Selon le Forum Economique Mondial, la « richesse » (des peuples) est la plus grande menace du monde

Le Forum économique mondial avoue son projet criminel de ruiner la population mondiale par l’intermédiaire de la grande réinitialisation

S’inspirant d’une étude soi-disant « scientifique » intitulée “Avertissement des scientifiques sur la richesse” (Scientists’ warning on affluence), le Forum économique mondial avoue désormais son projet criminel qui est de ruiner la population mondiale afin de mieux l’asservir à ses projets funestes de domination totalitaire par l’intermédiaire de ce que les globalistes appellent la Grande Réinitialisation, c’est-à-dire le « Great Reset ».

J’ai souvent expliqué ce qui en est réellement — à mes yeux — de cette grande réinitialisation (iciiciiciiciici et ici). Évidemment, ce projet de remise à zéro de l’économie mondiale n’affectera en rien ce Club des Milliardaires, c’est-à-dire les Jeff Bezos, Bill Gates, Warren Buffett, Mark Zuckerberg de ce monde. Il n’affectera que vous, le petit peuple d’en bas.Comme le rapporte Peter Koenig dans le Global Research, le Forum économique mondial (FEM) a fait une découverte “grandiose” le 21 juillet dernier et a fait cette déclaration percutante sous le titre alarmant : « C’est désormais la plus grande menace du monde – et ce n’est pas un coronavirus ». Le Forum économique mondial débute son article en claironnant que « la richesse est la plus grande menace pour notre monde, selon un nouveau rapport scientifique. » [1]

Ces « nouvelles choquantes et révélatrices » sont les « principales conclusions d’une équipe de scientifiques australiens, suisses et britanniques, qui ont averti que la lutte contre la surconsommation devait devenir une priorité. Leur rapport, intitulé “Avertissement des scientifiques sur la richesse” (Scientists’ warning on affluence), explique que la véritable durabilité exige des changements de mode de vie importants, plutôt que d’espérer qu’une utilisation plus efficace des ressources suffira. » [2]

Afin de mieux comprendre le contexte de l’instruction du FEM, revenons un peu en arrière. Le 3 juin 2020, le fondateur et président exécutif du FEM, Klaus Schwab, a présenté ce que le FEM et toutes les élites et oligarques derrière lui appellent “The Great Reset” : « Pour obtenir un meilleur résultat, le monde doit agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail. Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer, et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée. En bref, nous avons besoin d’une “grande réinitialisation” du capitalisme. » [3]

Selon le journaliste, conférencier et fondateur de la Canadian Patriot ReviewMatthew J.L. Ehret, le rassemblement comprenait des élites du « FMI, de la Banque mondiale, du Royaume-Uni, des États-Unis, des entreprises et du secteur bancaire » qui cherchaient toutes à « profiter du COVID-19 pour arrêter et “réinitialiser” l’économie mondiale sous un nouveau système d’exploitation intitulé Green New Deal. » [4]

Gary Barnett écrivait le 16 juillet dernier : « C’est la période la plus dangereuse de l’histoire de l’homme. La gravité de ce complot ne peut être sous-estimée. Elle n’est due à aucune menace de guerre conventionnelle, et elle n’est due à aucune menace de décimation nucléaire, elle est basée sur le fait qu’il s’agit d’une guerre psychologique menée par des psychopathes contre toute l’humanité, et elle est avancée par un petit groupe de monstres qui ont pris le contrôle de l’esprit des masses grâce à un endoctrinement à long terme et des politiques destinées à engendrer la dépendance. La peur est la nouvelle arme de destruction massive, non pas parce qu’elle est légitime, mais parce que le peuple a perdu toute volonté d’être libre, a perdu toute capacité de penser, et cherche refuge et réconfort en tant que troupeau collectif capable d’exister uniquement dans une société. qui est basé sur un régime totalitaire. » [5]

La destruction globale que le Forum économique mondial veut maintenant corriger par une réinitialisation globale, dans le style du FEM, a été — et est causée — par un ennemi invisible, un virus, un virus corona, le même qui est à la base de la plupart des épidémies de grippe. Les messages de trompette des médias occidentaux de la peur corona 24 x 7 dans notre cerveau, donc cela doit être vrai. Mais ce n’est pas du tout vrai. La pandémie corona, ce que l’on appelle maintenant COVID-19, avait été soigneusement planifiée, probablement depuis des décennies, au moins depuis le rapport de la Fondation Rockefeller, “Scenarios for the Future of Technology and International Development”, qui décrit la première phase de cette destruction mondiale que nous vivons actuellement « Le scénario de Lockstep » (p. 18 du rapport Rockefeller 2010).

