Orban : la migration de masse fait partie du « plan global » pour créer un « nouveau prolétariat »

S’exprimant lors de la 4e Conférence démographique de Budapest qui s’est tenue la semaine dernière, et organisée comme un forum sur les politiques en faveur de la famille et d’autres mesures pour inverser le déclin de la population sans recourir à l’immigration de masse, le premier ministre hongrois, Viktor Orbán s’est adressé aux participants, dont l’ancien vice-président des États-Unis  Mike Pence, le  président de la Serbie, le président serbe de Bosnie et les premiers ministres de Slovaquie et de Slovénie, ainsi que Marion Marechal et Éric Zemmour, notant que la cause du conservatisme national a « subi des pertes politiques importantes » ces dernières années. « Le président Trump n’a pas été en mesure de continuer son travail » aux Etats-Unis après janvier 2021, … « et Dieu sait ce qui va se passer en Allemagne ce dimanche » alors qu’Angela Merkel et théoriquement le parti de centre-droit pourrait être remplacés, aux élections nationales, par un parti de gauche au gouvernement qui inclurait peut-être le Parti communiste marxiste de gauche.

« Est-ce un problème que la population diminue ? » a-t-il demandé.

« L’Occident… il ne veut tout simplement pas se maintenir. Ne tournons pas autour du pot : certaines civilisations sont capables de se reproduire ; La civilisation occidentale est incapable de se reproduire, au point que je suis incapable de décider si c’est un problème. »

« Certains [les milliardaires de l’État profond et du Forum de Davos, ndlr ] sont d’avis que ce n’est pas un problème et soutiennent qu’en augmentant la productivité et en développant la technologie, moins de personnes seront en mesure de générer plus de biens, plus de biens publics. Fabrication mécanisée, intelligence artificielle, économie automatisée : le travail humain n’a plus d’importance. C’est la solution technocratique de la Silicon Valley  », a-t-il expliqué.

« Et il y en a d’autres qui ressentent le problème du déclin démographique et pour cela, ils veulent la migration. Ils croient que les peuples étrangers de terres lointaines devraient être déplacés et cela arrêtera le déclin démographique.  Mais la migration de masse… les millions de personnes qui ont été attirées ici sont fondamentalement un plan global pour la formation d’un nouveau prolétariat », a-t-il accusé, ajoutant que les promoteurs de cette vision du monde « ne prennent pas en compte l’aspect culturel de la démocratie ».

La migration, a expliqué Orbán, « est une question d’identité », et « un pays ne sera viable que si ses citoyens partagent largement les mêmes valeurs, sinon, la nation, le pays, s’effondrera… »

Le plan de la Hongrie pour inverser le déclin démographique en rejetant la migration de masse pour maintenir son identité culturelle et sa cohésion sociale, a déclaré Orbán lors de la conférence, repose sur le principe fondamental selon lequel « l’État doit protéger la famille et l’État doit éliminer tous les obstacles visant à empêcher l’établissement de familles » qui sont des éléments constitutifs de la société.

À la suite de ces politiques, a déclaré Orbán, « nous avons presque doublé le nombre de mariages » et avons bénéficié d’une « baisse de 41 % de l’avortement » depuis 2010.

« Je dois vous dire honnêtement, nous nous défendons, la Hongrie se défend, contre les attaques de la gauche occidentale ; ils s’attaquent au modèle familial traditionnel », a-t-il prévenu.

Ces attaques ne se sont pas contentées de prendre la forme de critiques directes des politiques économiques visant à permettre aux couples de fonder une famille, et de sauver le pays dans son ensemble d’une bombe à retardement, politiques qui sont souvent présentées assez naïvement comme un complot rétrograde pour transformer les femmes en  « machines à bébés », mais rentrent dans le cadre d’une volonté culturelle plus large de « relativiser la notion de famille ».

L’ « outil » préféré pour cela, a déclaré Orbán, est « les LGBTQ et le lobby du genre ».

Le dirigeant hongrois a fait l’objet d’attaques féroces et autoritaires de la part de la Commission européenne au sujet d’une législation récemment adoptée visant à résoudre ce problème en rendant illégale la promotion de contenus LGBTQ sur des sujets tels que le changement de genre pour les mineurs dans les écoles et dans les médias, mais il pense que la position hongroise n’est pas si éloignée de celle du public d’Europe occidentale.

« En Europe occidentale et à Bruxelles, personne n’a jamais interrogé les gens sur la propagande LGBTQI ou la migration », a-t-il déclaré.

« Lors de cette quatrième conférence démographique tenue à Budapest, a analysé un journaliste italien, Cesare Sacchetti, décrit par la gauche radicale italienne comme « le roi des complotiste », Viktor Orban a décrit très clairement le véritable objectif de l’immigration de masse. L’immigration en provenance des pays afro-asiatiques n’est pas un phénomène spontané. C’est un phénomène orchestré et dirigé par des ONG financées et par les institutions les plus représentatives de la conception mondialiste, comme les Nations Unies. L’idée est de créer une masse de personnes sans aucune identité. Orban a évoqué à cet égard la création d’une « nouvelle propriété ». C’est la conception originale du comte Kalergi, le noble autrichien qui était déjà financé par les Rothschild et les Warburg dans les années 1920. Kalergi espérait la construction d’États-Unis d’Europe peuplés non pas d’ethnies européennes traditionnelles mais plutôt de la fusion d’Africains, d’Asiatiques et d’Européens.

« C’est le prolétariat sans identité et sans culture dont parle Orban. C’est un plan de destruction scientifique de la véritable Europe et du monde occidental qui, par la sécularisation et la déchristianisation, a accéléré et favorisé ce processus de désintégration ethnique et culturelle. L’idéologie libérale-marxiste a pulvérisé l’idée de la famille naturelle, c’est-à-dire le pilier sur lequel toute l’Europe s’est toujours appuyée. Une fois ses fondements levés, l’Europe a commencé le voyage vers son autodestruction. Le mal de l’Occident n’est que cela. Ils n’ont pas d’enfants parce que la famille a été minée par une agression culturelle et une autre agression économique qui a privé les peuples d’Europe des moyens nécessaires pour subvenir aux besoins des enfants. Pour guérir, l’Occident n’a qu’une chose à faire. Débarrassez-vous de ces fausses valeurs imposées par le féminisme et le marxisme. Pour guérir, l’Occident doit revenir à ce qu’il a toujours été depuis plus de deux mille ans. »

Francesca de Villasmundo

Source : https://www.medias-presse.info/orban-la-migration-de-masse-fait-partie-du-plan-global-pour-creer-un-nouveau-proletariat/147210/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.