Pourquoi « l’immunité naturelle » est un problème politique pour le régime

Depuis 2020, les technocrates de la santé publique et leurs alliés parmi les élus s’accrochent à la position selon laquelle absolument toutes les personnes susceptibles d’être vaccinées contre le covid devraient l’être.

Le site de la Mayo Clinic et celui des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), par exemple, insistent sur le fait que « la recherche n’a pas encore montré » que les personnes qui se sont remises du covid ont une sorte de protection fiable. En outre, la page des CDC renvoie à une seule étude réalisée dans le Kentucky, selon laquelle les personnes présentant une immunité naturelle ont deux fois plus de risques de contracter à nouveau le covid, par rapport aux personnes vaccinées.

Ce récit se reflète dans le fait que les mandats de vaccination de l’administration Biden sont une politique de taille unique insistant sur le fait que pratiquement tous les adultes, qu’ils aient ou non déjà eu la maladie, reçoivent un vaccin contre le covid. La position officielle est apparemment la suivante : rien d’autre que le vaccin ne peut apporter une quelconque résistance ou immunité. Il faut donc se faire vacciner. Pas d’exception !

Les technocrates de la santé ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que « la science » indique sans ambiguïté que tout le monde doit être vacciné, au point même de pousser à la vaccination des enfants. Tout cela en dépit du fait que le risque que représente le covid pour les enfants est bien moindre que celui d’une douzaine de risques quotidiens courants, comme la conduite d’une automobile.

Le régime s’est étroitement attaché à une politique de vaccination de tout le monde, quelle que soit la situation, et un revirement soudain serait politiquement problématique. Il n’est donc pas étonnant que le sujet suscite si peu d’intérêt.

En effet, dans une interview du 10 septembre, le technocrate en chef de la pandémie de covid, Anthony Fauci, a affirmé que la question de l’immunité naturelle n’était même pas discutée dans les agences gouvernementales de santéLa réponse de Fauci laissait entendre que les faits relatifs à l’immunité naturelle méritaient d’être discutés à un moment donné dans le futur. Mais ce commentaire correspondait néanmoins au discours dominant du régime : les faits relatifs à l’immunité naturelle n’ont pas d’importance pour le moment. Tout le monde devrait simplement se faire vacciner :

Sanjay Gupta de CNN a demandé si les personnes qui se sont déjà remises du COVID-19 devraient quand même être obligées de se faire vacciner.

« Je n’ai pas de réponse vraiment ferme à vous donner à ce sujet », a déclaré [Fauci] jeudi sur CNN. « Je pense que c’est quelque chose dont nous devons nous asseoir et discuter sérieusement ».

Peut-être qu’un jour, ils arriveront à en parler.

Mais certains médecins ne sont pas aussi obsédés par l’obligation vaccinale qu’Anthony Fauci, et les preuves en faveur de l’immunité naturelle deviennent si indéniables que même les publications grand public commencent à l’admettre.

Dans une tribune publiée la semaine dernière dans le Washington Post, Marty Makary, de l’école de médecine Johns Hopkins, affirme que la profession médicale a nui à sa crédibilité en prétendant que l’immunité naturelle n’a pratiquement aucun rapport avec l’équation des covidés. En outre, la position dogmatique « faites-vous vacciner » constitue un manque d’honnêteté à l’égard des données. Au contraire, Makary conclut :

[Nous] pouvons encourager tous les Américains à se faire vacciner tout en restant honnêtes vis-à-vis des données. Dans mon expérience clinique, j’ai constaté que les patients sont extrêmement indulgents à l’égard de l’évolution des données si vous êtes honnête et transparent avec eux. Pourtant, lorsqu’on leur pose la question courante « Je suis guéri du covid, est-il absolument essentiel que je me fasse vacciner ? », de nombreux responsables de la santé publique mettent de côté les données et répondent par un « oui » synchronisé, alors même que les études ont montré que les réinfections sont rares et souvent asymptomatiques ou légères lorsqu’elles se produisent.

Et quelles sont ces études ? Makary poursuit :

Plus de 15 études ont démontré le pouvoir de l’immunité acquise en ayant déjà eu le virus. Il y a deux semaines, une étude israélienne portant sur 700 000 personnes a révélé que les personnes qui avaient déjà été infectées avaient 27 fois moins de risques de contracter une deuxième infection symptomatique du covid que celles qui avaient été vaccinées. Ces résultats confirment une étude menée en juin par la Cleveland Clinic auprès de professionnels de santé (souvent exposés au virus), dans laquelle aucune personne ayant déjà été testée positive au coronavirus n’a été réinfectée. Les auteurs de l’étude ont conclu que « les personnes qui ont eu une infection par le SARS-CoV-2 ont peu de chances de bénéficier de la vaccination par le covid-19. » Et en mai, une étude de l’université de Washington a révélé que même une infection légère au covid entraîne une immunité durable.

Le parti pris politique en faveur des vaccins ignore également de nombreux autres faits, tels que les risques relatifs des vaccins, en particulier pour les jeunes :

La position actuelle des Centers for Disease Control and Prevention sur la vaccination des enfants rejette également les avantages de l’immunité naturelle. Le district scolaire du comté de Los Angeles a récemment rendu obligatoires les vaccins pour les élèves de 12 ans et plus qui veulent apprendre en personne. Mais les jeunes sont moins susceptibles que les adultes de souffrir de symptômes graves ou durables du covid-19, et ont connu de rares complications cardiaques dues aux vaccins. En Israël, une inflammation cardiaque a été observée chez 1 sur 3 000 à 1 sur 6 000 hommes âgés de 16 à 24 ans ; les CDC ont confirmé 854 rapports au niveau national chez des personnes âgées de 30 ans et moins qui ont reçu le vaccin.