L’Événement 201 (Event 201) était le dernier exercice important, une simulation de pandémie corona et ses conséquences — 65 millions de morts en 18 mois et un marché boursier dévasté, des faillites sans fin — était la « course à sec » avant l’épidémie, d’abord en Chine, et quelques semaines plus tard à travers le monde. Cet événement était coparrainé par le FEM, la Fondation Bill & Melinda Gates et la Johns Hopkins University School of Public Health. Un certain nombre d’acteurs clés d’aujourd’hui pour maintenir l’élan à flot — également appelé Endoctrinement de la peur — étaient également présents à l’événement 201, tels que l’Organisation mondiale de la santé, l’UNICEF, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale — et des représentants de diverses agences des Nations Unies. L’ONU est pleinement complice de cette entreprise criminelle et génocidaire.

Ayant dit que la richesse est la plus grande menace pour le monde, sans entrer dans les détails, le FEM soutient que « la véritable durabilité ne sera atteinte que par des changements drastiques de style de vie » et appelle « à une grande réinitialisation du capitalisme à la suite de la pandémie ». Peter Koenig nous propose de spéculer sur ce que la grande réinitialisation pourrait signifier pour les citoyens du monde. C’est ce que les oligarques aisés, à travers leur affiliation corporative, financière, pharmaceutique et militaire, peuvent avoir l’intention d’imposer aux « grandes masses en dessous d’eux ».

  • Pour réaliser la grande réinitialisation globale du FEM, le numéro un est de maintenir ou d’augmenter la cadence de la propagande de fausse peur et des mensonges en cours. Cela doit être un effort incessant et ne devrait pas être un problème, car toutes les propagandes et les organes de presse anglo-américains occidentaux et leurs affiliés dans d’autres langues sont entièrement cooptés.
  • Un ou plusieurs verrouillages avec masques et éloignement social, confinement, pour diminuer davantage le contact humain par l’isolement; une « société masquée » perd l’estime de soi, la peur et l’anxiété affaiblissent le système immunitaire des gens, les rendant vulnérables à toutes sortes de maladies, en particulier l’obligation de masque qui oblige les gens à respirer leur propre CO2 hautement toxique — tout ce qui dépasse le niveau de 1000 ppm de CO2 est au-dessus de la tolérance — le port d’un masque peut augmenter l’inhalation de CO2 à un taux de 10 000 ppm ou plus.
  • Moins de consumérisme, à travers une austérité extrême, un travail à bas salaires, un chômage gigantesque qui se poursuit, provoquant l’insécurité, les angoisses et la peur de la survie, préparant ainsi l’état d’esprit de la population à plus de manipulation, plus d’esclavage — et à attendre désespérément LE VACCIN.
  • Remplacer le fruit du travail, à savoir le salaire du travail fier, par un revenu de base universel (RUB), créer une dépendance au système et démolir le travail humain et ce qui reste de l’estime de soi.
  • Le FEM appelle également au « capitalisme des parties prenantes ». Quelqu’un sait-t-il ce que cela signifie ? Google le décrit ainsi : « Le capitalisme des parties prenantes est un système dans lequel les entreprises sont orientées vers les intérêts de toutes leurs parties prenantes. … Dans le cadre de ce système, l’objectif d’une entreprise est de créer de la valeur à long terme et non de maximiser les profits et d’améliorer la valeur pour les actionnaires au détriment d’autres groupes de parties prenantes. »

En d’autres termes, ce serait un changement radical et bienvenu par rapport au capitalisme néolibéral des actionnaires corporatifs, si par « autres groupes de parties prenantes » le consommateur commun est désigné. Hautement improbable. — Il est plus probable que les bénéfices à long terme (bénéfices) s’accumulent plus équitablement pour les actionnaires, car chaque actionnaire est également une partie prenante. Mais toutes les parties prenantes ne sont pas des actionnaires. Les consommateurs, les gens ordinaires, sont laissés pour compte.

  • Et enfin, il y a une forte volonté de réduire la population mondiale; Bill Gates est l’un des principaux moteurs et l’a dit ouvertement à plusieurs reprises. L’une de ses admissions les plus flagrantes est son TED Talk en 2010, « Innovating to Zero », en Californie, où il dit nonchalamment, « Avec de très bons résultats sur les nouveaux vaccins, les soins de santé, le contrôle des naissances, nous pourrions la réduire de peut-être 10 ou 15%, mais nous garderons un facteur d’augmentation d’environ 1,3 ». Cet agenda eugénique s’inscrit parfaitement dans l’agenda du FEM. Moins de personnel, moins de ressources. Ceux qui restent peuvent être partagés plus abondamment entre les beaux et les puissants.

