«Une longue période de paix en Europe touche à sa fin»

Thibault Camus

Une décennie très mouvementée commence qui apportera des crises et probablement des conflits armés, a déclaré Lukáš Visingr, un analyste militaire tchèque et spécialiste de la sécurité dans un entretien donné au média Kupředu do minulosti. Se penchant, en particulier, sur la situation en France, il déclare: «La période de paix touche à sa fin, et le temps des guerres et des révolutions approche. Il est impossible d’éviter cela».

Se préparer à la guerre

L’analyste constate que la longue période de paix en Europe touche à sa fin et une décennie très mouvementée, qui va apporter des crises, et aussi, probablement, des conflits armés, revient. Pour le Tchèque, il faut, certes, s’assurer que la République tchèque reste un pays souverain et respecté au milieu d’une Europe agitée et qu’elle ne redevienne pas un jouet entre les mains de l’une ou l’autre puissance mais il observe que tous les 80 ans une grande vague de guerres et de révolutions balaie l’ordre international existant et en établit un nouveau et que cela remonte aux XVIIe, XVIe et XVe siècles. Pour lui, c’est une règle, signalant que le danger est d’autant plus présent que les témoins de la Seconde Guerre mondiale sont en train de disparaître et qu’il est temps de se méfier. Il est d’avis qu’ «au cours des 80 années mentionnées, environ trois générations ont été remplacées», et que «donc quelque chose de pas très agréable nous attend maintenant». Fataliste dans son analyse, il déclare même que «nous ne pouvons peut-être pas empêcher cela non plus» car «cela se répète avec la même régularité avec laquelle les saisons se remplacent». Ainsi, «il ne sert à rien de pleurer et de s’en plaindre» ou «d’avoir peur, de paniquer ou d’inciter à la haine envers qui que ce soit», il «suffit juste de le prendre pour acquis, comme une loi de la nature et de vous préparer du mieux que vous pouvez».

La France en terrain de guerre civile

L’expert, même si on peut, selon lui, «dire quelque chose de similaire à propos d’autres pays et régions», voit d’un mauvais œil la situation en France, déclarant que «ce dont on assiste en France est peut-être une sorte de phase initiale préparatoire à la guerre civile». Il n’hésite pas à affirmer qu’ «on peut bien sûr s’attendre à ce que ce conflit atteigne la phase d’une véritable guerre à grande échelle, un conflit armé dans lequel s’affronteront les armées des Etats». Il est «convaincu qu’une vague de guerres, de révolutions, de conflits, viendra car maintenant nous sommes dans une situation dont il n’y a pas, pour ainsi dire, de sortie systémique» et «les intérêts des puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, mais aussi un certain nombre d’autres Etats) sont de plus en plus emmêlés dans une toile et cette situation est très similaire à la situation à la veille de Première Guerre mondiale». Lukáš Visingr rappelle que cette Première Guerre mondiale était aussi essentiellement inévitable» car «après 1910, 1911, 1912, il était déjà impossible d’arrêter le conflit» et que les coalitions des Etats n’étaient pas encore précisées, mais «le conflit armé à grande échelle ne pouvait plus être arrêté». Lukáš Visingr «pense que nous sommes déjà entrés dans cette phase» et que «dans quelques années, nous serons recouverts d’une autre vague aussi puissante».

Intervention de l’armée en France

Il voit un certain nombre de scénarios et de types de conflits possibles dont un conflit à grande échelle dans le sud de la France avec un soulèvement massif. Il précise que «la plupart de ce pays échappera au contrôle du gouvernement, et donc, à la fin, vous devrez utiliser l’armée». Au delà du scénario catastrophique pour la France, il pense qu’ «il y aura un conflit entre la Russie et la Turquie, car dans certaines régions les intérêts de ces deux pays se heurtent de plus en plus, et donc un affrontement direct dans les Balkans ou en mer Noire sera finalement inévitable». En outre, il envisage «un conflit armé entre les Etats-Unis et la Chine quelque part dans la région du Pacifique», précisant que «nous pouvons parler de scénarios plausibles, de tendances, d’intérêts et de forces qui se heurtent» mais que, par conséquent, leur collision ne sera pas évitée, car à un moment donné, la solution pacifique disparaîtra déjà».

Personne ne veut écouter les avertissements

L’analyste militaire tchèque explique que tout se passe comme dans le scénario de la Première Guerre mondiale car «il y avait des gens qui ont mis en garde contre une telle possibilité, mais la plupart ne les ont tout simplement pas cru». Même s’il affirme qu’ «en analysant rétrospectivement tous les aspects politiques, économiques et militaires à la veille de la Première Guerre mondiale, vous comprenez que ce conflit était généralement inévitable», l’expert militaire déclare que «nous sommes dans une situation où la minorité, à laquelle je m’inclus, met en garde contre quelque chose comme ça, mais l’écrasante majorité refuse tout simplement de croire» à l’arrivée d’une guerre.

Lukáš Visingr, analyste militaire tchèquespécialiste de la sécurité

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3000

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.