Stages et formations New-Age pour tous

70650081Nouvel Age – Risques et dangers : maladie & auto-guérison

De nombreux centres new-age proposent aujourd’hui des techniques « ancestrales » de guérison. Les termes et les méthodes proposées varient, mais il demeure une constante : ce n’est jamais Dieu qui guérit (à l’exemple de St Raphaël dans le livre de Tobie), mais le malade qui s’auto-guérit, qui se guérit lui-même. N’oublions pas la philosophie de base : puisqu’il en a le pouvoir, il n’a pas besoin de Dieu, et peut donc très bien se passer de Lui.

« Hors de moi vous ne pouvez rien faire » (Jean 15, 5)
« Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils » (Jean 14, 13).

Passons tout d’abord rapidement en revue quelques stages ainsi proposés, aux personnes « en difficulté ». L’appel au client tourne toujours sur le même principe. Quelques données empruntées au site « Spiritsoleil » – dont le nom même (« l’esprit du soleil ») ne laisse aucun doute quant à son appartenance à ce mouvement – serviront ici d’exemple.

Un « Atelier Thérapeutique » tout d’abord : « Vous êtes angoissé(e), souvent stressé(e), fatigué(e) ? Vous n’arrivez pas à vous réaliser, à concrétiser vos rêves ? Vous répétez des situations douloureuses ?… » : voilà de quoi interpeller du monde… Pour quelle solution ? « M. T. (thérapeute psychocorporel) vous propose une piste de réponse par la méthode du Rebirth (respiration dirigée calme et profonde, qui -en état de relaxation- permet de mettre en conscience l’origine de vos maux et de vos émotions refoulées pour les transformer et devenir acteur de votre vie) et de la Relaxation (qui vous permet d’accéder à vos ressources et vous apprend à être à l’écoute de votre corps pour un mieux être). » L’écoute de soi qui induit le mieux-être… Sous-entendu : à force de n’écouter que les autres, on va très mal. Quant à la respiration profonde qui « met en conscience » les émotions refoulées, voilà qui aurait fait sourire Freud lui-même… Ce que ce site ne précise pas, c’est que la technique du « Rebirth » cherche à atteindre l’expérience respiratoire de la naissance, expérience qui peut induire d’après le Dr Bernard Auriol « divers phénomènes émotionnels de type souvent extrêmement archaïque, comme des colères de nourrisson, des cris, des larmes, des mouvements de succion des lèvres, un sommeil impérieux, certains états plus ou moins stuporeux, des phénomènes hallucinatoires ou hallucinosiques, etc. », avant que ne soient ressenties des « impressions souvent intenses de bonheur, de joie, de paix, de détente, de lumière, d’abolition du temps… » Entre hallucinations et délires, on voit à quels dangers ces pratiques peuvent mener !