Une virologue dénonce l’OMS et le gouvernement chinois (Li-Meng Yan)

Le 11 août 2020, sur Newsmax TV, Dr Li-Meng Yan, éminente virologue chinoise, a dénoncé le cartel COVID-19 dont font partie, selon elle, l’OMS et le gouvernement chinois. — avec Sean Spicer et Lyndsay Keith de Newsmax TV.

Comme l’écrit Peter Koenig dans son article du Global Research :

« Cette Grande Réinitialisation Globale que le FEM prédit et prévoit, est bien sûr motivée par un autre agenda que le « Bien du Monde ». Ces maîtres de l’univers autoproclamés, — certaines des personnes très aisées que le FEM prétend être le plus grand risque pour l’humanité —, se retourneraient maintenant et donneraient leurs richesses afin qu’il y ait un meilleur équilibre dans la distribution des richesses de la Terre Mère, plus de justice, plus de respect des droits de l’homme, moins de consumérisme et une protection absolue de l’environnement et des ressources non renouvelables ? — Non, bien sûr, ceci est peu probable.

« Au contraire, comme cela a déjà été prouvé. L’effondrement planifié de l’économie mondiale a créé une misère insondable par des faillites, principalement de petites et moyennes entreprises, qui ont été englouties par de grandes entreprises — et en siphonnant ce qui restait des filets de sécurité sociale dans le Nord comme dans le Sud. »

L’économiste et analyste géopolitique, Peter Koenig, écrit dans un autre article : « Le FEM a bien compris, la COVID-19 n’est bien sûr de loin pas aussi mauvaise que la richesse, à savoir la richesse monétaire qui s’est accumulée au fil des siècles, faisant du monde un endroit de plus en plus déséquilibré — avec une pauvreté croissante, la famine, la misère — et la vulnérabilité à attraper des maladies, comme la Covid. Oui, le FEM et ses acteurs du « Deep State » (qui représentent la « Richesse »), derrière la scène utilisaient la Covid au maximum pour provoquer un verrouillage total des personnes ainsi que de l’économie mondiale. Cela s’est produit pratiquement simultanément dans le monde entier dans presque tous les 193 pays (membres de l’ONU). » [6]

Les quelques exceptions incluent la Suède et la Biélorussie. Ce puissant ordre de verrouillage, lancé depuis le « haut », bien au-dessus des gouvernements et de l’ONU, et avec de telles « autorités » cooptées, comme l’OMS, a mis l’économie mondiale à genoux en moins de 6 mois; et maintenant continue sous la transformation vers une nouvelle couleur « Verte ». Comme si le virus aurait frappé en même temps le monde entier. Personne avec un esprit clair ne peut le croire. Cela ne s’est jamais produit dans l’histoire de l’humanité. Pourtant, les cerveaux derrière cette fraude s’en tirent — avec relativement peu de protestations. Mais avec une campagne de PEUR massive et globale.

L’une des opportunités que le FMI voit sortir de cette crise est « la transformation numérique — un grand gagnant de cette crise ». Le FMI ne dit pas ce que cela signifie, mais il exige avant tout de numériser l’identité des gens et de numériser l’argent — un contrôle total sur les mouvements des personnes, les dossiers de santé, les flux de trésorerie, les comptes bancaires et plus encore. [7] Vous n’y croyez toujours pas ? Alors je vous invite à consulter le nouveau rapport du Forum économique mondial, préparé conjointement avec l’Université McGill, intitulé « The Internet of Bodies Is Here: Tackling new challenges of technology governance » (L’Internet des corps est là: relever les nouveaux défis de la gouvernance technologique). Nous lisons dans l’introduction “Pour exploiter pleinement le potentiel de l’internet des organes, nous avons besoin de cadres de gouvernance solides et à jour” :

« L’Internet des objets (IoT) se mêle de plus en plus aux corps humains. Cette émergence et cette expansion rapide de “l’internet des corps” (IoB) — le réseau des corps humains et des données via des capteurs connectés – tout en offrant d’énormes bénéfices sociaux et sanitaires, soulève également de nouveaux défis de gouvernance technologique. » [8]

À moins d’un soulèvement collectif massif et d’une mise en accusation devant les tribunaux militaires internationaux, l’objectif avoué des élites mondialistes est de réduire l’économie mondiale à néant, de ruiner les populations par l’intermédiaire d’une mise en faillite généralisée des petites et moyennes entreprises, et de soumettre les individus à un esclavage en leur implantant une nanopuce qui prendra le contrôle sur leurs moindres faits et gestes, but ultime de l’« internet des corps » (IoB).


