Qu’est-ce que l’information ?

Théorie de l’information

La forme la plus forte d’argument scientifique est l’application des lois naturelles de manière à exclure un processus ou une occurrence.

Les lois naturelles de l’information et leurs conséquences (1):

Tous les êtres vivants contiennent une quantité absolument inimaginable d’informations. Le système conceptuel de l’évolution ne pourrait fonctionner que si l’information pouvait être produite dans la matière par des processus aléatoires. Cette information est absolument nécessaire, car tous les plans de tous les individus et tous les processus complexes dans les cellules vivantes (par exemple, la synthèse des protéines) sont contrôlés par l’information.

Les huit thèses suivantes présentent des arguments fondés sur les lois naturelles de l’information. Ces lois naturelles sont tirées de l’observation. Elles excluent la possibilité que toute information – y compris l’information biologique – puisse éventuellement provenir de la matière et de l’énergie sans l’intermédiaire d’un auteur intelligent. Elles exigent un créateur conscient avec une volonté et la capacité d’engendrer l’information biologique.

Qu’est-ce qu’une loi naturelle?

Le terme loi naturelle est utilisé lorsque la validité générale de principes énoncés concernant le monde observable peut de façon répétée et reproductible être confirmée. En sciences, les lois naturelles sont les principes qui jouissent du plus haut degré de confiance.

Les lois naturelles …

– … Ne connaissent aucune exception.
– … Ne changent pas au fil du temps.
– … Existent indépendamment de leur découverte et formulation par les humains.
– … Peuvent toujours être appliquées avec succès à des cas encore inconnus.
– … Fournissent une réponse à la question de savoir si oui ou non un processus conçu est vraiment possible.

Il s’agit d’une application particulièrement importante des lois naturelles.

Les lois normalement classées comme des lois naturelles sont les lois de la physique et de la chimie. Cependant, notre monde contient également des entités immatérielles telles que l’information, la volonté, et la conscience. Les personnes qui sont d’opinion que le monde peut être décrit en termes de valeurs matérielles limitent leur champ de conscience.

En utilisant le concept présenté ici, une tentative sera faite pour la première fois de formuler également des lois naturelles pour des valeurs non matérielles. Étant donné que ces lois répondent aux mêmes critères rigoureux que les lois naturelles pour les valeurs matérielles, les conclusions tirées sont tout aussi instructives et valides.

Qu’est-ce que l’information?

« L’information c’est de l’information, pas de la matière, ni de l’énergie », est une déclaration souvent citée faite par le mathématicien américain Norbert Wiener. Sa déclaration contient un élément très important: l’information n’est pas une entité matérielle.

index_thesesen_informationtheory_1

Imaginez la surface lisse d’une plage de sable fin où j’écris des phrases avec mon doigt. Le contenu de l’information des phrases peut être compris. Puis j’efface les informations en brossant le sable avec ma main. Puis j’écris des phrases différentes dans le sable, en utilisant le même matériau pour présenter l’information comme avant. La suppression et la réécriture des phrases n’a à aucun moment changée la masse du sable, bien que différentes informations aient été présentées à des moments différents. Ainsi, l’information elle-même n’a pas de masse. Nous aurions pu faire les mêmes considérations en utilisant le support de stockage d’un ordinateur.

Nous en concluons donc que l’information n’est pas une propriété de la matière.

Norbert Wiener nous a dit ce que l’information n’est pas. Alors, qu’est t-elle vraiment? Parce que l’information est une entité immatérielle, son origine ne peut être expliquée sur la base des processus matériels. Quel est le facteur déclencheur qui produit des informations? Qu’est-ce qui nous pousse à écrire une lettre, une carte postale, des félicitations, un journal, etc…? La condition la plus importante c’est notre volonté propre ou la volonté de l’agent qui nous dirige. L’information est toujours fondée sur la volonté de l’émetteur de l’information. Elle n’est pas constante, elle peut être étendue intentionnellement ou déformée et détruite par des influences perturbatrices.

Nous en concluons donc que l’information ne peut résulter que d’un acte de volonté ou d’une intention.

Les lois naturelles de l’information:

Afin de décrire les lois naturelles de l’information, une définition appropriée et précise est nécessaire qui nous permettra de décider de manière fiable si un système inconnu en relève ou non.

La définition suivante permet une juste attribution: L’information est toujours présente si les cinq niveaux hiérarchiques suivants se retrouvent dans un système observable: statistique, syntaxique, sémantique, pragmatique, et apobétique (but).

Statistique (caractères): Il doit y avoir des caractères pour la représentation matérielle (par exemple, des lettres, des aimantations sur un disque dur, des paires de bases d’ADN, ou un spectre sonore) qui peuvent être enregistrés sous forme de statistiques. Quelles lettres individuelles (par exemple, a, b, c…z ou G, C, A et T) sont utilisées? Quelle est la fréquence d’apparition de certaines lettres et mots? Claude Elwood Shannon, mathématicien et fondateur de la théorie de l’information, a développé un concept fondé sur ce seul niveau le plus bas (2) (3).

Syntaxique (code): Les caractères sont arrangés en fonction de certaines règles syntaxiques dans une grammaire. Ce deuxième niveau ne concerne que les systèmes de caractères eux-mêmes (code) et les règles régissant la façon dont les signes et les séquences de signalisation sont juxtaposés (grammaire, vocabulaire), par lesquels cela se produit indépendamment de toute interprétation.

