rodin, J.et E Langer. « The effect of choice and enhanced personal responsibility for the aged : a field experiment in an instutional setting »,Journal of Personality and social Psychology, 1976, p.191-198.

Source : https://www.directe-sante.com/vieillissement-comment-un-petit-groupe-de-seniors-a-reussi-a-rajeunir-de-20-ans/



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.