Une deuxième dose du vaccin à ARNm à deux doses, comme celui produit par Pfizer et Moderna, pourrait même ne pas être nécessaire chez les enfants qui ont eu le covid. Depuis février, le ministère israélien de la santé recommande que toute personne, adulte ou adolescent, qui s’est remise du covid-19 reçoive une seule dose de vaccin à ARNm, au lieu de deux. Même si le risque de maladie grave lors d’une réinfection est extrêmement faible, certaines données ont démontré un léger avantage à une seule dose dans cette situation. D’autres pays utilisent une approche similaire. Les États-Unis pourraient adopter cette stratégie dès maintenant, ce qui constituerait une prochaine étape raisonnable dans la transition d’une politique d’exigence vaccinale trop rigide à une politique plus souple. À titre de comparaison, les CDC recommandent depuis longtemps aux enfants de ne pas recevoir le vaccin contre la varicelle s’ils ont déjà été infectés par cette maladie.

L’aveuglement non scientifique et idéologique à l’égard de l’immunité naturelle a également incité The BMJ (le journal de la British Medical Association) à noter que  » [l]orsque le déploiement du vaccin a commencé à la mi-décembre 2020, plus d’un quart des Américains – 91 millions – avaient été infectés par le SARS-CoV-2….. En mai dernier, cette proportion était passée à plus d’un tiers de la population, dont 44 % des adultes âgés de 18 à 59 ans. »

Et pourtant, les auteurs notent que ce fait ne semble pas faire partie des discussions politiques :

Le nombre substantiel d’infections, associé à la preuve scientifique croissante que l’immunité naturelle était durable, a conduit certains observateurs médicaux à se demander pourquoi l’immunité naturelle ne semblait pas être prise en compte dans les décisions concernant la priorité à accorder à la vaccination.

Ce problème se reflète dans la volonté de l’administration Biden de procéder à des rappels – annoncée à la mi-août – avant même qu’il n’existe la moindre recherche clinique sur les rappels. Même à la mi-septembre, comme l’a dit le médecin-chef d’un hôpital, « les données ne sont pas convaincantes dans un sens ou dans l’autre ».

Mais ce genre de détails ne dérange pas les responsables fédéraux de la « santé publique », et l’administration Biden s’est rapidement orientée vers la promotion des rappels pour tous.

C’est pourquoi il ne devrait pas y avoir de traitement médical obligatoire

Bien sûr, rendre les vaccins obligatoires – comme tout traitement médical – serait toujours immoral même si nous pouvions énumérer une douzaine d’études suggérant que les vaccins de rappel sont une bénédiction et que l’immunité naturelle n’est pas bonne.

Et s’il y avait vingt-cinq études « prouvant » que les vaccins sont meilleurs que l’immunité naturelle, mais seulement vingt études « prouvant » que l’immunité naturelle est meilleure ? Les décrets coercitifs de vaccination seraient-ils alors soudainement justifiés ? Malheureusement, c’est exactement la façon dont de nombreux défenseurs des politiques répressives en matière de vaccins pensent que le monde devrait fonctionner. Pour ces personnes, la politique n’est qu’une question d’additionner le nombre d’études « prouvant » que leur camp a raison, puis de prétendre que cela justifie d’imposer des médicaments obligatoires à des millions d’êtres humains.

(Cela ne fonctionne jamais en sens inverse, bien sûr. Le fait qu’il existe de nombreuses preuves – comme le souligne Makary – contre les vaccins pour ceux qui ont une immunité naturelle, le récit dominant est néanmoins que les vaccins sont « nécessaires » et « valent la peine » pour tout le monde, toujours et partout).

Dans le monde réel, cependant, de nombreux médicaments – y compris ces nouveaux vaccins – comportent des risques qui doivent être évalués par rapport aux avantages potentiels. Ces décisions ne peuvent être prises qu’au niveau individuel, où les patients doivent décider eux-mêmes des substances à introduire dans leur corps. En d’autres termes, les politiques générales proclamant que « tout le monde doit recevoir ce traitement médical immédiatement, sinon » contredisent les réalités des incertitudes et des niveaux de risque variables qui affectent les individus. Les réalités de l’incertitude et du consentement éclairé étaient autrefois considérées comme un pilier de l’éthique médicale – et de toute idéologie politique qui respecte réellement l’autodétermination et les droits humains fondamentaux. Malheureusement, la philosophie de la « santé publique » semble se désintéresser de telles trivialités.

À ce stade, il serait embarrassant pour le régime d’admettre ce que l’enquête scientifique a démontré : l’immunité naturelle est généralement supérieure au vaccin. Le régime n’aime pas être embarrassé, pas plus que les innombrables médecins et infirmières qui ont longtemps suivi la ligne politique du régime. Attendez-vous donc à ce qu’il en soit de même.

Source : https://www.aubedigitale.com/pourquoi-limmunite-naturelle-est-un-probleme-politique-pour-le-regime/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.