Quand un journaliste balance les liens de Michel Fourniret avec la Franc-Maçonnerie

Quand un journaliste balance les liens d’un tueur en série avec la Franc-Maçonnerie.

« Il y a beaucoup de mythes autour de l’affaire Fourniret, il y a beaucoup de tabous, notamment l’appartenance de Michel Fourniret à la franc-maçonnerie, au Grand Orient de France dans la Loge des Frères unis inséparables, ça je vous l’annonce. Mon livre devait sortir il y a déjà un an dans une maison d’édition belge, des gens se sont interposés, mon téléphone a chauffé, on m’a interdit de dire ça, pourquoi ? Ça a déclenché des réactions hystériques, si cela n’évoque rien pourquoi se mettre dans de pareils états ? Pourquoi m’empêcher de sortir ce livre ? Donc évidemment moi j’ai refusé l’autocensure, j’étais moi-même membre de la franc-maçonnerie, j’aurais très bien pu faire preuve d’une solidarité aveugle, j’ai refusé en tant que journaliste je suis journaliste avant tout… »

Ce journaliste ignore peut-être que la franc-maçonnerie est une double organisation…

« La franc-maçonnerie est une fraternité cachée dans une autre fraternité : une organisation visible cachant une fraternité invisible des élus… Il est nécessaire d’établir l’existence de ces deux ordres séparés et pourtant interdépendants, l’un visible, et l’autre invisible. L’organisation visible est une splendide camaraderie composée « d’hommes libres et égaux, » qui se consacrent à des projets éthiques, éducationnels, fraternels, patriotiques et humanitaires. L’organisation invisible est une fraternité secrète, des plus augustes, majestueuse de dignité et de grandeur, dont les membres sont consacrés au service d’un mystérieux « arcanum arcandrum, » c’est-à-dire d’un mystère caché. » (Manly P. Hall, Lectures On Ancient Philosophy, page 433).

Albert Mackey, maçon du 33e degré et auteur de l’informative « Encyclopédie de la franc-maçonnerie », 1873, confirme la révélation de Hall :

« La maçonnerie visible : dans une circulaire publiée le 18 mars 1775, par le Grand Orient de France, il est fait référence à deux divisions de l’Ordre, à savoir, la maçonnerie visible et invisible … par « maçonnerie invisible », ils signifiaient ce corps de maçons intelligents et vertueux qui, indépendamment de toute connexion avec les autorités dogmatiques, constituaient une « mystérieuse et invisible société des vrais fils de la lumière », qui, éparpillés dans les deux hémisphères, se sont engagés, d’un seul cœur et d’une seule âme à tout faire pour la gloire du Grand Architecte et pour le bien de leurs semblables ».

One thought on “Quand un journaliste balance les liens de Michel Fourniret avec la Franc-Maçonnerie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.