« De nombreuses fausses solutions seront présentées au fur et à mesure que la société se réveillera devant le bâtiment en feu dans lequel elle est piégée, et à moins que notre esprit ne prenne conscience de ces fausses solutions (sans parler de ces incendiaires qui gèrent cet incendie par le haut), alors beaucoup d’âmes bien intentionnés de tous les horizons peuvent signer leurs propres mandats de mort et introduire accidentellement une solution bien pire que la maladie à laquelle elles cherchaient à remédier. » — Matthew J.L. Ehret

Forum économique mondial: « C’est maintenant la plus grande menace au monde – et ce n’est pas un coronavirus »

[Un article de Sean Fleming, rédacteur senior du FEM, 21 juillet 2020] — Selon le Forum économique mondial, une analyse détaillée de la recherche environnementale a révélé la plus grande menace pour le monde : la richesse. C’est l’une des principales conclusions d’une équipe de scientifiques australiens, suisses et britanniques, qui ont averti que la lutte contre la surconsommation devait devenir une priorité. Leur rapport, intitulé « Avertissement des scientifiques sur la richesse » (Scientists’ warning on affluence), explique que la véritable durabilité exige des changements de mode de vie importants, plutôt que d’espérer qu’une utilisation plus efficace des ressources suffira. [9]

« Nous ne pouvons pas nous fier uniquement à la technologie pour résoudre les problèmes environnementaux existentiels — comme le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution », écrit l’auteur principal du rapport, le professeur Tommy Wiedmann de l’Université australienne de New South Wales Engineering, dans un article sur Phys.org. « Nous devons également changer nos modes de vie aisés et réduire la surconsommation, en combinaison avec des changements structurels. » [10]

Un défi mondial croissant

Il est largement admis que la planète fait face à un point de basculement écologique. « Pour prendre soin de l’humanité, nous devons prendre soin de la nature », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors de la Journée mondiale de l’environnement en juin. Il a souligné l’importance d’apporter des changements alors que le monde se remet de la récente pandémie : « Nous devrons reconstruire en mieux, et redonner à la nature sa juste place, au cœur de notre processus de décision. »

Environ la moitié du PIB mondial est lié au monde naturel, selon l’ONU. En plus des millions d’emplois dépendant de la nature, il y a aussi des milliards de personnes intimement liées et totalement dépendantes des remèdes naturels et des médicaments.

De plus, l’utilisation de programmes de plantation d’arbres et de reboisement pourrait réduire l’impact des émissions mondiales et aider à atteindre l’objectif de l’Accord de Paris de maintenir l’augmentation de la température mondiale en dessous de 1,5 ° C.

Appel à des changements systémiques

La menace de dommages environnementaux causés par l’homme a été mise en évidence dans le Global Risk Report 2020 du Forum économique mondial, où elle figure dans le top 10 des risques les plus probables et les plus importants.

Le principal problème souligné par le rapport est que les gains d’efficacité des ressources et de protection de l’environnement offerts par les solutions technologiques ont été dépassés par la croissance de la consommation. Le rapport postule également qu’il est peut-être temps de repenser les idées traditionnelles sur l’offre et la demande

Dans les sociétés capitalistes, la théorie veut que les besoins des consommateurs motivent le reste de l’économie — les entreprises ne produiront que des choses pour lesquelles il existe une demande. Mais la réalité du capitalisme mondial du XXIe siècle est un peu plus complexe que cela — certains économistes soutiennent que la croissance elle-même est le problème. [11]

Il est temps pour une grande réinitialisation

Écrivant peu de temps avant la Journée mondiale de l’environnement, le fondateur et président exécutif du Forum, le professeur Klaus Schwab, a appelé à une grande réinitialisation du capitalisme à la suite de la pandémie de coronavirus. Sa vision de la grande réinitialisation comprend la création d’une économie de parties prenantes, où le marché recherche des résultats plus équitables pour tous, étayés par des changements dans les politiques fiscales, réglementaires et fiscales, et de nouveaux accords commerciaux.

Schwab appelle également à des investissements qui font progresser des objectifs communs, tels que l’égalité et la durabilité. C’est quelque chose qui se produit déjà dans certaines régions du monde où des programmes de relance économique sont mis en œuvre. De plus, Schwab nous exhorte à relever les défis sanitaires et sociaux avec les innovations rendues possibles par la quatrième révolution industrielle. Cela signifie davantage de collaboration public / privé dans la poursuite du bien public.

