L’ONU se prépare-t-elle au « second verrouillage de la société » ? Mesures d’oppression dans le monde entier, obéissance et acceptation…

Sous l’impulsion de l’OMS, le groupe des directeurs médicaux des Nations unies à Genève (UNMD ) vient de publier une déclaration de consensus pour le personnel des Nations unies à Genève qui, pour l’essentiel, avertit le personnel des Nations unies des mesures plus strictes à prendre, comme le port du masque au bureau lorsque les distances de 2 mètres ne peuvent être respectées, ainsi que l’augmentation du travail à domicile, alors que ces conditions ont été assouplies en juin dernier.

Travailler à domicile signifie séparer les collègues les uns des autres, les relier par Zoom, mais PAS DE CONTACT HUMAIN. C’est le nom du jeu.

L’UNMD fait référence à la nouvelle réglementation du Canton de Genève, basée sur l’affirmation de la Suisse d’une augmentation constante des « infections » à Covid-19. Depuis le début du mois de juillet, les nouveaux « cas » ont dépassé la centaine par jour et ont même dépassé largement les 200 à la fin du mois de juillet et les 250 à la mi-août.

Le nombre de tests positifs aurait augmenté régulièrement et souvent de près de 10 % par jour. Aujourd’hui, de manière surprenante – disent-ils – 40 % des « cas » concernent des personnes âgées de 20 à 40 ans. Mais qui contrôle ?

– Est-ce un mandat de l’OMS de diversifier les statistiques, afin de mieux justifier la vaccination universelle et un autre verrouillage total ?

Nous savons maintenant que rien de tout cela, les masques, les « cas/infections », la quarantaine, le confinement, la vaccination ou toute autre mesure répressive n’ont rien à voir avec le virus COVID-19. Ce sont des moyens et des instruments permettant au Nouvel Ordre Mondial ( NOM ) de « former » la population à l’obéissance totale et au contrôle par la superpuissance invisible, ou l’état « profond et sombre ». L’OMS joue un rôle clé dans ces plans infâmes, car elle est toujours considérée par la plupart des gens et des gouvernements comme une autorité, en ce qui concerne la santé mondiale qui, malheureusement, a cessé de l’être il y a des décennies.

Le canton de Genève, où se trouvent d’ailleurs l’OMS et l’ONU, est le « pire » canton de Suisse, comptant pour environ un tiers de toutes les « infections ». C’est ce que disent les autorités suisses. Un porte-parole du ministère suisse de la santé a fait remarquer que « si Genève était un pays séparé, toute personne venant de Genève pour se rendre dans le reste de la Suisse devrait être mise en quarantaine ».

C’est effrayant !

C’est le niveau d’alarmisme qui règne – justifiant le port de masques obligatoires dans les lieux publics, les magasins et les zones fermées. Peu importe que les petits commerçants et les sociétés de vente au détail protestent vivement, car ils perdent rapidement des clients. Les gens ne veulent pas faire leurs courses avec des masques. Ils trouvent aussi que cela ne sert à rien. Ils migrent donc vers le commerce en ligne, en grande partie à l’étranger. Les pertes de vente au détail sont estimées à au moins 30 %. Il est déjà question de forcer la mascarade dans les rues. De même, un nouvel accent est mis sur la « distanciation sociale ». Les gens doivent être formés et on doit leur rappeler à chaque coin de rue de rester à l’écart des autres.

Une mascarade avec des gens qui marchent – à l’unissons – ou se tiennent à deux mètres l’un de l’autre.

Si un Martien voyait la race humaine, sans colonne vertébrale, sans amour-propre, suivant simplement les ordres de ce que la plupart des scientifiques sérieux considèrent comme la pire supercherie de l’histoire de l’humanité – il ou elle, le Martien, penserait que « la race humaine est devenue folle, qu’ils s’enferment dans l’oubli ». Sortons de cette belle planète bleue, mais vraiment folle ».

