L’information biologique en état de dégénérescence progressive

http://www.icr.org/article/8194/

D’éminents scientifiques réfutent l’évolution


par Brian Thomas, M.S. *
L’information de la vie est dans un état de dégénérescence progressive, pas d’évolution, selon au moins huit papiers techniques publiés dans les proceedings d’un colloque unique appelé Biological Information: New Perspectives.1 Ses 23 rapports provenant de 29 auteurs différents ont montré la quasi-impossibilité de la construction par la sélection darwinienne d’information génétique biologiquement significative.Le troisième de trois grands thèmes du symposium s’est concentré sur « Les difficultés dans la prévention de l’érosion de l’information biologique », selon un synopsis utile des proceedings du Symposium.2
Michael Behe, célèbre pour son livre La boîte noire de Darwin, a examiné les rapports de mutations qui ont conduit à de nouvelles fonctions.Même ceux-ci ont toujours conduit à une perte globale de l’information biologique. Mais prises dans leur ensemble, la plupart des mutationsprovoquent une perte de fonction, comme une mutation qui supprime la capacité d’une enzyme à manipuler un sucre particulier. La perte de la capacité à manipuler ce sucre peut en fait aider l’organisme à survivre, par exemple, où son enzyme pourrait prendre un produit chimique toxique qui imite le sucre. Le synopsis dit, « parce que les mutations causant une perte de fonction comportent de la perte d’information, il semble y avoir une perte nette d’information alors même qu’une adaptation significative se produit. »2 . Ainsi, même quand la perte génétique conduit à une survie accrue, l’information est perdue pour toujours. Dans un autre rapport, les généticiens Paul Gibson et John Sanford ont fait équipe avec les experts en calcul John Baumgardner et WesleyBrewer pour tester si oui ou non la sélection naturelle pourrait conserver l’information biologique, en ajoutant aux observations de Behe. Ils ont constaté que la sélection ne peut pas enlever ce qu’elle ne peut pas « voir ». La plupart des mutations simples ont peu d’effet, de sorte que cestrès légères altérations de l’ADN « s’accumulent en continu, comme la rouille sur une voiture », selon le synopsis.2 Ainsi, les généticiensévolutionnistes sont dans l’erreur quand ils prétendent que la sélection naturelle peut en quelque sorte préserver l’information biologique. Ellene le peut et ne le fait pas.Dans son papier du Symposium, le mathématicien de l’Université du Texas Granville Sewell a abordé l’argument évolutionniste selon lequel une source d’énergie extérieure peut inverser la tendance universelle des systèmes d’information complexes à se dégrader au fil du temps. Par exemple, est-ce que la simple lumière du soleil pénétrant dans la terre peut organiser en quelque sorte les molécules de la vie ou élargirle répertoire des systèmes vivants? Sewell a examiné la formule centrale décrivant les systèmes en voie de désorganisation – qu’on trouve dans les manuels classiques de thermodynamique des collèges. Elle montre que l’ordre ne peut pas pénétrer dans un système plus rapidement qu’il ne peut passer à travers la frontière entre le monde extérieur et ce système. Pour cette raison, l’introduction de lumière du soleil dans une cellule vivante n’apporterait pas plus d’information biologique que l’introduction de lumière du soleil dans un ordinateur neproduirait un nouveau logiciel. Sanford a écrit à propos du papier du Symposium de l’expert en thermodynamique Andy MacIntosh, « L’erreur se trouve dans l’affirmation que l’énergie peut à elle seule créer les mécanismes nécessaires de la vie. »2 Une personne intelligente, ou une machine intelligemment conçuecomme un robot, doit diriger cette énergie en empruntant des moyens spécifiques pour construire des machines, incluant celles trouvées à l’intérieur des cellules.Ces scientifiques qualifiés ont examiné l’évolution darwinienne sous environ deux douzaines angles, et ont trouvé une faille fatale danschacun d’eux. Aucune cellule vivante ne peut télécharger ou réinstaller son système d’exploitation d’origine, mais il n’est pas trop tard pour les scientifiques et d’autres personnes qui réfléchissent pour télécharger et installer le concept clair que l’information dégrade continuellement lessystèmes vivants – tout le contraire de l’histoire de l’évolution darwinienne.

Références

1. Biological Information: New Perspectives2013. Marks, R. J., M. J. Behe, W. A. Dembski, B. L. Gordon, et J. C. Sanford, Eds. Singapore: World Scientific Publishing Co. Pte. Ltd.
2. Sanford, J. C. 2014. Biological Information: New Perspectives. A Synopsis and Limited Commentary. Waterloo, NY: FMS Publications.* Mr. Thomas est rédacteur scientifique à l’Institute for Creation Research.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.