Rédemption et trinité

  • 1
    Partage

D’où vient la nécessité de racheter le genre humain par Christ ?

Adam et Eve ont désobéi à l’ordre de Dieu de ne pas manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (Genèse 3v1-5). Cette désobéissance fut le point de départ de l’accusation de Satan c’est à dire la remise en question de la légitimité de la souveraineté de Dieu sur ses créatures. Ainsi il Lui lança un défi en prétendant qu’il pouvait détourner tous les humains de Lui sans exception. Cela aurait signifié aussi qu’ils étaient tous faillibles et corruptibles (Job 1v8-11).

Selon Satan, si Dieu faisait des créatures qui n’étaient pas telles qu’Il voulait qu’elles soient selon sa Volonté, c’est-à-dire l’aimer sans condition et de manière exclusive, c’est qu’Il n’était pas capable de faire de telles créatures si parfaites et qu’Il était faillible dans son acte créateur. Et par extension qu’Il n’était donc pas fiable non plus concernant ses valeurs et ses manières d’agir en général. Cela impliquait aussi qu’Il n’était pas digne de confiance et que notre propre jugement personnel valait le sien.

Il fallait donc que Dieu prouvât le contraire en démontrant qu’il y aurait toujours en tout temps quelques humains qui resteraient fidèles et intègres en toute circonstance et de manière inconditionnelle (Hébreux chapitre 11, Job 2v9-10). Dans sa prescience Dieu savait que Satan pouvait détourner presque tous les humains mais pas tous.

Par cette accusation Il devait également démontrer qu’Il ne dirigeait pas ses créatures de manière dictatoriale ou abusive mais pour leur bonheur et leur intérêt personnel et que l’adorer était la manière la plus optimale pour vivre éternellement (Jean 5v24).

Ce point de départ ouvrit une jurisprudence dans un cadre juridique et les réponses à ces questions clôtureraient définitivement la remise en question de sa légitimité. Dieu accorda à Satan un délai pour que ses dires soient démontrés ou invalidés. Dans ce tribunal céleste Dieu et les hommes étaient les accusés, Satan l’accusateur et les anges le jury (Daniel 7v10).

Les hommes étant devenus imparfaits, leur fidélité envers Dieu n’avait pas la même valeur juridique correspondant à l’infidélité d’Adam. Nul homme ne pouvait en racheter un autre par ses actes de justice pour compenser l’acte d’Adam (Psaumes 49v7-10). Il fallait donc un humain fidèle en toute chose qui soit son strict équivalent physique et spirituel pour invalider définitivement les accusations de Satan et permettre un jour à tous les humains de sortir de leur condition d’êtres déchus (causée par le péché originel héréditaire d’Adam).

Adam n’échoua qu’à une simple tentation mais dont les conséquences furent désastreuses pour sa descendance. En contraste à cet acte il fallait que ce nouvel Adam (1 Corinthiens 15v45) fasse non seulement l’exact contraire du premier mais qu’il soit aussi pleinement éprouvé c’est à dire obéissant jusqu’à la mort (Philippiens 2v5-9, Hébreux 5v9). Ceci pour rendre témoignage auprès des anges (1 Corinthiens 4v9) qu’un homme parfait pouvait rester complètement fidèle à Dieu et que Ses créatures sont parfaites selon Sa volonté et donc que sa souveraineté est légitime (Apocalypse 4v11).

Le témoignage de la Parole

Comme dans tout tribunal, Dieu avait besoin de témoins pour démontrer sa probité. Judiciairement parlant Il ne pouvait pas être témoin pour lui-même car cela n’aurait eu aucune valeur morale ni juridique et n’aurait donc rien démontré du tout (Deutéronome 19v15, Jean 8v17). Ces témoins devaient nécessairement être des créatures afin de démontrer qu’elles étaient heureuses de se soumettre à l’autorité divine. Parmi elles Il devait en choisir une qui accepterait de devenir ce futur nouvel Adam. Cette créature fut Sa Parole, la plus précieuse de sa création (Jean 1v1-3).

La façon implicite dont Satan posa le problème et la façon dont Dieu y répondit contredit complètement la trinité car Dieu ne peut pas être témoin pour lui-même et ses témoins ne pouvaient être que des créatures (Colossiens 1v15-16, Proverbes 8v22-23,30-31, Apocalypse 3v14). Ces enjeux spirituels et leurs déductions logiques démontent totalement la trinité de la même manière qu’ils invalident l’existence d’une vie extraterrestre. Et cela sans compter tous les passages bibliques qui montrent de manière simple et irréfutable que Jésus est inférieur à Dieu (Jean 1v14, Jean 6v38, Jean 8v28,42, Jean 12v49-50, Jean 13v16).

Dieu nous a donné le libre-arbitre dont Adam et Ève ont fait un mauvais usage. Contrairement à eux nous devons suivre l’exemple de Jésus notre modèle parfait malgré notre nature pécheresse en faisant mentir les accusations de Satan (Proverbes 27v11, Apocalypse 12v10-11,1 Corinthiens 10v13) et en prenant fait et cause pour Dieu afin de prouver qu’Il ne dirige pas ses créatures de manière dictatoriale et abusive mais pour notre intérêt éternel. Mais Dieu ne nous a pas créés pour le servir de force et veut que nous choisissions de le faire de notre plein gré (Deutéronome 30v19-20).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.