Un air de révolution antichrétienne sur l’Amérique

Par Jean-Marc Berthoud

Lettre ouverte à un ami américain

Lausanne, le 9 juin 2020

Cher ami,

Vous trouverez ci-dessous un certain nombre d’articles, presque tous sur la situation actuelle aux États-Unis, tous portant attention à divers éléments apparemment en contradiction les uns avec les autres, mais ayant tous leurs éléments de vérité.

Une chose semble de plus en plus claire. Nous avons ici quelque chose qui ressemble étrangement à de nombreux aspects des révolutions jacobine, bolchevique et nazie.

Examinons de manière sobre les événements qui se sont déroulés depuis la fin de l’année dernière.

1. Une situation où le président le plus controversé de l’histoire américaine récente est violemment détesté pour sa position courageuse dans la guerre menée par l’élite intellectuelle, culturelle et politique contre les derniers vestiges du passé chrétien. Au dégoût de ses adversaires, après avoir échappé aux fausses accusations de collusion avec la Russie [12345] et à la tentative de destitution [678], Trump semble se diriger vers une réélection avec une économie apparemment dans une phase de renouveau inattendue.

2. Vient ensuite la pandémie de coronavirus promue par une propagande médiatique mondiale massive et produisant une panique extraordinairement unanime tant au sein des pouvoirs en place partout que dans la population mondiale. La réaction de peur et de panique universelle a été presque unanime, et ce à l’échelle mondiale [91011].

3. La réponse universelle à la supposée pandémie – situation mise en cause par la stabilité du taux de mortalité de cet hiver et des hivers précédents – a été un confinement généralisé. L’assignation à résidence arbitraire à l’échelle mondiale [12].

4. Ce confinement de la population a créé une crise industrielle et économique extraordinaire, à l’échelle mondiale également. Et en particulier, en Amérique, il a interrompu dans son élan la modeste reprise économique qui devait permettre à Trump d’assumer un second mandat.

5. Cette crise économique largement créée artificiellement produit un désastre social pour beaucoup dans le monde et, en particulier, en Amérique et la destruction irréversible de nombreuses entreprises modestes ; des millions d’hommes et de femmes sans revenus sont confrontés au risque immédiat ou proche de famine. Plus particulièrement, ce sont les petites et moyennes entreprises qui ont le plus souffert, ce désastre économique entraînant une plus grande concentration du pouvoir économique et politique dans les mains d’un nombre plus restreint de personnes.

6. L’affreux assassinat de George Floyd par la police a provoqué un extraordinaire déchaînement d’indignation publique interraciale promu par les médias américains – après la panique générale – au niveau de la colère universelle contre le comportement criminel manifeste de la police et conduisant au rejet aveugle de l’autorité d’une police, disqualifiée aux yeux du plus grand nombre, par ses abus de pouvoir répétés et perçus comme arbitraires. La perte de tout sens propre de la Loi (Torah), publique ou privée, tant au niveau de l’Etat que de l’Eglise, laisse la nation sans réponse possible à la religion publique, humanitaire et sentimentale, universellement acceptée. Le moment est venu de publier massivement mon livre Apologie de la loi de Dieu, qui est maintenant prêt à être publié, dans une édition bon marché, et de traduire en anglais et de publier rapidement mon livre L’autorité dans la vie chrétienne.

7. L’humanitarisme totalement humaniste se manifeste maintenant (après le féminisme idolâtre et l’écologisme panthéiste [131415]) comme la nouvelle religion universelle et, à la lumière des principes révolutionnaires de liberté, d’égalité et de fraternité, tout type d’autorité civile ou religieuse devient totalement tabou, étant maintenant considéré par toute la culture comme la source de toute espèce de mal. L’exercice du pouvoir légitime pour défendre la société devient une offense odieuse dans la perspective actuelle des masses médiatiquement indignées. Une telle anarchie atomiste ne peut que conduire à un chaos social et politique total : un retour sous le jugement de Dieu au tohu wa bohu de l’Écriture. Comme le décrit le livre d’Ésaïe, tous les fondements de la société sont aujourd’hui sapés par ce rejet total de toute autorité humaine et divine.