D’autres stages sont proposés sur ce site, tels :
– les « Soirées naturistes« , avec « relaxation aquatique en eau chaude » (les thermes Romains avaient du bon !) ;
– la « Tantra-Rencontre« , « approche originale et synthétique du développement personnel. »« A tous ceux qui veulent découvrir le Tantra dans son aspect initiatique, ceux qui souffrent, qui sont « mal dans leur peau » ou qui veulent résoudre une difficulté personnelle sur le plan affectif ou relationnel, surmonter une épreuve, trouver une aide dans une situation dont ils n’arrivent pas à se sortir seuls.«  On remarquera le même ratissage vis-à-vis des êtres supposés en détresse, proie idéale pour ce type de stage, dont le prix – bien sûr – n’est jamais affiché ;
– « Devenons « fous » » : « Pour retrouver l’enthousiasme ! » affirme l’auteur de ces lignes, qui oublie (mais l’a-t-il jamais su ?) que l’enthousiasme trouve sa racine en Dieu : ce terme vient du mot grec « Théos » = Dieu, et « Enthousiasesthai » signifie littéralement être possédé de Dieu, et par suite, inspiré de lui. « Voici venu le temps de rire de tout et de rien, Spécialité des clowns et de ceux qui veulent trouver dans l’humour de soi un début de solution à la morosité et au stress. » Ne croyez pas que ce soit simple : il est proposé ici 2 niveaux de stage, initiation et perfectionnement ! Si cela vous fait rire, c’est bien, vous n’en avez donc pas besoin. Plus sérieusement, il serait bon de s’interroger sur les conséquences de cette incitation à rire « de tout et de rien » : où peut-elle mener, sinon à une indifférence grandissante pour tous les maux qui couvrent la terre et déchirent les âmes de nos frères ? Et l’on en revient au constat accablant de cet égocentrisme forcené, qui se part des « couleurs » du bien-être et de la joie !
– « « L’Art-Gens » La relation à l’argent » : « S’enrichir par l’expérience » est-il annoncé ici… Ces petits maîtres ès « spiritualité nouvelle » s’acoquineraient-ils avec Mamon ? L’on aura remarqué le jeu de mot pseudo-lacanien (l’art-gens), dont le ridicule n’égale que la prétention à « faire sérieux » ! Le descriptif se poursuit ainsi : « Au cours de cette « Initiation«  (le mot qui fait toujours mouche !), une série de jeux vous permettra de découvrir et démultiplier vos choix possibles et ceci dans différentes dimensions et sur différents niveaux de notre expérience individuelle et collective de l’argent. Qui plus est, en fin de ce premier séminaire, vous aurez quelques premiers éléments fondamentaux pour un début de mise en pratique. » Pour le moins obscure, cette présentation est sans doute suffisamment alléchante pour attirer quelques pauvres âmes confrontées à des difficultés financières…
– « Création de talismans« , beaucoup plus direct et explicite que le précédent : « Vous apprendrez à les faire pour l’amour, l’argent, la chance et la protection.« … A quand un stage intitulé « Devenez Mage en trois leçons« , ou une adaptation pour les enfants : « Réveille l’Harry Potter qui est en toi ! » ?
– « Ecole de Thot – Médecine Holistique » – Passons sur les références du titre à l’Egypte ancienne, rien que de très classique, pour remarquer que là encore il s’agit d’une initiation avec « quatre niveaux de formation, correspondants à quatre niveaux de conscience, [qui] révèlent le talent de chacun à transformer sa vie pour devenir qui il est vraiment. » Suit une citation qui ne mange pas de pain, histoire d’inclure le mot « alchimie » dans la présentation, citation destinée à éveiller l’appétit d’esprits en mal de « connaissances » : « Tout ce qui est en bas est comme en haut, Tout ce qui est en haut est comme en bas » (Une loi alchimique de base) »… Rien n’indique bien sûr que le responsable de ce stage ait approfondi l’alchimie au-delà de cette « base », mais qu’importe : c’est ce que l’on appelle jeter de la poudre aux yeux…!
– « L’Eveil du Corps de Lumière » – « Pourquoi je suis allergique ? » – « Les Bols Tibétains » – « Harmonisation Energétique de vos 7 Corps Subtils » – « Sortir hors de son corps : la voie royale vers l’Eveil« … sont d’autres intitulés de stages ou formations qui balayent ainsi un large éventail, susceptible de répondre aux demandes éclectiques des clients potentiels.

Mais ce site ne détient pas le monopole de ces stages et formations New-Age, qui sont animés par une multitude de « Maîtres » qui se sont fait une spécialité dans l’invention de nouvelles sciences du « bien-être ». L’on découvre ainsi au détour d’un site ou d’une revue spécialisée, des stages de « Tantra chamanique« , de « Psychothérapie transpersonnelle« , ou de « Kinésiologie« , des formations telle que « Comment devenir biomagnétiseur » (« chacun de vous a en lui tous les pouvoirs«  !), ces guérisseurs à mains nues affirmant sans complexe que « le don n’existe pas, ça s’apprend« 

« Tout don excellent, toute donation parfaite vient d’en haut et descend du Père des lumières… » (Jc 1, 17)
« Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifier comme si tu ne l’avais reçu ? » (1 Cor 4, 7)