Sémantique (signification): Les règles régissant les séquences de caractères et la syntaxe sont la condition sine qua non pour la présentation de l’information. Toutefois, l’aspect décisif pour qu’un morceau d’information soit transmis c’est sa sémantique, le message, la déclaration, le sens, et la signification. Par exemple, « GGA » dans le système de code pour les cellules vivantes représente une molécule de glycine.

Pragmatique (volonté): L’information exige de l’action. Il est sans conséquence ici que le destinataire de l’information fasse ce que l’émetteur de l’information veut, réagisse en faisant le contraire ou ne réponde pas du tout. Chaque cas de transmission d’informations est couplé à l’intention de l’envoyeur afin d’initier une action donnée.

Apobétique (but): Le dernier et le plus haut niveau d’information est l’apobétique (aspect téléologique, aspect but). L’aspect apobétique de l’information est le plus important de tous, car il pose des questions sur l’intention de l’émetteur. Toute information intelligente recèle une intention, c’est à dire, poursuit un but.

Références:

(1) Werner Gitt, Am Anfang war die Information, 3. überarbeitete und erweiterte Auflage 2002, Hänssler-Verlag, Holzgerlingen.
(2) Ref. (1), pages 294–311.
(3) Claude E. Shannon, A mathematical theory of communication, Bell System Technical Journal 27, juillet et octobre 1948, pages 379–423 et 623–656.

Quatre lois naturelles en rapport avec l’information (NLI):

NLI-1: Une variable matérielle ne peut pas produire une variable non-matérielle:

C’est une expérience générale que, les pommiers produisent des pommes, les poiriers des poires et un chardon des graines de chardon. De la même façon, les chevaux engendrent des poulains, les vaches des veaux et les femmes des enfants humains. De la même manière, nous observons qu’une variable matérielle ne produit jamais rien de non-matériel. (Le terme « non-matériel » est utilisé ici au lieu d’immatériel afin de souligner la différence avec le matériel.)

NLI-2: L’information est une variable fondamentale non-matérielle:

La réalité dans laquelle nous vivons peut être séparée en deux divisions fondamentalement différentes, à savoir le monde matériel et le monde non-matériel. La matière possède une masse qui peut être pesée au sein d’un champ gravitationnel. En revanche, toutes les variables non matérielles (par exemple, l’information, la conscience, l’intelligence, la volonté) n’ont pas de masse. Il faut se rappeler, toutefois, que la matière et l’énergie sont nécessaires pour stocker et transmettre des informations.

NLI-3: L’information ne peut être produite dans les processus statistiques:

Les processus statistiques sont des processus purement physiques ou chimiques qui suivent leur cours sans l’influence d’une intelligence directrice. Aucune information qui répond à notre définition ne peut être produite dans de tels processus.

NLI-4: L’information ne peut être produite que par un expéditeur intelligent:

Contrairement à un émetteur mécanique, un émetteur intelligent possède la conscience. Il a une volonté propre, est créatif, pense de façon indépendante et agit de manière ciblée.

Un certain nombre de lois naturelles particulières peuvent être dérivées de la loi naturelle générale NLI-4:

NLI-4a: Chaque code est fondé sur un accord mutuel entre l’émetteur et le récepteur.

– NLI-4b: Il ne peut y avoir de nouvelles informations sans émetteur intelligent.

– NLI-4c: Chaque chaîne de transmission d’informations peut être retracée à un émetteur intelligent.

– NLI-4d: L’attribution de sens à un ensemble de symboles est un processus mental qui exige de l’intelligence.

Trois remarques d’importance essentielle:

– R1: Les machines techniques et biologiques peuvent stocker, transmettre, décoder et traduire l’information sans en comprendre le sens. Ces cas sont couverts par la NLI-4.

– R2: L’information est la base non-matérielle pour tous les systèmes biologiques et technologiques.

– R3: Un support matériel est nécessaire pour stocker des informations.

Les huit conclusions suivantes sont tirées grâce aux lois naturelles de l’information (NLI).

Huit conclusions de grande portée:

Les lois naturelles NLI-1 à NLI-4 sont fondées sur l’expérience. Maintenant, nous pouvons les appliquer de façon bien dirigée et efficace. Ceci nous conduira à huit conclusions répondant aux questions basiques.

Étant donné que ces questions dépassent les limites de la démarche scientifique et les processus de pensée, nous avons besoin d’une source d’information plus élevée avant que nous puissions aller au-delà de ces limites. Cette source d’information plus élevée est la Bible. Dans les textes qui suivent, nous allons d’abord formuler la conclusion brièvement, puis expliquer sa raison en appliquant les lois naturelles de l’information, puis finalement fournir la référence biblique confirmant la conclusion ou même allant au-delà.
76 Information intelligente
77 L’émetteur omniscient
78 L’émetteur puissant
79 L’émetteur non-matériel
80 Réfutation du matérialisme
81 Réfutation de la théorie du big bang
82 Abiogenèse et macroévolution
83 Preuves anciennes et modernes de l’existence de Dieu

 

Source : http://www.0095.info/en/index_thesesen_informationtheory.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.