Racisme anti-blanc et guerre civile

Exercice de guerre civile à Val-de-Reuil-Louviers : le silence politico-médiatique.

Total silence sur les chaînes d’info en continu : c’est par le site francoisdesouche.com que nous avons appris l’attaque en règle dans la nuit du jeudi 27 au vendredi 28juin du commissariat de police de Val-de-Reuil-Louviers dans l’Eure.

Une trentaine d’individus cagoulés armés de gourdins ont en effet longuement tenté d’y pénétrer aux cris de Allah Akbar ou vociférant notamment « Bande d’enculés de Français, on va vous cramer ! ».

Cela n’a pas suscité le centième de l’indignation entraînée par la dérisoire crevaison de trois ballons sur un stand de propagande LGBT par quelques jeunes garçons sans doute non-conformistes, peut-être fatigués de l’incessant matraquage de la propagande pour les particularismes affectifs ou sodomites.

Si les autorités universitaires, civiles et religieuses se sont liguées dans une vertueuse indignation contre les si abominables creveurs de ballons de la Roche-sur-Yon, on ose croire que la police de Val-de-Reuil-Louviers ne recevant pas pareille expression d’aussi vaste solidarité contre ses agresseurs racistes se sera employée à les identifier, chose facile pour elle, et à déposer plainte.

L’AGRIF naturellement se portera aussitôt partie civile.

Source : http://www.lagrif.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=153:exercice-de-guerre-civile-a-val-de-reuil-louviers-le-silence-politico-mediatique&Itemid=385

Valence : la sauvagerie raciste d’adolescents « anti-blancs » et anticatholiques imprégnés des « idées » d’Houria Bouteldja.

D’abord les faits : on apprend que quatre adolescents de 11 à 13 ans meneurs d’un groupe d’agresseurs « présumés » d’élèves de L’Institut Notre-Dame à Valence (Drôme) ont été enfin identifiés par la police. À la clé, de dérisoires mesures de surveillance.

Depuis des semaines, cette bande faisait régner la terreur aux abords de l’établissement par des agressions à répétition, insultes, crachats, passage à tabac, contre des élèves rentrant seuls chez eux.

Les quatre meneurs, blacks et beurs, ont déclaré que leur objectif était de « casser du gwer », terme dérivé du mot arabe « gaouri » signifiant « le blanc » et désormais de plus en plus usité dans les faunes racistes des quartiers de moins en moins sûrs pour les Européens.

Il faut ne rien savoir de l’idéologie et de l’action d’Houria Bouteldja, la présidente algérienne mais vivant en France, du parti des indigènes de la République, théoricienne du racisme antiblanc et inspiratrice de Nique la France pour ne pas être frappé par la pénétration de ses appels à la haine chez des jeunes barbares tels ceux de Valence. Comme il en est hélas un peu partout parmi une jeunesse révélatrice de l’échec global d’une Éducation Nationale largement anarcho-gauchisée, de moins en moins éducatrice et plus du tout nationale.

L’AGRIF  va bien sûr charger un de ses avocats de suivre cette affaire.

Source : http://www.lagrif.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=154:valence-la-sauvagerie-raciste-d-adolescents-antiblancs-et-anticatholiques-impregnes-des-idees-d-houria-bouteldja&Itemid=385



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.