Vous pourrez apprendre aussi « l’Art du Chi » sur le site « Devenez Biomagnétiseur » (http://www.biomagnetisme.com), suivre une formation de « Praticien Ayurvédique » à L’institut Européen d’Etudes Védiques (http://www.atreya.com), apprendre « l’astro-homéopathie » chez un naturopathe, que ses études ont amené à la conclusion évidente que « Astrologie = Homeopathie = Numérologie. On pourrait y rajouter + acupuncture + graphologie + kaballe + mythologie + tarot », ou encore chez Euronature – Instituts de Formation des médecines douces (http://www.euronature.fr), découvrir en vrac l’hydrologie, la phytologie, la Chirologie, les reflexothérapies, l’héliothérapie, la chromatologie … On pourrait citer encore la kinésiologie, l’iridologie, la biothérapie, l’agrobiologie, la morphopsychologie, l’auriculothérapie… Ce dernier site a au moins le mérite de proposer une définition extrêmement claire de la naturopathie, qui admet y lit-on « dans sa conception Philosophique l’existence d’un principe vital intelligent, la « Nature Médicatrice » ou force vitale intelligente et auto-guérisseuse. C’est ce principe qui préside au devenir sanitaire de l’être humain tant que celui-ci ne transgresse pas les grandes lois biologiques. » Voilà sans doute la solution à proposer aux millions d’êtres humains qui souffrent de malnutrition en ce monde, qui feraient donc bien de retrouver le chemin de leur « Nature médiatrice » avant qu’il ne soit trop tard… Ah, que la pensée de l’homme peut s’enfler d’orgueil, lorsque le corps est repu !

Revenons-en à la maladie et à la guérison vue par le Nouvel Age.
Spécialisés dans les techniques du Reiki (terme japonais qui signifie « Energie universelle de vie« , désignant aujourd’hui une « méthode de guérison par l’imposition des mains »), de nombreux sites abordent ainsi le thème de la maladie et de la guérison. Outre le fait que le Reiki est particulièrement recommandé par les « Maîtres » qui le pratiquent contre le stress, l’insomnie, la migraine et la fatigue, il est censé également favoriser « la croissance personnelle et la paix intérieure »… Pas d’erreur, nous surfons bien sur la vague new-age.
L’un de ces sites (Reiki-libre.net : http://www.reiki-libre.ch/origines.htm) nous apprend que « Les enfants de la civilisation MU étaient initiés dès l’âge de 7 ans à cette méthode de guérison. Ce sont eux qui ont transmis le savoir au peuples de l’actuelle Inde et du Tibet. » Rappelons-nous : plus c’est ancien, et plus ça marche !
Notons également que nombre de ces sites internet ne manquent pas de préciser que le fondateur de cet « art sacré » retrouvé, le Dr Mikao Usui, était un religieux « chrétien » japonais… histoire de ratisser large, vous l’aurez compris.

L’initiation (le mot qui attire les foules !) est scindée en trois niveaux (remarquez le choix du vocabulaire employé) :
« Au premier niveau, l’adepte reçoit quatre initiations (transmissions d’énergie), ouvrant ainsi et à tout jamais le canal à travers duquel l’énergie Reiki circule. On y apprend aussi la technique d’imposition des mains et de transmission du Reiki.
Au deuxième niveau, l’adepte reçoit une autre initiation. Trois symboles sacrés lui sont également enseignés. Ainsi, le praticien dispose d’une plus grande puissance de transmission. De plus, on y apprend comment transmettre le Reiki à distance. L’initiation à ces symboles s’avère obligatoire afin qu’un praticien Reiki puisse les utiliser.
Le troisième niveau est celui à atteindre pour devenir maître. Ce niveau permet d’initier les adeptes au Reiki. »

« Canal », « énergie », « puissance », « transmission à distance », on retrouve là le vocabulaire habituel du new-age.
Ce que ces sites avouent moins facilement, c’est le prix demandé pour ces initiations… Un ancien adepte, François Perrin, en témoigne sur son site internet.

Les « symboles sacrés » délivrés au deuxième niveau ayant été révélés au grand public par Diane Stein dans son livre « Reiki Essentiel« , il a fallu trouver aux « Maîtres » enseignants d’autres astuces pour justifier l’élévation dans l’initiation, et… son coût exorbitant. De nouvelles « branches » Reiki ont ainsi été créées (« Usui », Karuna », « Chirurgie Energétique », etc.), et un Maître plus astucieux que les autres, William H Rand, a déposé en 1995 un copyright sur de nouveaux symboles, se mettant ainsi à l’abri de toute divulgation intempestive… Notez tout de même qu’il ne les a pas sortis de sa poche tel un magicien : « Il s’agit en fait de symboles découverts par Dr Usui et qui n’étaient pas donnés jusqu’à aujourd’hui, car le niveau de conscience des initiés reiki n’était pas suffisamment élevé pour accepter cette nouvelle énergie. » Les initiés reiki ont donc fait de grands progrès en l’espace d’un siècle, et ils ont suffisamment « élevé leur niveau de conscience« … Mais jusqu’où iront-ils ?

