Une auditrice de Sud Radio imagine Rokhaya Diallo en Afrique : « 30 kg de plus, 15 gosses… »

Liberté d’expression ou haine ? Racisme ou humour ? Humour réussi ou raté ? À vous de juger, aurait dit le couple Arlette Chabot– Alain Duhamel, en charge de la propagande politicienne sur France 2 pendant six longues et pénibles années, pour les téléspectateurs. Les auditeurs des Vraies voix (Seigneur, ces titres avec « vrai » dedans…) sur Sud Radio, eux, ont eu droit à une tranche de liberté d’expression assez crue en direct. Une auditrice s’en est pris à la pasionaria raciste antifrançaise coachée par les services américains en imaginant sa vie si elle n’avait pas bénéficié de tous les avantages de ce pays raciste qu’est la France :

« Madame Diallo se plaint de la France. Elle se plaint des Blancs. Mais si aujourd’hui elle est journaliste, je vous rappelle qu’elle a été aussi Young leader, c’est pas rien, elle a bénéficié des awards, de tout un tas de choses, elle est pourvue d’un master, ce qui est à son honneur, ça veut dire qu’elle a été capable d’étudier, mais elle le doit à l’ouverture d’esprit de notre éducation et de notre pays. Parce que madame Diallo, elle n’aurait pas bénéficié de tout ce que donne la France, ben je crois qu’il y a de fortes chances qu’elle serait en Afrique avec 30 kilos, 15 gosses, en train de piler le mil et d’attendre que monsieur lui donne son tour entre les quatre autres épouses. »

Pile le mil au Sénégal

Vous êtes bien sur Scud Radio

C’est effectivement très imagé, mais exagéré, comme l’humour le veut. Seulement voilà, la Diallo, du haut de son trône, goûte peu à l’humour des sales Blancs forcément racistes : elle est devenue intouchable depuis l’activation et l’exacerbation par le pouvoir profond d’un mouvement Noires Vies Comptent (traduction approximative de Black Lives Matter) français. Enfin, français, on se comprend : qui sévit sur le territoire français, ou plutôt dans les médias mainstream. On n’a pas dit dominants parce qu’ils ne le sont plus, même s’ils le croient encore.

Auréolée de sa couronne en carton d’antiraciste antifrançaise numéro un, madame Diallo a intimé à la radio de mettre un ou deux genoux à terre, comme le font les footballeurs soumis à la pression médiatique et fiscale.

Ces footballeurs noirs américains résorbent les trous dans le gazon produits par les courses et les chocs des joueurs (naturellement, les footballeurs blancs, qui gagnent cent fois plus que les footballeurs noirs, ne s’abaissent pas à ce boulot humiliant)

Devant l’outrecuidance, madame Diallo a dénoncé (c’est un peu sa profession) tous ceux qui se sont associés, un peu malgré eux, de près ou de loin, à cette entreprise de démolition d’une personnalité parfaite :

 

Africophobie, féminophobie, grossophobie, polygamiphobie, diallophobie

Comme il sied dans ce genre d’affaire sociétale, la station a présenté ses plus plates excuses à la reine autoproclamée de l’antiracisme. Madame Diallo peut dénoncer, punir, mais aussi pardonner. C’est le privilège des grands ! Cette femme puissante distille, selon ses besoins ou son humeur, les bons et les mauvais points :

L’intervention humoristique a eu lieu dans une émission sur les « indigénistes ». Madame Diallo a relayé l’extrait entier, que voici :

Diallo, Bruckner : les indigénistes ont-ils une part de responsabilité dans les attentats ?

D’après nos informations, l’auditrice – très probablement blanche – coupable de crime de lèse-Diallo court toujours. Mais comme elle est – probablement – blanche, elle ne doit pas courir très vite, du coup les autorités devraient pouvoir la rattraper.

Source : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Une-auditrice-de-Sud-Radio-imagine-Rokhaya-Diallo-en-Afrique-30-kg-de-plus-15-gosses-62223.html



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.