Qanon « idiot utile » du régime communiste chinois ?

Le manifestant accusé d’être entré illégalement dans le Capitole américain surnommé le « chaman QAnon », Jacob Chansley (au centre), et d’autres manifestants devant la chambre du Sénat du Capitole américain à Washington, le 6 janvier 2021 (Win McNamee/Getty Images)

Une note des services du renseignement français, dont les éléments les plus saillants viennent d’être publiés dans les colonnes du JDD, jette une lumière crue sur la mouvance Qanon. On y découvre l’anatomie complexe d’une nébuleuse agrégeant des convictions diverses et obscures, dans un corps protéiforme dont certains membres vont aujourd’hui jusqu’à préparer des « projets de coup d’État et d’autres actions violentes. »

Alimentées par des révélations comme celles de l’affaire Epstein, des réseaux d’influence du clan Clinton aux États-Unis, de l’installation du « passe sanitaire », ces théories se sont cristallisées sur une base de vérité pour rapidement perdre pied et intégrer sans discernement les rumeurs les plus absurdes. Elles accrochent aujourd’hui aussi bien une large frange de survivalistes voyant dans la marche du monde actuel une folie insoutenable, que des citoyens qui ne trouvent d’explication possible à l’actualité Covid que dans l’existence de forces perverses liguées contre l’humanité.

Pourtant issu de personnalités considérées comme libertariennes, Qanon a progressivement déployé dans ses messages une version psycho-techno-ésotérique parfois proche de l’idéal marxiste de lutte des classes. L’ancien président Donald Trump a subi, plutôt qu’il n’en a bénéficié, le fait d’être l’homme dit providentiel de la mouvance Qanon : cette mise en avant a offert à ses opposants les munitions pour le qualifier, lui, de danger pour la démocratie, et ses partisans, d’extrémistes.

Début 2021, plus de 50% des publications Qanon sur Facebook sont originaires de Chine

Comment expliquer la montée en force du mouvement ? Dans son remarquable rapport « Les Opérations d’influence chinoise », l’Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire révèle que la Chine serait l’acteur étatique « le plus impliqué dans l’amplification des récits Qanon sur Facebook. » Début 2021, plus de la moitié des publications Qanon sur Facebook étaient ainsi originaires de Chine. Le rapport reprend à son compte les conclusions de ses collègues du Soufan Center, pour qui, à travers Qanon, « l’objectif de la Chine est très probablement de semer la discorde et la division au sein de la population. »

Le raffinement de la stratégie guerrière du parti communiste chinois va donc jusqu’à ce point : après le niveau élémentaire d’infiltration à l’étranger, qui par la corruption et la propagande fait taire toutes les voix critiques, vient un autre niveau de manipulation. Dans celui-ci, le régime chinois crée et fait vivre autant de diversions publiques que possible en amplifiant et alimentant des mythes urbains. Mais le travail de sape ne s’arrête pas là. L’avant-dernier niveau de cette stratégie du régime chinois est de créer tous les éléments pour une flambée de guerres civiles : lutte des minorités sexuelles ou ethniques, lutte des modestes contre les nantis, des gouvernés contre les gouvernants… Peu importe le sujet, il peut être manipulé, amplifié, hystérisé par l’armée des trolls du parti, jusqu’à faire abandonner toute raison et toute capacité d’échange apaisé. La dernière étape est bien sûr, dans des sociétés affaiblies parce qu’en lutte contre elles-mêmes, l’arrivée triomphante du communisme mondial.

Tous ceux et celles qui refusent d’être les marionnettes d’une « doxa », d’un « diktat », d’un « patriarcat » et trouvent refuge aussi bien dans le « woke » que dans Qanon devraient donc prendre garde à ne pas devenir involontairement les idiots utiles de forces étrangères. C’est dans la capacité à voir que les opinions sont fragiles et ne définissent pas en profondeur qui nous sommes, que se trouve peut-être une partie du chemin vers une meilleure compréhension d’autrui. C’est aussi dans le doute et la remise en cause critique des grands bruits – d’où qu’ils viennent – qu’un peu de lumière doit pouvoir se faire pour identifier les dangers auxquels fait face l’humanité.

Source : https://fr.theepochtimes.com/qanon-idiot-utile-regime-communiste-chinois-1867491.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.