Sur le site Reiki-libre.net (http://www.reiki-libre.ch/r_karuna.htm) cité plus haut, vous apprendrez également que le Reiki karuna est « la force puissante de tous les êtres éclairés qui travaillent afin d’amener la paix et l’harmonie sur la terre. Ces êtres nous envoient continuellement une quantité illimitée d’énergie, mais nous ne sommes pas tous réceptifs. » … D’où la nécessité de rejoindre rapidement ces stages d’initiation, pour ne pas laisser se perdre ces ondes bienfaisantes ! Nous retrouvons ici la notion de guide spirituel, ces « Maîtres Invisibles » chargés de nous guider sur la voie de l’élévation…
Vous apprendrez aussi que le Reiki karuna « agit aussi sur la libération des blocages inconscients et karmiques. » Tout de même, plus vite on en aura fini avec nos réincarnations, et mieux ce sera…!
Vous apprendrez enfin que « en pratiquant le Reiki karuna, les initiés ont souvent des contacts avec leurs guides, anges ou moi supérieur, et sentent la présence d’autres êtres de lumière. » Assimiler notre Ange gardien […] avec le « moi supérieur » est également un élément que l’on retrouve assez souvent dans la littérature new-age. Remarquez bien que pour « ressentir » cela, il faut déjà être « initié« … Vite, vite, inscrivons-nous…

Pour le Reiki comme pour les techniques de méditation, l’on trouve sur internet un certain nombre de sites où sont présentés côte à côte – comme s’ils étaient semblables, ou du moins complémentaires – références catholiques et références typiquement New-Age. Par exemple, sur un site (http://sylde.chez.tiscali.fr/spirit.htm) où l’on trouve des citations d’Edgar Cayce à côté de celles de Mère Teresa et du Padre Pio, site dont le but recherché est « de vous permettre de mieux connaître cette remarquable technique curative qu’est le Reiki et de vous présenter différentes méthodes qui peuvent vous aider à retrouver un équilibre personnel. » Vous y apprendrez ainsi à la rubrique « Prière » que « La foi est la croyance sans limite que ce que l’on demande est déjà servi… [une espèce de super méthode Coué !] La foi n’a rien à voir avec la croyance en un Dieu particulier. Tout ce qui vit dans l’Univers est composé de l’énergie de vie divine et répond à des principes de lois de créativité. La foi met en œuvre une loi. La pensée met l’énergie de création en action. L’émotion lui donne vie. […] Dieu est une force de vie intelligente de création incommensurable. Il a établi des règles, des lois de réaction qui mettent en route la création. C’est vous et uniquement vous qui, en réglant l’intensité de votre désir, mettez ou non en activité le résultat de votre demande.«  Autrement dit, celui qui n’est pas « exaucé » de sa prière, est celui qui a mal « réglé » son désir… Pauvre de lui ! La page des citations est plus explicite encore, puisque l’on y trouve aux côtés de Carlos Castaneda (« Peu importe le chemin : tous les chemins se valent. L’important est de suivre un chemin qui a du cœur »), ces citations qui nous ramènent tout droit à l’égocentrisme si caractéristique du Nouvel Age : « C’est un inestimable bien de s’appartenir à soi-même » (Sénèque), et « Il n’y a qu’une réussite : pouvoir vivre comme on l’entend » (Darlington Morley, 1890-1957, romancier, poète et essayiste américain)… Paolo Cuelho n’a décidemment rien inventé !

« Demandez et l’on vous donnera… car quiconque demande, reçoit… Si vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux en donnera-t-il de bonnes à ceux qui l’en prient ! » (Mat 7, 7-11 – Luc 11, 9-13)

