Un chercheur suédois préconise le cannibalisme pour prévenir les «futures pénuries alimentaires liées au changement climatique»

15c152692ef92d3d_ttl7dayjvx_Screen_Shot_2019-09-04_at_3.16.56_PM_copy-1200x721-795x447
Une capture d’écran d’un programme télévisé dans lequel le comportementaliste Magnus Söderlund demande : «Pouvez-vous imaginer manger de la chair humaine?» (capture d’écran/Suède Channel 4)

L’alarmisme sur le changement climatique a pris une tournure macabre qui semble satirique, mais qui ne l’est pas, tel qu’on peut le vérifier en Suède.

Lors d’un sommet pour l’alimentation du futur (hypothétiquement ravagé par le climat), appelé GastroSommet, qui s’est tenu à Stockholm les 3 et 4 septembre, un professeur a fait une présentation PowerPoint affirmant que nous devons « éveiller l’idée » de manger de la chair humaine dans le futur, afin de combattre les effets du changement climatique.

Magnus Söderlund, économiste et stratège marketing de l’école de commerce de Handelshögskolan, plaide en faveur de l’abolition des anciens tabous contre la profanation du corps humain et la consommation de chair humaine, dans un exposé intitulé « Pouvez-vous imaginer manger de la chair humaine ?» [« Can you Imagine Eating Human Flesh ?»].

Il qualifie ceux qui s’y opposent de « conservateurs » et parle de la résistance des gens comme d’un problème qui pourrait être surmonté, petit à petit, en commençant par persuader les gens d’y goûter. On peut le voir dans sa présentation vidéo et sur la chaîne de télévision publique suédoise TV4 en train de dire que, comme les sources de nourriture seront rares à l’avenir, les gens doivent être initiés à manger des choses qu’ils ont considérées jusqu’ici comme dégoûtantes – parmi elles, la chair humaine.

Plus facile à vendre comme idée, il suggère d’inclure les animaux de compagnie et les insectes. Mais la chair humaine était le sujet central. Dans les articles suédois décrivant ce nouveau débat, le terme « mannisko-kötts branschen » est introduit. Cela signifie « l’industrie de la chair humaine ».

Dans sa biographie à la l’école d’économie de Stockholm, Magnus Söderlund déclare que son domaine de recherche comprend : « le comportement du consommateur », « les stimuli marketing », « la loyauté, les émotions, les perceptions de la justice », « les réactions psychologiques »… « dans une société de plus en plus obsédée par la consommation ».

Les gens peuvent facilement être « trompés » par l’argumentation de Magnus Soderlund pour prendre les bonnes décisions.

L’un des points évoqués dans la discussion est l’opposition à la consommation de chair humaine, ajouté à « l’égoïsme capitaliste » :

« Sommes-nous des humains trop égoïstes pour vivre durablement ? »

« Le cannibalisme ne serait-il pas la solution à la durabilité alimentaire de l’avenir ? La Génération Z a-t-elle les réponses à nos défis alimentaires ? Au GastroSommet, vous obtiendrez des réponses à ces questions, vous participerez aux dernières découvertes scientifiques et rencontrerez les meilleurs experts. »

Dans son exposé, Magnus Söderlund demande au public combien de personnes seraient ouvertes à cette idée. Mais il n’y a pas beaucoup de mains levées, alors qu’on entend aussi quelques gémissements désapprobateurs. Lorsqu’il a été interviewé après son exposé, il a indiqué avec éloquence que 8 % des participants à la conférence ont déclaré qu’ils seraient prêts à l’essayer. Et quand on lui a demandé s’il essaierait lui-même, il a répondu : « J’hésite un peu, mais pour ne pas paraître trop conservateur… je dirais… je pense être ouvert au moins à y goûter. »

Le logo de la conférence, intitulée : « Food Of The Future : Worms, Grasshoppers, or Human Fleshlesh » (L’alimentation de l’avenir : Des vers, des sauterelles ou de la chair humaine) met en scène une éclaboussure de sang dans le cadre de la conception graphique.

Ce que Magnus Söderlund ne mentionne pas, curieusement, c’est la science longtemps documentée – l’effet biologique du cannibalisme.

Une tribu appelée les Fore vivait isolée en Papouasie-Nouvelle-Guinée jusqu’aux années 1930. Pour leurs rites funéraires, ils croyaient qu’il fallait manger leurs morts plutôt que de les laisser se faire dévorer par les vers. Cela a conduit à une épidémie d’une maladie appelée « kuru », ou « la mort par tremblement de peur », causée par l’ingestion de viande humaine. Cette maladie n’a pas été causée par un pathogène, mais plutôt par une « protéine tordue » appelée prion, qui, selon un rapport NPR« induit d’autres protéines dans le cerveau à s’entortiller comme elle, faisant ramollir les tissus du cerveau jusqu’à les rendre spongieux ». Les chercheurs l’ont comparé à la transformation de Dr Jekyll. La dernière victime du kuru est décédée en 2009.

Quiconque est responsable des relations publiques en Suède fait actuellement un travail épouvantable. La nouvelle ligne directrice de ce pays du Nord, obsédé par l’athéisme et le politiquement correct, serait-elle maintenant devenue plus froide que jamais en voulant redéfinir et repousser les limites connues de la folie ?

Celia Farber est journaliste suédo-américaine, formée au reportage de magazines et d’investigation et ayant écrit notamment pour Harper’s MagazineEsquireRolling Stone et bien d’autres, contribuant également à Epoch Times.

Source : https://fr.theepochtimes.com/un-chercheur-suedois-preconise-le-cannibalisme-pour-prevenir-les-futures-penuries-alimentaires-liees-au-changement-climatique-1010866.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.