Tiens … Tiens … A cause de trop de plomb, certains bâtiments administratifs aux abords de la cathédrale ont été reconnus comme potentiellement à risque

L’incendie de Notre-Dame de Paris a provoqué des soucis de pollution aux abords de la cathédrale. Après le cas d’un enfant au taux de plomb dans le sang supérieur au seuil réglementaire, les riverains de l’Île de la Cité sont invités à consulter leur médecin traitant.

Suite au cas d’un enfant chez qui le taux de plomb dans le sang a été mesuré comme plus élevé que le seuil réglementaire de 50 microgrammes par litre, les familles avec des enfants de moins de sept ans, ainsi que les femmes enceintes vivant sur l’Île de la Cité ont été invitées à consulter leur médecin traitant pour vérifier leur plombémie, informe l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France.

Ce contrôle supplémentaire est recommandé en raison de l’incendie qui a partiellement ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris le 15 avril dernier.

« Les prélèvements effectués depuis plusieurs semaines démontrent que les facteurs d’exposition au plomb ont très largement disparu. Pour autant, par précaution, après l’identification du cas d’un cas d’enfant pour lequel la plombémie est supérieure au seuil de déclaration réglementaire, l’ARS rappelle l’importance des mesures de prévention », lit-on dans le communiqué officiel de l’agence sanitaire.

Qui plus est, au Centre de diagnostic et de thérapeutique de l’Hôtel-Dieu, à partir du 4 juin, des consultations de dépistage seront mises en place afin de faciliter les démarches des personnes qui le souhaitent.

Toutefois, les spécialistes assurent que d’après les mesures enregistrées dans la zone, la qualité de l’air était bonne, par contre les sols et certains bâtiments administratifs aux abords de la cathédrale ont été reconnus comme potentiellement à risque.

Commentaire : Vont-ils vouloir démolir cette partie de la ville pour construire leur projet ?

Lire: Reconstruction de Notre-Dame : tribune libre, projet de loi Macron, projets de design et l’Unesco

« Les prélèvements effectués par le Laboratoire central de la préfecture de police (LCPP) à partir du 17 avril ont montré qu’il n’y avait pas de risque associé à la qualité de l’air mais que des valeurs hétérogènes, pour certaines élevées, étaient constatées dans les sols à proximité et dans certains locaux administratifs. »

De ce fait, les terrains en question sont actuellement interdits au public et les services concernés procéderont à leur dépollution dans les jours à venir.

De plus, après l’incendie l’ARS a également procédé à des prélèvements dans les appartements de familles vivant à proximité de la cathédrale. En ce qui concerne l’enfant dont le taux de plomb dans le sang a été détecté supérieur au seuil réglementaire de 50 microgrammes par litre, les spécialistes procéderont à des analyses supplémentaires afin de s’assurer que « cette imprégnation n’est pas liée à d’autres facteurs que l’épisode exceptionnel de l’incendie ».

Un incendie s’est déclaré lundi 15 avril dans la cathédrale Notre-Dame. Le procureur de la République de Paris a indiqué dès le lendemain que la piste accidentelle était privilégiée. Selon les pompiers, le feu aurait été « potentiellement lié » aux travaux de rénovation du monument.

Source : https://fr.sott.net/article/33989-Tiens-Tiens-A-cause-de-trop-de-plomb-certains-batiments-administratifs-aux-abords-de-la-cathedrale-ont-ete-reconnus-comme-potentiellement-a-risque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.