La « Chirurgie énergétique » est plus surprenante encore, puisque les Maîtres qui l’enseignent affirment pouvoir guérir non seulement les inévitables dépressions (quel proie intéressante que le déprimé !), les migraines, hernies discales, cicatrices douloureuses, fibromes, kystes, etc., mais encore des douleurs dues à de vieilles blessures ou opérations, telles que fractures ou hématomes, … et bien d’autres encore !
Qu’est-elle et d’où vient-elle ? « Nous trouvons là les bases d’une chirurgie micro vibratoire du futur, à moins qu’il ne s’agisse d’une redécouverte des bases d’une science énergétique oubliée depuis des millénaires, gardée secrètement par quelques initiés !! Les fameux guérisseurs Philippins. En Inde, vous pouvez trouver des grands sages qui pratiquent de la même façon, mais qui ne se font pas forcément connaître. » Un lointain passé et l’Orient restent la référence suprême en matière de « technique » new-age : la « Chirurgie Energétique » n’échappe donc pas à la règle. Il est fait ici référence aux « guérisseurs Philippins », ces guérisseurs à mains nues qui ont fait l’objet de maints reportages télévisés et d’articles de presse. Il s’agit pour eux de « Chirurgie psychique« , portée à la connaissance du public dès 1958 par deux journalistes américains, Ormond et Mac Gill. Nous ne détaillerons pas cette approche de la « guérison », qui sort du cadre de ce dossier, et qui mériterait à elle seule une étude à part entière…

Restons dans le domaine de l’énergie, avec la méthode de l’Energie Universelle, prônée par l’IHUERI (Institute for Human and Universal Energy Research Inc.), institut fondé aux Etats-Unis en 1991 par Dang Minh Luong (né en 1942 au Viêt-Nam) et Vien T. Phan (traducteur en américain et en français des textes de Luong). Ce dernier se présente comme l’héritier spirituel de Dasira Narada (1846-1924) – lui-même fondateur à Ceylan de l’Ecole spirituelle de l’énergie universelle – et envoyé sur terre pour compléter « l’œuvre ratée de Bouddha et de Jésus« , c’est-à-dire unifier toutes les religions… Quelle est donc cette méthode, développée par Maître Dang, alias Narada III ? Elle consiste à « injecter de l’énergie universelle dans l’organisme du patient pour neutraliser son état d’affection, en débloquant les canaux d’énergie. » On accède à ces canaux d’énergie par les sept « chakras » du corps humain, qui doivent donc être ouverts. Et c’est précisément parce que « les chakras se sont fermés que l’humanité a régressé, et qu’elle s’enfonce chaque jour de plus en plus profondément dans le Mal, le matérialisme, la compétition, le meurtre, les guerres. » Heureusement, la méthode de Luong « contribuera à la guérison de l’humanité dans la nouvelle ère. » Vaste programme ! Et Luong promet ainsi de tout guérir, non seulement le diabète, l’hypertension, les maladies mentales, les douleurs rhumatismales, les problèmes gynécologiques, etc., mais aussi le cancer et le sida…
En 1993, Luong a déplacé son quartier général à Bruxelles, où il a fondé l’Institut européen de recherche de l’énergie universelle. IHUERI-France est devenu HUE-France. En 1994 a été créée la S.C. Spiritualité Humanité Yoga (S.H.Y.), destinée à « l’enseignement, la recherche et le développement des potentialités humaines et spirituelles liées notamment au Yoga de l’Énergie Universelle. » Il y aurait aujourd’hui plus de 20.000 adeptes de ce mouvement dans le monde, qui est particulièrement bien implanté en France…

