Non à la contestation sociale, oui à la contestation raciale

« L’émotion dépasse les règles juridiques » : Castaner ne sanctionnera pas les manifs contre le racisme

Bourdin à 4’40 : « Christophe Castaner, George Floyd, y aura des manifestations un peu partout en France aujourd’hui, obsèques de George Floyd aux États-Unis, est-ce que ces manifestations sont autorisées ? »

Castaner : « Alors elles ne le sont pas dans les faits parce qu’il y a le décret du Premier ministre dans le cas de la deuxième phase du déconfinement qui interdit les rassemblements de plus de 10 personnes, mais comme je l’ai dit hier dans mon discours, je crois que l’émotion mondiale, qui est une émotion saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent… »

Les Gilets jaunes comptent moins que les antiracistes. C’est la conclusion qui nous vient immédiatement à l’esprit après cette énième aberration du pseudo-ministre de l’Intérieur cornaqué par Nuñez, le grand flic sioniste. Rantanplan vient donc de décider que les manifs pro-racailles (Traoré ou Floyd) ne seront pas réprimées, ce que réclamaient les associations racialistes protégées par le pouvoir profond sioniste, qui donne accessoirement ses ordres à l’Intérieur.

La boucle est bouclée, et les Français enfermés : non à la contestation sociale, oui à la contestation raciale. « On » aura le droit de manifester bruyamment, de piller des magasins et d’insulter les flics pendant une manif de soutien à des racailles, mais on n’aura pas le droit de manifester pour ses droits, pour les droits de tous, pour les services publics, pour la souveraineté de la France et pour d’autres babioles sans importance pour le néolibéralisme ou la Banque.

Rien de nouveau en réalité sous le soleil d’un pouvoir visible complètement inféodé au pouvoir profond qui joue le chaos, qui joue tous les chaos pour neutraliser les revendications légitimes du peuple français : du pain, du boulot, de la libre expression.
La crise artificielle provoquée par le Covid ou plutôt par les ingénieurs sociaux cachés derrière le Conseil scientifique a donné l’occasion de briser l’échine économique du petit peuple, d’en faire l’obligé fiscal de l’État, et donc des banques puisqu’il va falloir rembourser toutes ces avances. Il n’y a pas de crédit gratuit et le capitalisme, qui est l’autre nom de l’usure, nous apprend que le crédit est toujours plus cher que le prêt. Un crédit abaisse, un crédit soumet, un crédit détruit. Il sera toujours temps de rembourser, pensent les Français, pendant que les prix montent à une vitesse affolante, et pendant que le chômage monte encore plus vite : la filière voiture, la filière aéronautique, la filière énergétique, toute notre industrie est en train de prendre l’eau, et c’est avec l’assentiment des corrompus de Bercy.

Chaos et soumission sont les deux maîtres mots de cette année 2020, qui a vu un pouvoir (visible et profond) très menacé reprendre la main après une ingénierie mondiale téchouvesque : il a fallu faire avaler au monde entier que la grippe saisonnière était la nouvelle peste, qu’il fallait ne plus bouger pendant 3 mois, ne plus se réunir, ne plus penser, car la Bête, le Virus, veillait, prêt à sauter à la gorge (et dans les poumons) du moindre récalcitrant.

La légende aura tenu trois mois et maintenant, les Français sont à poil devant le programme néolibéral qui va les démembrer : réforme des retraites, arrivée en force de BlackRrock pour capter l’épargne des peureux, vaccination obligatoire, soulèvement racial avec bénédiction de l’État contre soulèvement social, paralysie de la police (qui ne peut désormais plus neutraliser un délinquant et qui vit sous la menace d’une accusation de racisme pour toute interpellation de délinquant… en majorité « racisé » [1] !), tout est en place pour un grand 1984.

Rantanplan n’a pas peur de la contradiction

Et en cela il ressemble à son maître, le jeune sataniste Macron :

« Il est important que la justice soit la même pour tous. Mais la justice, ça n’est pas celle de l’émotion, ça n’est pas celle des réseaux sociaux, ça n’est pas celle des commentateurs, c’est celle du droit et des juges. »

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi 9 juin

« L’émotion mondiale, qui est une émotion saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent… »
Transmis aux Gilets jaunes et à leur émotion malsaine, qui apprécieront. La préférence antifrançaise a décidément le vent en poupe.

Bonus : le CV de George Floyd

En vrac : vol à main armé, deal et braquage à main armée contre le ventre d’une femme enceinte (Gefängnis veut dire prison)

Notes

[1] On ne parle pas ici des délinquants en col blanc ou des escrocs d’en haut comme ceux de la taxe carbone, qui étaient peut-être liés à la haute police et/ou à la haute politique… mais on ne les oublie pas !

Source : https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-emotion-depasse-les-regles-juridiques-Castaner-ne-sanctionnera-pas-les-manifs-contre-le-racisme-59706.html



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.