Et la population se déplace comme des zombies parce que les autorités le lui ordonnent, sous la menace d’amendes – contre tout bon sens. Mais les « zombies » ont été privés de tout sens commun pour pouvoir résister en grand nombre contre les mesures imposées. Ces restrictions, et bien d’autres contraintes, sont maintenant en place jusqu’au moins le 1er octobre 2020. C’est à peu près le début de la saison de la grippe 2020 / 2021 qui sera opportunément associée avec le COVID-19 – et justifiera un autre verrouillage de la société – ceci sans parler de la vaccination de masse, contre le COVID-19 et la grippe. Quarantaine, destruction des moyens de subsistance – une chute économique vers plus de pauvreté, plus de misère, plus de privation, plus de famine – plus de mort. Il ne s’agit pas de la mort causée par la grippe, mais la mort résultant de la structure socio-économique [qui s’effondre]. C’est exactement ce dont rêvent les fanatiques de l’eugénisme. Une anéantissement de la population mondiale.

L’OMS fait partie intégrante de cette coalition qui recommandent ces mesures, à condition qu’on lui dise de le faire. Par les « monstres invisibles », bien sûr. L’ONU est de la partie. Est-ce l’ONU qui a provoqué l’augmentation des chiffres croissants de covidés à Genève, afin qu’ils puissent préparer d’abord leur personnel, puis la population en général – dans le monde entier – à un nouveau verrouillage en octobre-novembre ? – Tout est possible.

Nous sommes dans une situation de longue durée, suggère le document des Nations unies. Et les autorités aussi (sic-sic), non seulement en Suisse, mais dans le monde entier. Regardez les mesures d’oppression tyranniques de Melbourne, du département de Victoria en Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l’Afrique du Sud, de la Thaïlande qui a fermé hermétiquement toutes ses frontières – l’Allemagne se prépare à un nouveau bouclage, bien qu’elle dise le contraire (malgré une forte résistance populaire), tout comme la France – et des États-Unis, État par État, qui luttent contre les troubles raciaux, les protestations du réveil, les mouvements Black Lives Matter (BLM) et les émeutes anti-police. Tous organisés et financés par les Soroses, les Rockefeller, les Ford, les Gates et d’autres fondations humanitaires « philanthropiques » plus oligarchiques. Le courant dominant ne peut même plus couvrir le chaos urbain américain.

Tous ces discours, prédictions, projections, menaces, contradictions, anarchie dans les villes – sont fabriqués dans le but non seulement de confondre, mais aussi de réprimer et de déprimer les gens. Le désespoir est une arme efficace. C’est un récit militarisé.

La « Déclaration de consensus du réseau des directeurs médicaux des Nations unies à Genève » commence par dire – « La récente augmentation des nouveaux cas » – sans jamais décrire ce qu’impliquent les NOUVEAUX CAS.

De nouvelles infections? De nouveaux cas positifs, mais sans symptômes? Des personnes malades? Des personnes hospitalisées? Des personnes décédées? – En fait, le taux de mortalité n’a pas du tout augmenté. Personne n’est mort de ces « nouveaux cas » ou « nouvelles infections ». Mais personne ne fait de rapport sur ce fait important.

Cela semble dramatique : un cas, une infection – mais personne n’ose poser aux autorités soi-disant pathétiques et corrompues des questions aussi cruciales. Personne ne demande d’explication sur la signification réelle de ces « chiffres en hausse » ? – Sont-ils augmentés en fonction de l’augmentation des tests ? Comment les tests sont-ils effectués ? Personne ne demande jamais comment les tristement célèbres et controversés tests d’amplification en chaîne par polymérase (PCR) sont effectués et analysés, et comment les résultats sont consignés dans les annales des statistiques, de manière à produire toujours plus de « cas de virus » ?