Anne Givaudan se réfère également aux guérisseurs philippins, lorsqu’elle parle de « Chirurgie éthérique« , méthode thérapeutique qu’elle pratique conjointement avec la médecine « essénienne », cette dernière retrouvée au cours de « recherches à travers les annales akashiques ». Elle déclare ainsi dans une interview accordée à « L’Ame et le Cœur » (http://perso.wanadoo.fr/amecoeur/index.html) (voir la rubrique « La Presse des Thérapies ») : « nous avons revécu et retranscrit une vie qui s’est déroulée à l’époque des esséniens et de Jésus, où nous avions été initiés l’un et l’autre [avec Daniel Meurois] à la lecture des auras, au voyage astral et aux soins. Il nous restait à compléter notre vie présente en retrouvant les thérapies. Beaucoup d’esséniens avaient la réputation d’être de grands thérapeutes. Ils tenaient leur science des médecins égyptiens qui eux-mêmes la tenaient d’autres civilisations très anciennes et disparues comme celle de l’Atlantide.«  Nous retrouvons cette référence à un passé lointain et mystérieux, gage de sérieux et de réussite… du moins en matière d’attrait pour les clients potentiels, qu’ils soient acquéreurs de livres et/ou participants aux stages proposés sur le site ! Mais l’Atlantide, c’est encore trop peu… Anne Givaudan précise donc dans une autre interview (publiée dans le Magazine Nexus n°15, juillet-août 2001 – cf. le site Essania (http://membres.lycos.fr/essania/intsoins.html)) : « Les Esséniens avaient reçu leurs enseignements des thérapeutes d’Egypte qui eux-mêmes les tenaient de l’époque de l’Atlantide, …des Hommes de Sagesse Atlantes qui avaient été eux-mêmes enseignés par des êtres de la planète Vénus.«  Tenterons-nous une surenchère ? Qui dit mieux ? … Sirius à ma droite ? … Andromède à ma gauche ? …
Pour ce qui est de l’origine de nos maladies, Anne Givaudan nous l’explique, tout est clair : « Chez les Esséniens, la maladie n’était jamais considérée comme une ennemie. Elle était le signal pour indiquer que quelque chose n’allait plus entre les différents niveaux de l’Etre. Lorsqu’il n’y a plus accord entre nos pensées, nos actes et nos paroles, il se passe en nous une fissure, une baisse d’immunité qui laisse la porte ouverte à ce qui par la suite, générera nos maux des plus légers aux plus lourds.«  Pauvres mystiques chrétiens de tous les âges, qui ont souffert le martyre en ignorant ce déséquilibre intérieur, cause de tous leurs maux… « C’est en fait dans notre façon de recevoir, de comprendre ce qui nous arrive (évènements ou rencontres) que tout se joue, l’événement en lui-même est neutre, il s’avère une simple expérience mais il prend une forme, une couleur, une pensée, une émotion selon l’angle sous lequel nous allons le regarder. C’est de là, de cette simple façon de recevoir la vie que tout dépend. Sans doute est-ce pour cela que les grands courants de pensée prônent des façons de prendre la vie avec détachement et sérénité…«  Surtout, ne nous laissons pas toucher par la douleur de l’autre : la compassion (cum patire = souffrir avec) n’est ici même plus de mise !
Et l’efficacité des soins, direz-vous ? Elle dépend du malade, et seulement de lui : « La question de croyance n’a rien à voir avec l’efficacité de ces soins, pourtant le thérapeute n’a rien à proposer. C’est au malade de faire la démarche, de demander de l’aide et non à celui qui soigne. L’essentiel est que le « malade » ou plutôt « le patient » sache que c’est lui qui est à l’origine de son problème et personne d’autre.«  Voilà qui a le mérite d’être clair… Et Anne Givaudan d’ajouter : « Même si dans un premier temps, cette approche semble culpabilisante : « Comment, vous prétendez que c’est moi qui suis à l’origine de mon cancer !… » Cela permet à l’intéressé de reprendre son « pouvoir » de ne pas se laisser embarquer n’importe où et n’importe comment comme une victime vers l’abattoir. Si notre façon de comprendre, d’appréhender un événement peut nous rendre malade, cela signifie aussi que nous avons en nous le pouvoir de dénouer, de changer, de transformer cette vision sur ce qui nous détruit pour en effacer les traces. » Et nous revoilà bien au centre même du new-age : apologie de la volonté propre, qui détient en potentialité tous les pouvoirs… : je veux, donc je peux. A l’opposé de l’abandon à la volonté divine, prônée par Jésus !

Amédée Louis-Fernand, auteur de « Résurrection« , affirme d’entrée que « La Résurrection de la femme, de l’homme, doit avoir lieu de leur vivant sur cette Terre. Chacun devra un jour effectuer son chemin de croix pour accéder au prochain stade de Vie, celui de la Conscience. » Au moins, l’on sait où l’on met les pieds ! Ce « guérisseur intuitif et thérapeute d’exception » tel que nous le présente son site internet ) croit lui en la Consciensothérapie. « Seul l’éveil de la conscience permet d’aboutir à la seule guérison authentique.«  Auteur de cette méthode de guérison, Amédée souhaite qu’avec elle « nous puissions grâce à notre transformation personnelle vivre l’éveil de notre conscience et devenir les acteurs de notre propre guérison, et trouver ainsi la sérénité et les réponses aux questions essentielles de la vie. » Vaste programme… où l’on retrouve bien sûr cette constante de l’homme centré sur lui-même.

