Métavers ou Matrix ?

Les critiques n’ont pas tort lorsqu’ils comparent le Métavers à Matrix. En fait, on peut dire que c’est pire, car dans Matrix les gens n’étaient pas conditionnés pour accepter leur servitude, mais étaient simplement élevés dans des cuves par des machines, sans avoir le choix de participer ou non à leur réalité alternative. Ce qui se passe dans la vie réelle, c’est que beaucoup voient où tout cela nous mène et pourtant ils embrassent avec enthousiasme leurs chaînes.

L’annonce par Facebook de la création d’un « métavers », un monde virtuel immersif qui tente de reproduire pratiquement tous les aspects du monde réel, ressemble effroyablement à l’univers fictif rendu célèbre par les films Matrix et Ready Player One. J’ai prévu l’émergence de quelque chose de ce genre à la fin de 2017, et j’ai averti mes lecteurs dans mon analyse sur le Métavers, même si je n’étais bien sûr pas la seule personne à prédire cette possibilité. Quoi qu’il en soit, le domaine de la science-fiction se transforme rapidement en une réalité dystopique qui pourrait finalement conduire au transhumanisme.

Vidéo (en anglais) non sous-titrée

The Metaverse and How We’ll Build It Together — Connect 2021

Le Métavers vise à créer une version virtuelle de presque tout, des interactions sociales à l’éducation, en passant par le commerce et les divertissements, qui ont tous été perturbés au cours de la « World War C » par les efforts « non coordonnés » de la communauté internationale pour contenir le Covid-19. Les cyniques ont spéculé, non sans raison, que l’inertie des événements récents était influencée par des scénarios préexistants élaborés par des membres idéologiques radicaux de l’élite mondiale, tels que ceux associés au Forum économique mondial (WEF) de Klaus Schwab. Ces forces ne reculeront devant rien pour « sauver l’humanité d’elle-même », comme elles semblent le voir sincèrement.

Dans leur esprit, les tendances du changement climatique et de la croissance démographique rapide se fondent en une crise existentielle qui ne peut être arrêtée que par les efforts antidémocratiques de l’élite « bien intentionnée » pour contrôler tous les aspects de la société. À cette fin, la crise du Covid-19 a été exploitée comme prétexte pour mettre en œuvre ce programme vieux de plusieurs décennies que j’ai développé dans mon article publié plus tôt dans l’année, intitulé Le Magicien d’Oz : la sombre réalité que l’État profond cache au monde [1] . L’objectif final semble être de garder les gens « volontairement » emprisonnés chez eux sous prétexte d’empêcher une autre « pandémie » et de « passer au vert » pour « sauver le monde ».

Il en résultera aussi très probablement l’élimination presque totale des produits alimentaires à base de viande, sauf pour cette même élite « bien intentionnée » qui aura le « privilège », en tant que « surveillants » de l’humanité, de s’adonner aux plaisirs que le reste de la population considérait comme acquis. La grande majorité sera probablement nourrie d’une forme de nourriture à base d’insectes [2] qui leur sera livrée par des coursiers qu’ils solliciteront via le Métavers. Cette réalité alternative (alt-reality) éduquera également presque tout le monde après un certain temps et deviendra un remplacement pour presque toutes les formes de vie quotidienne. Les implications de ce scénario sont profondes et méritent qu’on y réfléchisse.

À mesure que l’homme fusionne avec la machine et devient presque entièrement dépendant du Métavers, Facebook (qui se rebaptise « Meta ») obtiendra un monopole sur l’ensemble de l’humanité, monopole qui sera certainement exploité par le gouvernement américain pour étendre ses pouvoirs de surveillance à large spectre. Par exemple, la vidéo promotionnelle de Mark Zuckerberg expliquant le Métavers indique que ses gadgets de l’« Internet des objets » (IoT) scanneront l’intérieur des maisons de chacun. Ils seront toujours connectés, écouteront, observeront et stockeront toutes les formes de médias qui pourront être récupérés sur demande, sans parler de certaines actions qui seront « signalées » par des algorithmes d’IA ultra-intelligents.

Le tristement célèbre « Grand Reset » ou « Quatrième Révolution Industrielle » (GR/4IR) de Schwab prévoit le remplacement à grande échelle de l’humanité par des machines. Les personnes dont l’emploi a été supprimé pourraient subsister uniquement grâce à un « revenu de base universel » assuré par l’État. Le reste de la population devra s’adapter à la « nouvelle économie » du GR/4IR, ce qui pourrait s’avérer difficile. L’élite essaiera probablement aussi de « gérer » la croissance de la population et la consommation des ressources, ce qui, selon certaines personnes, pourrait être partiellement réalisé grâce aux conséquences inconnues des vaccins insuffisamment testés sur la santé et la reproduction à long terme.

La consommation peut être contrôlée par la « gestion » post-Covid (GR/4IR) de l’économie par l’État, par des moyens directs et indirects, ces derniers par l’intermédiaire des sociétés oligarchiques mandatées par l’État. Ce futur dystopique semble tout droit sorti d’un cauchemar pour beaucoup, et c’est là que le Métavers entre en jeu afin de « fabriquer du consentement ». Il tentera de le faire en fournissant suffisamment de distractions amusantes à travers ses « mondes » en constante évolution pour que, pour citer le WEF : « Vous ne possédiez rien et soyez (encore) heureux ». En d’autres termes, le Métavers est un mécanisme permettant de contrôler l’humanité tout au long du GR/4IR et après.

L’aspect surveillance mentionné précédemment entre à nouveau en jeu, puisque l’« excommunication » par Facebook d’une personne de sa plateforme pour des violations présumées de ses normes « politiquement correctes » reviendrait à exiler un transgresseur de règles préhistoriques dans la nature, en sachant pertinemment qu’il ne pourra probablement pas tenir longtemps tout seul sans le soutien de son « village » (Métavers). Il convient de mentionner que le WEF a également prédit que les gens « n’auront plus de vie privée » à l’avenir, ce qui sera certainement le cas avec le Métavers qui espionnera littéralement tout ce qu’ils disent et font, y compris pour avertir les autorités des « mauvaises pensées ».

J’ai écrit en mai que « la cyber-stasi de Biden supprimera toute dissidence numérique dans la dystopie de Biden », et le Métavers est l’évolution de cette tendance. À terme, la prochaine génération qui grandira dans un monde où le Métavers est omniprésent apprendra d’elle-même à ne pas violer ses « principes sacrés » du « politiquement correct », ce qui entraînera le développement de processus de pensée autocensurés (« double pensée ») dès le plus jeune âge, qui influenceront à leur tour le reste de leur vie. Sans parler de l’effet que cela aura sur la génération suivante, deux fois plus éloignée que celle qui n’a pas grandi dans le Métavers et qui était encore capable de penser librement.

Tout bien considéré, les critiques n’ont pas tort de comparer le Métavers à Matrix. En fait, on peut dire que c’est pire, car ceux qui étaient dans la matrice n’étaient pas conditionnés pour accepter leur servitude, mais étaient simplement élevés dans des cuves par des machines sans avoir le choix de participer ou non à leur réalité alternative. Ce qui se passe dans la vie réelle, c’est que beaucoup voient où tout va et pourtant ils embrassent avec enthousiasme leurs chaînes. D’autres se sentent impuissants après avoir supposé que ces forces d’élite sont invincibles et leurs plans inévitables. Alors que l’homme fusionne de plus en plus avec la machine, personne ne devrait jamais oublier que tout cela est dû à des idéologues radicaux.

Andrew Korybko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.