8. Les fondements mêmes de la loi et de l’ordre sont ainsi subvertis ; l’exercice légitime de la force par la police pour retenir les masses maintenant mises en mouvement est considéré comme le péché impardonnable final. Au plus haut niveau de l’État, cette terrible contradiction apparaît entre le président Trump et ses subordonnés immédiats. Il n’existe plus aucune unité de commandement au sein de l’autorité de la nation. Les forces de police sont démantelées et la Garde nationale désarmée. Le commandement militaire désavoue les décisions du président.

9. Cela ne peut qu’entraîner la disparition de tout type d’autorité légitime. Or, la politique, comme la nature, ne tolérera pas un tel vide. Apparemment, une centaine de millions d’Américains sont armés, certains assez lourdement. D’autre part, à la périphérie de ces manifestations massives d’indignation publique, on trouve des groupes terroristes ANTIFA bien organisés et très disciplinés. Il ne semble pas que le gouvernement américain ait à sa disposition – grâce à l’infiltration minutieuse de ces groupes – une quelconque information sur ce qui est prévu au sein de ces organisations révolutionnaires. Une telle cécité d’un gouvernement quant aux actions potentielles de ses ennemis représente un danger incalculable. Cette paralysie de l’autorité publique légitime ne peut que conduire à un conflit civil local brutalement violent et, finalement à l’échelle nationale, à une guerre civile ou à une intervention massive de la force militaire afin d’étouffer le chaos qui se développe sur tous les fronts. C’est en effet le jugement juste et tout-puissant de Dieu qui se fraye un chemin à travers les événements actuels aux États-Unis.

10. Cela ouvrira sans aucun doute la porte à la loi martiale et à l’établissement d’un ordre répressif tyrannique aux proportions totalitaires à la demande des agents financiers et médiatiques cachés si actifs et si capables d’utiliser ces événements révolutionnaires pour faire avancer leur propre programme. Ces développements, comme nous commençons déjà à le voir, pourraient bien se propager dans le monde entier.

Que Dieu ait pitié de nous tous !

Qu’il nous amène à nous repentir de nos mauvaises habitudes et à invoquer en vérité son saint nom.

Avec mes meilleures salutations,

Jean-Marc Berthoud

Voir les faits intéressants sur lesquels Michael Snyder attire notre attention comme le rapporte Alastair Crooke :

« Ce qui est le plus remarquable, ce sont les palettes de briques omniprésentes qui apparaissent mystérieusement en arrière-plan de nombreuses vidéos des manifestations (voir ici une sélection de photos typiques.) Qui les place ? Qui paie ? Le commentateur américain, Michael Snyder, a lui aussi noté le « réseau complexe d’éclaireurs à vélo qui devancent les manifestants dans les différentes directions où se trouvait la police, et où elle ne se trouvait pas, afin de pouvoir diriger les groupes issu du groupe global vers … là où ils pensaient que les policiers ne seraient pas ».

Il observe également la collecte anticipée d’argent, la préparation d’équipes médicales prêtes à soigner les blessures et la mise en place de cachettes contenant des matériaux inflammables (qui permettent de mettre le feu aux véhicules officiels), prépositionnées dans des endroits où les manifestations auraient lieu ultérieurement. Tout cela – avec des protestations simultanées dans plus de 380 villes américaines – est, selon mon expérience, le signe d’une organisation beaucoup plus importante et silencieuse en coulisses. Et derrière « l’organisation », les instigateurs se cachent, loin derrière : peut-être même à des milliers de kilomètres, et quelque part dehors, il y aura le financeur.

Cependant, aux États-Unis, les commentateurs disent qu’ils ne voient pas de chef de file ; les protestations sont amorphes. Il n’est pas inhabituel de ne pas voir de chef de file – un « chef de file » n’apparaît que si des négociations sont recherchées et planifiées ; sinon, les acteurs clés doivent être protégés contre l’arrestation. Le signe le plus révélateur d’une organisation en coulisses est qu’un jour, c’est la « pleine activité », et le lendemain tout est calme – comme si un interrupteur avait été déclenché. Cela est souvent le cas. »

Source : https://lumieremonde.wordpress.com/2020/06/10/un-air-de-revolution-antichretienne-sur-lamerique/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.