Mentionnons encore les « Groupes de prière » fondés par Maguy Lebrun (plus de 300 groupes en France, une vingtaine en Suisse romande). Chaque groupe est constitué de dix à quinze personnes ; chacun invoque sa divinité, après quoi, en appelant les « esprits guides », on passe à l’imposition des mains pour la guérison physique et spirituelle…

Avec tout cela, l’on est en droit de se demander ce que sera la médecine de demain, et si tous les praticiens « traditionnels » ne se retrouveront pas au chômage. Et bien, c’est précisément ce que prédit Omraam Mikhaël Aïvanhov (1899-1986), le fondateur de la Fraternité Blanche Universelle, dont nous avons déjà parlé. La « FBU » (http://www.fbu.org) est une école initiatique qui défend deux théories : d’une part un « héliocentrisme christique » (le Christ, prince cosmique, vit dans le soleil – or primordial – le centre universel de toutes les religions : « Il est temps maintenant de se tourner vers le principe universel qui est l’origine de toutes les religions, et de déchiffrer le symbole de cette religion universelle : le soleil.« ), et d’autre part l’habituelle croyance en la réincarnation et en la loi de causalité (karma). Selon la FBU, Mikhaël Aïvanhov est le 19° Grand Maître de l’humanité, après Krishna, Bouddha, Zoroastre, Moïse, Jésus et quelques autres…
Lors d’une conférence donnée à Toulouse en 1970, et rapportée par le journal « L’Avenir de la médecine« , ce « grand maître » annonce :
« Comment sera la médecine dans l’avenir ? Je vous l’ai dit : en chômage, parce que je peux proposer à l’Etat un moyen de faire chômer tous les docteurs. Comment ? C’est très simple. Je lui demanderai un endroit que je choisirai moi-même, un endroit vaste et très beau. Là, je ferai construire des bâtiments dont je choisirai aussi les formes et les couleurs. Il y aura des fleurs, des peintures, des statues, etc., et ce sera un endroit où les femmes enceintes seront logées et nourries gratuitement pendant neuf mois. Tout leur sera facilité. Elles entendront des conférences, des concerts, et elles feront un travail spirituel. Bien sûr, leurs maris viendront les voir et eux aussi entendront des conférences. Voilà le moyen de mettre au monde des enfants qui ne seront jamais malades ! […] Si les enfants sont malades ou criminels, c’est parce que les parents ne savent pas comment les mettre au monde. Si les jeunes filles et les jeunes garçons lisaient ce que j’ai dit, il y a trente ans, sur les mystères de la galvanoplastie, ils verraient comment ce processus de la galvanoplastie se répète, en réalité, dans tous les domaines et en particulier dans celui de la gestation des enfants. Ils comprendraient où se trouvent, dans la femme enceinte, la solution métallique, l’anode, la cathode, le moule en gutta percha, etc., et ils sauraient comment ils peuvent obtenir des enfants magnifiques […]. Oui, quand je vois comment l’Etat dépense inutilement des milliards pour des cliniques, des prisons, des tribunaux, je me dis que, s’il se décide à économiser, je peux supprimer tout cela ; parce qu’il n’y aura plus de malades, il n’y aura plus de criminels… Alors, dites-moi maintenant, si ce n’est pas scientifique. Il n’y a rien de plus scientifique que ce que je viens de vous dire. » Vous ne connaissez pas la galvanoplastie spirituelle ? O.M. Aïvanhov nous apprend (in « La Nouvelle Terre ») que c’est à elle que l’humanité devra son salut : « La mère connaissant la loi de galvanoplastie décide de l’utiliser pour mettre son enfant au monde. Dès qu’elle a reçu le germe dans son sein (la cathode), elle place dans sa tête (l’anode) une lame d’or, c’est-à-dire l’idéal le plus sublime. La circulation s’établit et le sang qui parcourt le corps apporte au germe le métal supérieur. L’enfant grandit enveloppé de ces vêtements d’or et, quand il est robuste, capable de vaincre les difficultés, les maladies, les influences nocives. » Tout est beaucoup plus clair…!
La FBU compte aujourd’hui 2000 (!) adeptes en France, notamment à Sèvres et dans le sud de la France, mais est également présent dans plus de 30 pays, dont la Belgique, la Suisse, et le Canada…

Source : http://www.spiritualite-chretienne.com/Nouvel-Age/new-age4d.html



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.