Réchauffement climatique: hameçonnage de l’ONU pour un gouvernement mondial

Le changement climatique est une imposture pilotée par l’ONU dans le but de créer un « nouvel ordre mondial » – selon un conseiller du Premier ministre australien.

Maurice Newman
Maurice Newman

Le principal conseiller d’affaires du Premier ministre australien affirme que le changement climatique est une ruse dirigée par les Nations Unies pour créer un nouvel ordre mondial sous le contrôle de l’agence. La déclaration a coïncidé avec une visite du négociateur climatique principal de l’ONU.

Maurice Newman, président du conseil consultatif d’affaires du Premier ministre Tony Abbott, a déclaré que l’ONU utilise de faux modèles qui montrent une augmentation continue des températures parce qu’elle veut mettre fin à la démocratie et imposer un régime autoritaire.

« C’est un secret bien gardé, mais il a été montré que 95 pour cent des modèles climatiques dont on nous dit qu’ils prouvent le lien entre les émissions humaines de CO2 et le réchauffement climatique catastrophique, après près de deux décennies de stagnation de la température, sont erronés, » écrit-il dans un article d’opinion publié dans le journal The Australian, vendredi, sans fournir de preuves.

« Le véritable agenda est l’autorité politique concentrée. Le réchauffement climatique est l’hameçon, » a t-il dit, ajoutant que l’ONU est contre le capitalisme et la liberté et veut créer un « nouvel ordre mondial ».

Les commentaires inflammatoires du conseiller ont coïncidé avec une visite de la Madame Climat de l’ONU Christiana Figueres.

Selon Newman, Figueres « a dit que la démocratie est un système politique peu efficace pour lutter contre le réchauffement climatique. La Chine communiste, dit-elle, est le meilleur modèle. »

Figueres était en Australie pour discuter de l’action pratique pour parer au changement climatique, exhortant le pays à abandonner la production très polluante de charbon. Elle a également exhorté l’Australie à jouer un rôle de premier plan au sommet sur le climat à Paris en décembre.

Mais cet appel est peu susceptible d’être entendu. Lors de la réunion du G20 de novembre à Brisbane, Abbott a averti que le sommet de Paris serait un échec si les dirigeants du monde décident de prioriser la réduction des émissions de carbone sur la croissance économique.

Abbott, qui a appelé la science derrière le changement climatique « merde » en 2009, a également abrogé une taxe sur le prix du carbone et a aboli le corps consultatif indépendant de la Commission climatique en Australie.

Le Premier ministre a été réticent à prendre part à la politique de changement climatique, essayant mais échouant à faire en sorte qu’elle ne figure pas à l’ordre du jour du sommet du G20 de l’an dernier.

Tant le bureau d’Abbott que les Nations Unies ont jusqu’ici refusé de commenter les déclarations de Newman.

Sceptique bien connu du changement climatique, Newman a fait des commentaires provocateurs similaires dans le passé, appelant la notion un « mythe » et une « illusion ».

En février, il a critiqué les politiques d’énergies renouvelables. Citant l’organisation caritative britannique Age UK, il a déclaré que les personnes âgées en Grande-Bretagne meurent souvent de « décès hivernal », car elles ne peuvent pas se payer l’électricité. Il a blâmé les politiques d’énergies renouvelables, qui font grimper les prix de l’énergie.

Cependant, lorsqu’on l’a interrogé sur sa déclaration par The Guardian, l’organisme de bienfaisance a envoyé une déclaration qui référençait des coûts élevés de l’énergie, mais omettait de mentionner quoi que ce soit à propos des énergies renouvelables.

Juste quelques mois plus tôt, en novembre 2014, Newman a cité une étude écossaise commandée par le gouvernement qui aurait dit que pour chaque emploi dans le secteur des énergies renouvelables, 3,7 emplois ont été perdus ailleurs. Cependant, le rapport lui-même ne fait aucune mention qu’il a été commandé par le gouvernement. En fait, le gouvernement a appelé l’étude « trompeuse », ajoutant que l’industrie aurait en fait l’effet inverse sur les emplois.

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de l’ONU, la température moyenne de la planète pourrait augmenter de 4,8 ° Celsius (40,6 ° Fahrenheit) durant ce seul siècle. La prédiction est considérée comme une recette pour les sécheresses, les inondations et la montée des eaux.

Source : http://rt.com/news/256861-climate-change-un-hoax/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.