Le site web « Virology Down Under » rapporte un commentaire du professeur Martin Haditsch, écrit dans le ProMed-mail :

« À ma connaissance, une « infection » est définie comme la preuve d’un agent infectieux ET la preuve de la multiplication de cet agent dans l’organisme (OU la réponse inflammatoire associée qui peut être liée à cet agent). Par conséquent, ma question est la suivante : où le prélèvement a-t-il été effectué auprès des infirmières « asymptomatiques » ? La PCR, comme nous le savons tous, ne fait que détecter les acides nucléiques. Donc, si la multiplication ne peut être prouvée et qu’aucune réponse inflammatoire locale ou systémique n’est donnée, comment la « contamination » (qu’elle soit due à des parties inactivées du MERS-CoV ou même à des particules virales complètes) a-t-elle été exclue ? Ce n’est pas seulement une question sémantique, mais elle devrait avoir un impact sur le nombre de « cas » signalés. »

L’augmentation du nombre de « nouveaux cas » coïncide-t-elle avec une augmentation du nombre de nouveaux tests ?

Qui effectue les tests ?

Existe-t-il une entité indépendante qui contrôle les tests, les surveille, détermine qui est testé, quand et avec quelle fréquence les tests sont effectués – et communique les résultats ? Par exemple, les personnes qui sont testées plusieurs fois sont-elles également signalées plusieurs fois ?

Le CONSENSUS STATEMENT de l’UNMD n’est rien d’autre qu’un soutien à l’alarmisme mondialisé. Elle correspond à un programme, un énorme programme sinistre. Le port obligatoire d’un masque est la mesure la plus détestée imposée par l’état d’obscurité profonde – les maîtres invisibles qui font pression sur nous dans un schéma NWO. Ils le savent. Ils adorent cela. Ce sont des psychopathes. Et le port du masque est dangereux, dangereux pour la santé et le bien-être de chacun.

Dans la plupart des pays d’Europe, la nouvelle année scolaire vient de commencer. Dans de nombreux endroits, les élèves sont obligés de porter des masques, là où la « distanciation sociale » dans les salles de classe ne peut être respectée. De nombreux élèves ont été interrogés dans toute l’Europe – et probablement aussi sur d’autres continents. Leur réponse est presque unanime : les masques sont inconfortables, la concentration faiblit au bout de deux heures environ, nous sommes épuisés le soir et avons souvent des maux de tête. Il n’est donc pas étonnant que respirer son propre CO2 au lieu de l’oxygène ne soit pas très sain.

Le port forcé du masque est un élément important de la Grande transformation ou de la Grande remise en état, prévue par le FMI et le Forum économique mondial (WEF), qui sera officiellement « déployée » à Davos, en Suisse, en janvier 2021. Il s’agit d’un programme de rééducation par les rituels. Le port du masque est un rituel sur l’acceptation comportementale. C’est un rituel d’initiation à l’obéissance. Plus vite et plus facilement vous acceptez le masque, plus vite vous êtes accepté – accepté dans la société. La plupart des gens veulent être acceptés. Cela les met à l’aise, peu importe à quel point cette acceptation est inconfortable et basée sur des mensonges.

Regardez les 4 premières minutes de cette vidéo.

Ensuite, il y a les quelques personnes qui résisteront, qui ne se soucient pas de l’acceptation. Ils résistent avec acharnement. Le système de la tyrannie fait en sorte qu’ils soient socialement discriminés et exclus de la « société » ; ce sont des laissés-pour-compte de la société. Ils sont considérés comme des monstres, des propagateurs de maladies, discriminés, exclus. C’est le vieux « diviser pour mieux conquérir ». Votre ami de longue date est soudainement devenu votre ennemi. Des familles, des groupes, des clubs, des sociétés entières sont divisés et amenés à se mépriser les uns les autres – division selon la « ligne rituelle ».

C’est étonnant comment cela fonctionne pour les masques. Attendez de voir comment cela fonctionne pour la vaccination – un autre rituel est en préparation, car nous ignorons ce qui nous attend dans les 5 à 10 prochaines années. Pensez à l’Agenda ID2020 et à l’Agenda 2030 – sous le déguisement onusien des objectifs de développement durable.

Nous ne sommes pas encore condamnés. Mais nous devons agir rapidement et avec détermination, à l’unisson et de manière solidaire. Réinventons la solidarité.

Source : https://fr.sott.net/article/36041-L-ONU-se-preparet-elle-au-second-verrouillage-de-la-societe-Mesures-d-oppression-dans-le-monde-entier-obeissance-et-acceptation



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.