De nombreuses autres personnalités du monde entier se sont ralliées à cet appel, notamment Son Altesse Royale le prince Charles, le prince de Galles.

La pandémie a dévasté des familles et paralysé les principales économies. Mais en orientant les ressources vers des systèmes et des processus nouveaux et améliorés, plutôt que de consolider ceux existants, Schwab pense qu’un changement durable pour le mieux est possible.

Cette conviction est reprise par le rapport des scientifiques, qui montre que la richesse est « en fait dangereuse et conduit à une destruction à l’échelle planétaire », déclare la co-auteure Julia Steinberger, professeur d’économie écologique à l’Université de Leeds. « Pour nous protéger de l’aggravation de la crise climatique, nous devons réduire les inégalités et remettre en question l’idée que les richesses, et ceux qui les possèdent, sont intrinsèquement bonnes. »

Great Reset | HRH Prince of Wales | We have no alternative

En guise de conclusion :

Matthew J.L. Ehret écrit sur la plateforme d’analyse, de recherche et de commentaires politiques sur les affaires eurasiennes et mondiales, Strategic Culture Foundation :

« La seule forme de grande réinitialisation légitime qui protégera les gens, les nations et réduira l’influence de l’oligarchie financière tout en protégeant réellement l’environnement à long terme est liée au New Deal international moderne connu sous le nom d’Initiative Belt and Road (la nouvelle route de la soie ou la Ceinture et la Route). En créant un nouveau système de financement lié au développement à long terme, à la croissance agro-industrielle des économies à spectre complet à travers le monde, la Chine et ses alliés ont repris le flambeau qui a été abandonné par la mort prématurée de Franklin Roosevelt le 12 avril 1945. Tout arrangement pour une nouvelle réinitialisation économique devrait adhérer aux principes éprouvés de l’économie politique antifasciste qui ont fait leurs preuves dans le passé et continuent de fonctionner dans le présent.

« Un début puissant de cette réinitialisation impliquerait que le président Trump accepte un sommet d’urgence entre la Russie, la Chine et les États-Unis, suivi d’un sommet de cinq pays mettant en vedette le Royaume-Uni et la France conformément aux lignes directrices énoncées par le président Poutine en janvier 2020 et réitérées il y a quelques semaines. »


« Aspirer à la liberté sans le courage de la revendiquer est une entreprise dénuée de sens, car toute demande réelle des masses laisserait l’élite dirigeante nue et effrayée. Tout ce qui est nécessaire pour parvenir à la liberté est d’en vouloir, et cela seul peut vaincre la tyrannie. » — Gary D. Barnett

__________

RÉFÉRENCES :

  1. Peter Koenig : The World Economic Forum (WEF) Knows Best – The Post-Covid “Great Global Reset”. Global Research, July 28, 2020.
  2. Sean Fleming : This is now the world’s greatest threat – and it’s not coronavirus. The World Economic Forum COVID Action Platform, 21 July 2020.
  3. Klaus Schwab : Now is the time for a ‘great reset’. The World Economic Forum, 3 June 2020.
  4. Matthew Ehret : The Great Reset Fraud. Strategic Culture Foundation, July 15, 2020.
  5. Gary Barnett : The Covid Set-Up Is Now Fully in Play as CDC Outlines Plan for Death. LewRockwell, July 16, 2020.
  6. Peter Koenig : IMF and WEF – From Great Lockdown to Great Transformation. The COVID Aftermath. Global Research, August 14, 2020.
  7. Peter Koenig : The Coronavirus COVID-19 Pandemic: The Real Danger is “Agenda ID2020”. Global Research, 12 March 2020.
  8. World Economic Forum and McGill University : The Internet of Bodies Is Here: Tackling new challenges of technology governance. Briefing Paper, July 2020 (Published: 6 August 2020).
  9. Thomas Wiedmann; Manfred Lenzen; Lorenz T. Keyßer and Julia K. Steinberger : Scientists’ warning on affluence. Nature Communications, 19 June 2020.
  10. University of New South Wales : Overconsumption and growth economy key drivers of environmental crises. Phys.org, June 19, 2020.
  11. Meghna Chakrabarti et Stefano Kotsonis : Why A New Wave Of Economists Are Championing Slow Economic Growth. On Point (WBUR), Boston, February 12, 2020.

Source : https://guyboulianne.com/2020/08/24/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.